23/11/2009

FRANCE 2 NE VEUT PAS AVOUER

France 2 ne veut pas avouer son crime

Rédigé par JSS le Nov 22nd, 2009 and filed under Actu médias, Vidéos - Médias. Vous pouvez suivre les réponses à cet article grâce au RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback à cet article

 

Charlot l'Enderlinolade

Charlot l'Enderlinolade

Certain mensonges sont bien plus meurtriers qu’une balle de fusil. France 2 en est la preuve vivante. Je ne veux pas ici “refaire le match” France2/Enderlin contre l’équipe du Crif soutenu par toute personne en quête de vérité, mais il me semble essentiel d’expliquer ou en est l’enquête qui prouve que France2 est coupable de désinformation sur l’affaire qui à changé le monde (et je pèse mes mots), celle de Mohamed AlDura.

Il est de notoriété publique que France2 a menti et que le reportage d’Enderlin était un faux. Tout le monde le sait. A l’étranger en tout cas. En Allemagne, un reportage sur la plus grande télévision l’a prouvé. Pour l’heure, personne ne veut le diffuser en France de peur de froisser la chaîne publique. Mais qu’importe.

Cette affaire est d’autant plus glissante qu’au cours des ans, Charlot (comprenez Enderlin) a su se faire une vraie carte de visite. Les plus hautes autorités israéliennes sont ses amis… Et voilà ou est le principal problème! Si Enderlin peut continuer à faire ses enderlinolades, c’est uniquement car il est le petit protégé de Shimon Pérès… La gauche israélienne n’a pas fière allure!

Fi, comme le rappel le site causeur.fr, cela fait maintenant plus d’un an que Patrick de Carolis, PDG de France Télévisions, a accepté la demande de Richard Prasquier, président du CRIF, de former un groupe d’experts pour faire toute la lumière possible sur l’affaire Enderlin-Al Dura.

Réunies sous l’égide de Patrick Gaubert, président de la LICRA, les deux parties s’accordent pour faire venir Jamal Al Dura à Paris, pour qu’il soit soumis à des examens médico-légaux. Ceux-ci devraient confirmer, ou infirmer la version de France 2, selon laquelle il a été grièvement blessé par des tirs israéliens à Gaza le 30 septembre 2000. Aujourd’hui, Richard Prasquier s’impatiente et le fait savoir à Patrick de Carolis. Ce dernier argue du fait que, bloqué à Gaza, Jamal Al Dura, ne peut aller faire renouveler son passeport périmé à Ramallah.

Les autorités israéliennes ont fait savoir à Richard Prasquier qu’à ce jour aucune demande de laissez-passer n’a été formulée ni par France 2, ni par Jamal Al Dura. Elles ajoutent qu’elles ne mettraient aucun obstacle à ses déplacements si une telle demande leur parvenait. Alors Patrick, qu’est-ce qu’on attend ?

On se le demande bien.. D’autant plus que, jusqu’à présent, tous les médecins interrogés l’affirment, Jamal AlDura ne souffre pas de blessure causé par l’armée israélienne mais de blessure soignés quelques années avant “l’affaire” et qui servent d’alibi à l’acteur palestinien.

15:21 Écrit par la vraie sioniste dans POLITIQUE FRANCAISE ISRAEL ET LES JUIFS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

kouchner donne une lecon

Kouchner donne une leçon à la famille de Hamouri le terroriste

Rédigé par JSS le Nov 22nd, 2009 and filed under Israël-Territoires Disputés, Terrorisme et Contre Terrorisme. Vous pouvez suivre les réponses à cet article grâce au RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback à cet article

Retirons la nationalité française au terroriste Salah Hamouri

Retirons la nationalité française au terroriste Salah Hamouri

Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, vient de surprendre tout son petit monde ua Proche-Orient. Désir de changer ou simple action de diversion, personne ne sait vraiment pour l’instant mais, une chose est sûre, il vient de mettre une grande tarte dans la gueule de la famille du terroriste franco-palestinien Salah Hamouri (qui n’est pas emprisonné pour délit d’opinion mais pour tentative d’attentat).

A la fin de la semaine dernière, sous le sceau de la « confidentialité absolue », un message verbal était transmis directement par le Consulat général de France de Jérusalem (à noté que le Consul de France à Jérusalem fait partie de la pire espèce. Celle de ceux qui dénigre l’Etat Hébreu à tout va. Celle qui collaborerait gaiement si on le leur proposait. Rien à voir avec l’excellent ambassadeur en poste à Tel-Aviv) à la famille Hamouri précisant que le ministre la recevrait en personne à sa demande. La date, l’heure et le lieu étaient précisés : lundi 16 novembre à hôtel « American Colony » (au coeur de Jérusalem ouest! La famille Hamouri dépense t-elle donc son argent chez les sionistes ?).

Quelques heures seulement avant la rencontre, fixée par le ministre en fonction de son agenda établi bien à l’avance, la famille Hamouri recevait un message par la même voie : le ministre était empêché, le rendez-vous prévu était purement et simplement annulé ! Il était précisé que si Madame Hamouri venait à passer à Paris le ministre pourrait la recevoir. Il est quand même bien aimable mais aider des terroristes ne doit pas être du ressort de l’Etat. La France doit retirer la nationalité française à Hamouri de terroriste… A Hamouri qui n’a de français que… Que quoi déjà? Pas grand chose en fait!

Côté antisémite, c’est la déception! -sic- Jean-Claude Lefort, antisémite déclaré annonce dans un communiqué: “pour couronner le tout, mercredi 18 novembre, la presse israélienne faisait état, photos à l’appui, d’une autre rencontre cette fois non annulée et non « confidentielle » du ministre français : il avait rencontré, mardi, large sourire aux lèvres et sous le feu des caméras, la famille de Guilad Shalit… Tout est dit de la politique française et de ses « dirigeants » dans ces deux attitudes : pour la famille Hamouri c’est la claque ; pour la famille Shalit c’est la main tendue”

Et oui Jean-Claude, entre défendre un terroriste qui a voulu assassiner une des plus haute autorité religieuse juive et un jeune soldat, vraiment franco-israélien et retenu en otage sans aucun droit de visite, la France a choisi!

Malheureusement, nous ne sommes pas des sauvages en Israël. C’est la simple raison pour laquelle Kouchner a fixé ses priorités. Si Salah Hamouri était enfermé, sans nouvelles, sans visites, sans médecins depuis presque 4 ans, peut-être que la France n’en serait pas là?

Lefort, toi et ta bande d’abrutis, quand allez-vous comprendre que Salah Hamouri a été jugé par une justice forte et honnête et que personne ne pourra rien y faire ? Même pour 1000 “juifs” nous ne le relâcherons pas! Pourquoi? Parce que nous ne sommes pas des chiens! On ne fait pas de l’échange de nos prisonniers un troc équitable.

12:51 Écrit par la vraie sioniste dans POLITIQUE FRANCAISE ISRAEL ET LES JUIFS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/03/2009

grand orient de france contre durban 2

Le Grand-Orient de France dénonce l’orientation de la Conférence dite de «Durban II» à Genève

 10/03/09

GRAND ORIENT DE FRANCE

         16, rue Cadet – 75009 Paris

Paris, le 6 mars 2009

 

COMMUNIQUÉ

 

Grand Orient de France

Grande Loge Féminine de France

Fédération Française du Droit Humain

 

 

 

Les Obédiences signataires tiennent à s’associer à toutes les institutions publiques nationales et internationales et à toutes les associations non gouvernementales de défense des droits de l’homme qui dénoncent l’orientation très dangereuse prise par le projet de déclaration finale de la Conférence des Nations Unies sur la lutte contre le racisme, la xénophobie et l’intolérance, dit de «Durban II », et qui sera examiné à Genève en avril prochain.

 

Présidé par la Lybie et vice-présidé par l’Iran, le Comité Préparatoire institué pour la finalisation du projet de déclaration se livre à un véritable détournement du concept de protection des droits de l’homme pour tenter :

 

          a) d’imposer, au nom de la prétendue liberté religieuse, la supériorité d’une religion - l’Islam – sur toutes les autres religions et sur tous les mouvements d’idées en exigeant notamment l’établissement d’un délit de blasphème en contradiction ouverte avec la liberté absolue de conscience, la liberté d’expression et la laïcité ;

 

          b) d’institutionnaliser l’antisémitisme au sein de la Conférence de l’ONU en mettant ouvertement et systématiquement en accusation l’Etat d’Israël par des thématiques racistes n’ayant aucun rapport avec le libre examen critique de la politique étrangère d’un Etat membre de l’ONU ;

 

          c) de promouvoir des thèses sexistes, hostiles aux droits des femmes et contestant en particulier leur droit à l’émancipation ;

 

          d) de refuser la condamnation des Etats qui pratiquent la discrimination, voire la répression, au sein de leur propre société ;

 

          f) de rejeter l’universalité des droits de l’homme au profit d’un communautarisme exacerbé qui devrait tenir compte des « spécificités culturelles » pour mieux discriminer entre les catégories de citoyens.

 

Après le retrait du Canada et d’Israël de ce processus, l’Administration OBAMA a annoncé à son tour son retrait et sa participation en tant que simple observateur à la Conférence de l’ONU à Genève.

 

Devant la gravité de la situation, les Obédiences suscitées appellent Monsieur le Président de la République à agir pour que les pays membres de l’Union européenne refusent également de cautionner cette mascarade et s’abstiennent de participer à la Conférence de Genève autrement qu’en tant qu’observateurs.

 

En cette période de célébration du 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la France doit vigoureusement dénoncer l’orientation de la Conférence dite de « Durban II » à Genève et peser de tout son poids pour stopper cette dérive inacceptable au sein des instances de l’ONU.

 

[Texte aimablement transmis par Nico, Israël.]

 

Mis en ligne le 9 mars 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org

12:10 Écrit par la vraie sioniste dans POLITIQUE FRANCAISE ISRAEL ET LES JUIFS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/10/2008

la photo de guilad

la photo de guilad a la mairie d 16 eme arrondissement de paris

la photo de guilad a la mairie d 16 eme arrondissement de paris

15:31 Écrit par la vraie sioniste dans POLITIQUE FRANCAISE ISRAEL ET LES JUIFS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/10/2008

lettre du crif

 02 octobre 2008  

Ne pas répondre à cet email. Pour tout contact avec le CRIF, veuillez écrire à l'adresse infocrif@crif.org 

 Le Crif en action
Fédorovski, à la CEP, analyse la crise géorgienne - 02/10/08
La Commission d'Etudes Politiques du CRIF, présidée par le Pr. Raoul Ghozlan, a reçu le 18 septembre, Vladimir Fédorovski pour évoquer le conflit entre la Russie et la Géorgie, et ses conséquences géopolitiques.
Après des études de Sciences politiques à Moscou, Vladimir Fédorovski a embrassé la carrière diplomatique lors d’un séjour à Paris à l'Ambassade de Russie en 1978. Polyglotte, il parle notamment l’arabe, ce qui lui a permis de servir d'interprète entre...
[lire la suite] 
 

 Revue de presse
Interpellation à la suite d’une lettre antisémite - 02/10/08
Un agent de sécurité a été interpellé lundi 29 septembre à Nanterre (Hauts-de-Seine), après avoir écrit des lettres à caractère diffamatoire et antisémite à la présidente du tribunal administratif de Versailles et à quatre de ses collaborateurs, rapporte le Parisien. Il y a quinze jours, la présidente Michèle de Segonzac reçoit une lettre rédigée au feutre avec des « s » doublés pour former SS : « Avec vous, la juiverie internationale investit tous les rouages de l’Etat. »...
[lire la suite] 
 
Le portrait de Shalit affiché à la mairie du XVIe - 02/10/08
Le député-maire du XVIe arrondissement de Paris, Claude Goasguen a indiqué sa volonté de soutenir Gilad Shalit en affichant le portrait du jeune Franco-Israélien devant la façade du bâtiment municipal. Gilad Shalit est détenu par le Hamas depuis plus de deux ans.
 
 
 
La Syrie aurait repris ses activités nucléaires - 02/10/08
D’après une information du journal arabe, A-Sharq al-Awsat, Israël pense que la Syrie a repris son activité nucléaire. Les responsables militaires israéliens sont préoccupés par le fait que la Syrie souhaite construire un certain nombre d'installations nucléaires à travers le pays. S’exprimant au cours d’une conférence de presse, les responsables militaires ont affirmé qu'Israël ne permettrait pas à Damas d’imiter l’Iran, et fera tout son possible pour éviter un tel...
[lire la suite] 
 
Une fatwa contre Mickey - 02/10/08
Installé en Arabie Saoudite, le prédicateur Mohammed Al-Munjid, a émis une fatwa contre le personnage de dessin animé, Mickey mouse, qu’il juge « impur ». D’après Courrier international cette décision a irrité la presse locale pour qui l’Arabie saoudite en sort discréditée alors que le prédicateur auteur de cette fatwa est de nationalité syrienne. Le journaliste d’Al-Jazirah (Riyad) s’adresse au prédicateur : « je voudrais dire à ce religieux que nous avons suffisamment de...
[lire la suite] 
 
Oui ou non aux subvention pour les Loubavitch ? - 02/10/08
Lundi 29 septembre au Conseil de Paris, les élus Verts se sont opposés aux subventions accordées aux crèches associatives des juifs Loubavitch, rapporte le Figaro. «Elles approchent le million d'euros, note Sylvain Garel, pour des crèches limite sectaires, non mixtes où, de fait, seuls sont acceptés les enfants de confession juive.» Il regrette que Bertrand Delanoë, «pour des raisons électoralistes», ne soit pas «plus attentif au respect du service public et de la laïcité»....
[lire la suite] 
 
L’action sociale de SIONA en Israël - 02/10/08
A l’occasion de la rentrée des classes en Israël, SIONA a distribué 3200 cartables aux enfants de familles nécessiteuses dans une dizaine de villes israéliennes. Plus de 3000 colis ont été également distribués à ces familles pour leur permettre de passer dignement les fêtes de Roch Hachana.
 
 
 
Faut-il avoir peur des religions ? - 02/10/08
Elie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël en France, Mgr di Falco, évêque de Gap, et Tariq Ramadan, prédicateur musulman croisent leurs regards dans un livre d’entretiens consacré aux trois religions monothéistes. « Faut-il avoir peur des religions ? » paraitra le 16 octobre aux éditions Mordicus, abordera l’extrémisme religieux, le communautarisme, l’antisémitisme, la laïcité….
 
 

 Chroniques iraniennes
Tension entre le Caire et Téhéran - 02/10/08
D’après un « indiscret » de l’Express, les relations entre le Caire et Téhéran sont tendues depuis la sortie, cet été, d’un documentaire iranien glorifiant les assassins du président Sadate. En guise de représailles, un scénariste égyptien prépare un film sur la vie de l’ayatollah Khomeiny dans lequel il entend montrer que le Guide de la Révolution « n’était pas inspiré par la religion mais la soif de sang et de violence ». L’Iran et l’Egypte n’ont plus de relations...
[lire la suite] 
 
L’Iran cède sa place à la Syrie à l’AIEA - 02/10/08
La Syrie et l'Iran étaient candidats pour le siège au conseil des gouverneurs de l'Agence Internationale de l’Energie Atomique laissé vacant par le Pakistan, arrivé en fin de mandat. L'Iran a renoncé à être candidat au conseil des gouverneurs de l’AIEA pour favoriser la candidature de la Syrie, a déclaré un responsable iranien cité le 1er octobre 2008 par le site Internet d'une chaîne publique de télévision iranienne.
 
 
Téhéran menace de réviser sa coopération avec l'AIEA - 02/10/08
L'Iran pourrait réduire le niveau de sa coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à la suite de l'adoption de la nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, a annoncé le 1er octobre 2008 le porte-parole du parlement iranien, Mousa Qorbani.
Le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité le 27 septembre la résolution 1835 sur l'Iran, qui ne contient pas de nouvelles sanctions conformément au voeu de Moscou. Le document réitère les...
[lire la suite] 
 
Iran : le couloir de la mort ne désemplit pas - 02/10/08
Le régime des mollahs a encore exécuté un prisonnier condamné alors qu’il était mineur aux yeux des normes internationales (mais majeur en Iran conformément à la charia en vigueur dans ce pays depuis la révolution islamique de 1979), signale le site Internet Iran Resist.
Homayoun Chabestari, âgé de 21 ans, a été pendu le 29 septembre à la prison de Kermânchâh, dans le Kurdistan iranien. Il est le sixième détenu du genre à être exécuté cette année.
Cette...
[lire la suite] 
 

 Chroniques Durban 2 (Genève)
A la veille de la conférence préparatoire de Durban 2, l’Organisation de la Conférence Islamique annonce la couleur - 02/10/08
Le 6 octobre prochain s’ouvre la dernière (en principe) réunion préparatoire avant la conférence de révision de la conférence mondiale contre le racisme de Durban (dite Durban 2) qui se tiendra en avril prochain à Genève.
 
Pour le moment l’Union Européenne présidée par la France n’a envoyé aucune contribution écrite. En revanche, la contribution de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) dirigée par le Pakistan annonce la...
[lire la suite] 
 

 Chroniques onusiennes
Le silence des démocraties - 02/10/08
« Les Nations désunies », Malka Marcovich, Editions Jacob-Duvernet, 188 pages, 19,90 euros.
 
Le thème : La critique contre l'ONU n'est pas nouvelle. Soixante ans après sa création, l'Organisation des Nations unies a déçu tous ceux qui croyaient en sa vocation universelle pour les droits de l'homme. Malka Marcovich, historienne, se lance dans un réquisitoire contre les dérives de l'organisation et surtout contre le silence des démocraties en matière des...
[lire la suite] 
 

 Manifestations
Mission de solidarité en Israël en novembre 2008 - 02/10/08
L’AUJF, le CRIF et la FSJU organisent une mission de solidarité en Israël du 2 au 9 novembre 2008.
Pré-inscription au 01 42 17 11 96
 
 

 Information
Appel à la libération de Gilad Shalit - 02/10/08
Guilad Shalit: enlevé le 25 juin 2006 par des groupes armés palestiniens est détenu dans la bande de Gaza, territoire entièrement contrôlé par le Hamas.

Il n'a pas été libéré à ce jour et aucune organisation humanitaire n'a pu s'assurer de sa santé ni de ses conditions de détention, en violation des règles internationales applicables.
 
 
 
Haut de pageHaut de page

16:02 Écrit par la vraie sioniste dans POLITIQUE FRANCAISE ISRAEL ET LES JUIFS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/08/2008

luttons pour guilad

luttons pour guilad shalit

luttons pour guilad shalit
Victor Temim a envoyé un message aux membres de SOUTIEN FRANCAIS A GUILAD SHALIT.

--------------------
Objet : rencontre cet après-midi avec Noam

J'ai rencontré cet après-midi à Paris les representants du Comité de Soutien à Ingrid Bettancourt et Noam Shalit. La Presse que j'avais convoquée au nom de notre association SOUTIEN FRANCAIS A GUILAD SHALIT était largement représentée.

Nous allons définir des actions communes la semaine prochaine avec le Comité s'Ingrid Bettancourt

Je publierai ce week-end des photos de la réunion.

A partir de ce soir I-TELE dans son journal continue va aussi diffuser une interview de Noam et des images de cette réunion.

Recruter des sympathisants autour de vous pour qu'ils se fassent connaître dans notre groupe.
Amitiés

Victor TEMIM
Président SOUTIEN FRANCAIS A GUILAD SHALIT

18:11 Écrit par la vraie sioniste dans POLITIQUE FRANCAISE ISRAEL ET LES JUIFS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/02/2007

bibi et sarko

Binyamin Netanyahou à Paris.
2007-02-21 16:21:00

Binyamin Netanyahou, le chef du Likoud et leader de l'opposition israélienne à la Knesset se trouve en ce moment à Paris.

Selon des sources confidentielles proches de Binyamin Netanyahou, ce dernier a été invité par Edouard Balladur, le président de la commission des affaires étrangères de la défense de l'assemblée nationale afin d'évoquer le dossier iranien, "comme il l'a fait aux États-Unis et en Angleterre".

"Cette tournée internationale a pour objectif de mobiliser le monde contre le potentiel nucléaire iranien, lequel représente le principal danger, non seulement pour Israël mais pour le monde entier".

"Les responsables français le comprennent très bien. Que ce soit Nicolas Sarkozy qui s'est engagé à ce que l'Iran n'ait jamais l'arme nucléaire, ou le président du Sénat, Christian Poncelet qui a affirmé partager totalement la position de Bibi".

Sur la rencontre avec Nicolas Sarkozy :

"Il est naturel que Binyamin Netanyahou, qui entretient d'excellentes relations avec Nicolas Sarkozy, et dont il est ami personnel, ait rencontré le candidat aux présidentielles. "Pour autant' a confié la source à Guysen Israël News, "le chef du Likoud et leader de l'opposition israélienne n'est pas venu en France pour se mêler de la campagne française. Ce sont les Français qui décideront, cela n'empêche pas de penser que Nicolas Sarkozy est un homme d'état qui a évidemment la capacité, pour demain, de diriger la France".

Binyamin Netanyahou a également rencontré les responsables du CRIF ce matin avec lesquels il a abordé l'ensemble des dossiers d'actualité.
"Le sujet numéro 1 reste cependant le problème iranien qui représente une menace existentielle. C'est la raison principale de son voyage" a répété la source à Guysen.

Sur la question de savoir si ce voyage était bien vu par le gouvernement Olmert :

"Binyamin Netanyahou n'a pas de demandes à formuler au gouvernement Olmert pour effectuer un voyage qui est important pour Israël.
Cependant cette visite a été réalisée en parfaite harmonie avec l'ambassade d'Israël en France qui a organisé ces rencontres. Il s'agit aujourd'hui de prendre du recul par rapport à la politique intérieure israélienne et de se concentrer sur les dossiers essentiels qui sont importants, non pas pour un parti, mais pour le pays et pour la vie de chacun.
C'est là la différence entre un homme d'état et un homme politique. C'est ce qui fait la différence entre Binyamin Netanyahou et beaucoup d'autres hommes : savoir être présent et savoir mettre de côté les luttes partisanes et personnelles et s'occuper de ce qui concerne tout un chacun en Israël.


merci a guysen

11:20 Écrit par la vraie sioniste dans POLITIQUE FRANCAISE ISRAEL ET LES JUIFS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/02/2007

upjf vote sarko

UPJF POUR SARKOPrésidentielles : « L'Union des patrons et des professionnels juifs de France » (UPJF) roule pour Nicolas SarkozyL'Union des patrons et professionnels juifs de France (UPJF) a décerné à Nicolas Sarkozy le prix de l'homme politique de l'année lors de son dîner de gala annuel. Une cérémonie marquée par le discours véritablement apocalyptique du président de l'UPJF, Claude Barouch, qui évoque pour les Français de confession juive la nécessité d'"un combat vital pour empêcher, une fois de plus d'être relégué au rang de dhimmi" en France, c'est-à-dire de minorité religieuse dans un pays islamique.Claude Guéant reçoit le prix décerné à Nicolas Sarkozy (droits réservés)Claude Guéant reçoit le prix décerné à Nicolas Sarkozy (droits réservés)Le ministre de l'intérieur a remporté le prix de l'homme politique de l'année décerné par l'Union des patrons et professionnels juifs de France (UPJF), une association communautaire plus connu pour ses positions pro-israéliennes que pour son action en faveur de la libre entreprise (1).C'est au cours du dîner de gala de l'UPJF, le 30 mars 2006, sobrement intitulé « Meurtres antisémites et appels à l'élimination d'Israël, les Juifs de France face à de nouveaux périls (Paris, Téhéran, Ramallah…) » (sic) que la récompense a été décernée au ministre de l'intérieur que les organisateurs ont salué comme celui qui "saura sans doute redonner une nouvelle dynamique aux relations d'amitiés solides qui lient Paris, Washington et Jerusalem". Pour l'occasion, Nicolas Sarkozy avait "spécialement dépêché" son directeur de cabinet, Claude Guéant. Ce n'est pas la première fois que des responsables politiques acceptent l'onction de l'UPJF qui avait déjà auditionné les principaux candidats aux élections régionales d'Ile de France en 2004, ou encore les candidats à l'investiture de l'UMP à la mairie de Paris (2).Parmi les 500 invités revendiqués par l'UPJF pour cette belle occasion, on relevait notamment la présence du Grand Rabbin de France, Joseph Sitruk, d'un chargé d'affaires de l'ambassade d'Israël en France, du vice-président de l'Assemblée nationale, Eric Raoult, décidément bien oecuménique (3), et du socialiste Julien Dray que l'on n'est pas habitué à voir fréquenter les cercles patronaux.Ce parterre éclectique a ensuite assisté au discours du président de l'UPJF, Claude Barouch, qui après avoir dressé un portrait apocalyptique de la France (cf. les extraits ci-dessous et la version intégrale sur le site de l'UPJF), s'est écrié : "le véritable lobby que nous voulons affirmer doit relever un premier défi. Celui qui consiste à assurer l'organisation de la faisabilité des chantiers sur lesquels elle travaille et qui sera la véritable et première démonstration à l'égard de tous, dans la communauté et dans la nation, que notre détermination est sans faille".Plus besoin d'aller chercher dans la prose d'extrême-droite la référence à un lobby juif, son existence est désormais revendiquée par les communautaristes juifs, au mépris de la tradition républicaine française et sans se soucier le moins du monde de l'influence que peut avoir un tel activisme sur la résurgence de l'antisémitisme (4). Il semble que ce courant a déjà choisi son champion pour la prochaine présidentielle. Et celui-ci ne semble pas dédaigner ses soutiens communautaires...---------------------------------1)Sur l'UPJF, voir aussi : "Naissance de nouvelles institutions ?", Joëlle Allouche Benayoun, Observatoire du monde juif n°10-11, p.63, mai 2004 : lire en ligne en PDF2)Jean Tibéri le 22 février 2006, Françoise de Panafieu le 16 février 2006, Pierre Lellouche le 5 février 2006 et le 29 septembre 2005, Claude Goasguen le 7 juin 2005Pour faire bonne mesure, Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris et conseillère du 15ème arrondissement était reçue le 8 février.3)Blasphème : proposition de loi ou fatwa ?, Observatoire du communautarisme, 31 mars 20064)Elisabeth Schemla, directrice du journal en ligne pro-israélien Proche-orient.info, s'était déjà félicitée de l'existence d'un "lobby juif". Cf. Il existe !, Observatoire du communautarisme, 7 mars 2004

13:35 Écrit par la vraie sioniste dans POLITIQUE FRANCAISE ISRAEL ET LES JUIFS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/02/2007

bruel censure

bruel censureBRUEL : LA CHANSON " CENSUREE "Patrick Bruel : la chanson "censurée" sur les ondes françaisesCouverture du disque "Des souvenirs Devant"-------------------------------------------------------------------------------------------------------------Patrick Bruel est sans doutes l’une des personnalités les plus populaires du « box office » national. Acteur aux multiples personnalités, révélé par Alexandre Arcady (comme lui originaire d’Algérie) et dans les films ayant immortalisé la « saga pied-noir », il s’est ensuite imposé par sa voix au timbre éraillé et par la sensibilité de ses chansons. Invité principal ou associé des plus populaires émissions de télévision, sa sensibilité de gauche et son soutien aux causes « bien vues » - comme l’antiracisme ou la Paix au Proche-Orient - ont toujours été salués sans réticences. Seul « couac », d’un mauvais goût à la hauteur de son auteur, la sortie de Le Pen, furieux de l’engagement du chanteur, et qui - en digne héritier de l’extrême droite antisémite des années noires - su rappeler son patronyme en apostrophant « Monsieur Benguigui » ...Mais il y a aussi une « ligne jaune », d’autant plus redoutable qu’elle est transparente, et qui, lorsqu’on la franchit, fait jouer une étrange « omerta » : dénoncer la barbarie sanguinaire des attentats contre les civils, que ces derniers soient américains, israéliens (comme cette semaine à Eilat), arabes ou de toutes les origines ou religions. Là, Bruel n’est plus « in », dans une France où de savants commentateurs expliquent quotidiennement et benoîtement que « les Musulmans se sentent humiliés », que « l’injustice génère la violence », que « les Arabes sont très malheureux », et que « on n’approuve pas bien sûr mais on peut comprendre ».Dans son dernier disque « Des souvenirs devant », le chanteur a consacré une chanson à ce sujet, « Adieu » à lire comme un jeu de mots : « adieu » à tous les innocents massacrés par les fanatiques islamistes, à Netanya comme à Madrid ou à New York ; « à Dieu » qui se tait et au nom de qui ces horreurs sont accomplies. On n'entend PRATIQUEMENT JAMAIS cette chanson sur les ondes françaises. Pour répondre à ce scandale, à mon modeste niveau, j’en ai reproduis ci-dessous les paroles - en pensant, fortement, au spectre du terrorisme revenu en Israël cette semaine.-----------------------------------------------------------------------------------------------------------Elle vient de partir de chez elleUn croissant, un éclat de rireSon mari lui dit qu'elle est belleMais dans une heure elle va mourirElle n'a pas choisi son destinJuste là au mauvais momentPuisqu'il fallait prendre ce trainEt Madrid pleure ses enfants---AdieuNous sommes tous dans le noirSi tu n'existes pasAu moins fait le savoirAdieuJe n'ai plus de questionsMes yeux sont abîmésMon coeur perd la raison---Sa femme attend une deuxième filleElle jure qu'elle n'en aura pas plusIl touche son ventre, les yeux qui brillentPourquoi juste à cet arrêt de bus ?Pourquoi ce type est si couvert ?Il fait si chaud à NetanyaLe sang se mélange à la terreEt le monde reste sans voix---AdieuNous sommes tous dans le noirSi tu n'existes plusAu moins fait le savoirAdieuJe n'entends plus l'HistoireMes yeux sont fatiguésMon coeur perd la mémoire---9h16, il est en retardComme à peu de chose près tous les joursMais aujourd'hui il est trop tardIl ne montera pas dans la tourIl voit des cris courir vers luiIl croise des yeux qui hurlent de peurPourquoi ces larmes, pourquoi pas lui ?Et cette poussière à vie dans le coeur---AdieuNous sommes tous dans le noirSi tu n'existes pasAu moins fait le savoirAdieuIl y a tant de questionsMes yeux sont épuisésMon coeur perd la raisonAdieuNous sommes tous dans le noirSi tu n'existes plusAu moins fait le savoirAdieuIls se réclament de toiDis-leur que ce n'est pas toiQui a voulu tout ça-------------------------merci au blog d'ashomer

08:59 Écrit par la vraie sioniste dans POLITIQUE FRANCAISE ISRAEL ET LES JUIFS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/02/2007

pourquoi defendre israel

Pourquoi il faut défendre IsraëlJosé Maria AznarCe texte de l’ex-premier ministre espagnol José María Aznar est paru le 23 janvier dernier dans le quotidien italien Il Messaggero.(JPG)José María AznarIl fut un temps où la gauche, surtout européenne, regardait l’existence d’Israël avec une profonde admiration. D’un côté, il s’agissait d’un sentiment de justice historique par rapport au nazisme que l’on n’avait jamais pu obtenir par d’autres moyens. De l’autre, il y avait le romantisme des kibboutz qui en plein désert créaient des vergers selon les principes d’un authentique socialisme égalitaire. Mais l’admiration s’évanouit bien vite lorsque Israël fut contraint de se défendre de ses propres voisins en recourant aux armes, parfois préventivement, comme à l’occasion de la guerre des six jours. La gauche en outre, engagée à ramener vers elle un prolétariat qui en Europe lui tournait le dos, vit dans les Palestiniens le protagoniste révolutionnaire de son histoire. Et au fur et à mesure, Israël était considéré comme un appendice des Etats Unis, l’antiaméricanisme viscéral finit par se confondre avec l’aversion pour l’état hébreu. Aujourd’hui être antiaméricain et antisémite est pratiquement la même chose.Nombreux sont ceux qui se réjouissent chaque fois que l’Assemblée générale des Nations unies adopte une résolution qui condamne l’état Israël, ou qui doutent de la motivation ou de la légitimité de cet état. De même ils sont nombreux à préférer ne pas écouter les menaces qui sont lancées tous les jours contre Israël par l’actuel président iranien Mahmoud Ahmedinejad. Ces derniers toutefois ne se rendent pas compte de l’erreur gravissime qu’ils commettent. La gauche ne peut admettre que dans le monde d’aujourd’hui, il y ait des politiciens qui parlent ouvertement, sincèrement et sans demi mots de leurs propres objectifs et de leurs intentions. Et pourtant, nous ne savons que trop bien que des individus pareils ont existé et existent encore. Un de ceux -ci a été Hitler qui exprima de manière non équivoque son plan d’action dans le connu "Mein Kampf" même si personne à ce moment ne lui prêta attention. Un autre est Ben Laden auquel personne ne crut lorsqu’il déclara unilatéralement la guerre à l’Amérique et que personne ne croit lorsqu’il dit qu’il veut en finir avec le monde occidental et instaurer un nouveau Califat. Personnellement, je ne mets pas en doute les paroles d’Ahmedinejad, que je considère plus que capable de mettre ses plans à exécution le jour où il disposera des moyens nécessaires pour les réaliser.Il y a tout juste un an, le leader iranien ouvrait à Téhéran une conférence avec une image qui fit le tour du monde : une clepsydre sur la base de laquelle s’était brisée une balle aux couleurs américaines, tandis qu’une autre aux couleurs Israël était en train de se détruire. Non moins fameux ses propos : "Il faut effacer Israël de la carte du monde". A un an de distance, année au cours de laquelle il s’est moqué de la communauté internationale en ce qui concerne le programme nucléaire iranien, voici une autre conférence dans la capitale iranienne, cette fois pour nier l’existence de l’holocauste, du génocide hitlérien qui a failli exterminer complètement le peuple juif. Cette provocation d’un an auparavant est restée impunie. Les Européens désiraient que l’Iran s’ouvre au dialogue et à la négociation, c’est pourquoi, ils choisirent de ne pas réagir. C’est justement pour cela, parce que ses paroles ne suscitèrent que de faibles remontrances que le président iranien se permet de recommencer à menacer Israël. Non content de nier la Shoah et de contester de la sorte la légitimité de la naissance Israël, le dirigeant de la république islamique a prédit la fin de l’Etat hébreu. "Les jours d’Israël sont comptés" s’est-il exclamé. En cette circonstance, ses paroles n’ont provoqué que quelques faibles condamnations diplomatiques des principales chancelleries européennes. Mais envers Ahmedinejad, il faut plus qu’exprimer sa désapprobation. Depuis des années, on discute sur la façon de s’opposer à un Iran clairement déterminé à se doter d’armes atomiques, et toutefois nous continuons à tergiverser sur les stratégies à mettre en oeuvre pour rejoindre un consensus au sein du Conseil de sécurité de l’ONU.Bien ! Si la communauté internationale ne réussit pas à se mettre d’accord sur le programme nucléaire, que l’on continue à parler ! Mais cela ne signifie pas que les provocations d’Ahmedinejad doivent rester sans suites. Mon bon ami Bibi Netanyahu a lancé une initiative qui mérite d’être prise en considération: accuser le président iranien d’incitation au génocide. Ce n’est pas une blague. Il est impératif que les leaders et les ayatollahs iraniens sachent que l’on doit respecter certaines règles et que dans le cas contraire, ils en subiront les conséquences.Nous pouvons discuter sur le type de sanctions économiques à imposer à l’Iran engagé sur la route du nucléaire, mais les sanctions qui ont de l’effet sont celles mises en acte contre les leaders politiques. La proposition de poursuivre Ahmedinejad au niveau international a le mérite de commencer à appliquer ce type de sanction limitée mais efficace. Appeler à la destruction d’un Etat souverain sans avoir reçu aucune provocation de la part Israël, à part sa propre existence, Ahmedinejad commet une faute contre le droit international. Non seulement il émet des principes opposés à ceux établis par la Charte des Nations unies mais il se rend coupable de violation de la Convention contre le génocide. On pourrait ajouter que ses affirmations s’opposent aux dispositions du statut du Tribunal pénal international. De fait, si Ahmedinejad au lieu d’être le président iranien était un leader serbe, il serait déjà mis en état d’accusation par la Cour de l’Aja. Nous devons nous rendre compte qu’invoquer la destruction Israël ne doit pas rester impuni. Si les mots d’aujourd’hui n’ont pas de réponse forte, ces intentions se transformeront en dure réalité. Que peuvent penser les ennemis Israël de notre silence ?Une seule chose, qu’Israël est de plus en plus seul et de plus en plus faible. A chaque signe de notre faiblesse, les adversaires deviennent plus forts. Mais ils se trompent ceux qui croient que tout se résoudra au Moyen Orient. Aujourd’hui Israël est soumis à trop de menaces. Les Palestiniens et les terroristes kamikazes, l’islamisme du Hezbollah au Nord, Al Qaida au sud sont toujours plus présents en Jordanie, sans compter le fondamentalisme iranien. Et un élément commun à tout cela : l’anti- occidentalisme.Ahmedinejad ne pense pas au destin du peuple palestinien quand il profère ses menaces, mais il pense à l’Islam et à l’Amérique, le Grand Satan. Il pense à Israël comme à un ennemi occidental à ses portes. C’est pourquoi il est si important de défendre Israël, car bien que située au Moyen Orient, il s’agit d’une nation pleinement occidentale et sa disparition signifierait la perte de notre position dans cette région du monde et fort probablement les prémices d’une attaque dirigée contre nous. Abandonner Israël à son sort équivaut à fermer les yeux devant les liens moraux, politiques, économiques, culturels, historiques et stratégiques qui nous unissent. Aujourd’hui plus que jamais.

12:36 Écrit par la vraie sioniste dans POLITIQUE FRANCAISE ISRAEL ET LES JUIFS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/01/2007

sarko et israel

 
sarko israel et les juifs
Posté le 16.01.2007 par iisraelsionisme


Guysen >> Politique


Nicolas Sarkozy, les Juifs et Israël

Par David Bronner pour Guysen Israël News

Mardi 16 janvier 2007 à 00:12


Seul en lice, Nicolas Sarkozy a été officiellement désigné candidat aux prochaines élections présidentielles par les militants de l’UMP dimanche 14 janvier 2007. Il a recueilli 98,1% des suffrages exprimés dans le cadre du scrutin interne organisé par le parti. Devant des dizaines de milliers de militants de la formation qu’il préside, il a prononcé un discours rassembleur, et volontiers rassurant… Le matin de son intronisation, un sondage publié dans "Le journal du Dimanche" avançait que Nicolas Sarkozy "inquiétait" 51% des Français.


Nicolas Sarkozy cite à la fois Jaurès et de Gaulle. Ses références appartiennent à la droite et à la gauche, les camps impossibles d’une France réunifiée. On devine alors le slogan de campagne : "Ensemble, tout est possible".

Dans ses relations avec la communauté juive de France, Nicolas Sarkozy a montré une certaine continuité dans son action. Il se présente volontiers comme un ami d’Israël. Et il s’est plus d’une fois engagé contre l’antisémitisme. Certains l’ont même qualifié de "candidat naturel des électeurs juifs"… La fin de la politique arabe de la France qu’il préconisait à l’occasion de son voyage en Israël au mois de décembre 2004 et son amitié sincère avec les Etats-Unis ne l’empêchent pourtant pas de critiquer l’intervention militaire en Irak. "Je veux être le Président d'une France qui ne transigera jamais sur son indépendance ni sur ses valeurs. Je veux rendre hommage à Jacques Chirac, qui a fait honneur à la France quand il s'est opposé à la guerre en Irak, qui était une faute. "
Si Nicolas Sarkozy s'était fortement démarqué de Jacques Chirac au sujet des relations avec les Etats-Unis, c’était donc surtout dans la forme, la façon dont le président de la République et le ministre des affaires étrangères d'alors, Dominique de Villepin, avaient mené campagne, en 2003, contre la politique américaine.

Car, discours à l’appui, Nicolas Sarkozy aura montré que la forme compte. Le panache, le geste, le verbe, sont les premières armes politiques d’un homme qui s’engage.

Un discours engagé
Parmi les dizaines de personnes citées dans un discours de quinze pages qu’il prononça pendant plus d’une heure le jour de son investiture officielle, celles qui l’ont inspiré et celles qu'il admire, Nicolas Sarkozy se retrouve d’abord dans les héros de la Résistance et de la France Libre, "ces hommes avec lesquels j'ai fait mes premiers pas en politique, ces hommes qui venaient d'une époque où la politique s'était confondue avec le patriotisme et l'épopée".

Puis il cite ceux qu’il a connus de près : Jacques Chaban-Delmas, Achille Peretti, Edouard Balladur, Jacques Chirac : "Ils m'ont enseigné, à moi petit Français au sang mêlé, l'amour de la France et la fierté d'être français. Cet amour n'a jamais faibli et cette fierté ne m'a jamais quittée." Nicolas Sarkozy, "Français au sang mêlé," fait ici référence à ses origines juives. Fils d’un immigré hongrois et d’une descendante de Juifs de Salonique, il pourrait devenir le premier Président français d’origine immigrée, un homme dont la conscience historique s’est enrichie à l’occasion de son voyage en Israël : "J'ai changé quand j'ai visité le mémorial de Yad Vashem dédié aux victimes de la Shoah. Je me souviens, au bout d'un long couloir, d'une grande pièce avec des milliers de petites lumières et des prénoms d'enfants de 2 ans, de 4 ans, de 5 ans prononcés à voix basse de façon ininterrompue. C'était le murmure des âmes innocentes. Je me suis dit alors que c'était cela la politique : faire barrage à la folie des hommes en refusant de se laisser emporter par elle. "

Pour Nicolas Sarkozy, la France a le visage de "ceux qui l’ont fait avancer". Elle a 58 ans et le visage de Zola quand il signe "J'accuse" pour défendre Dreyfus et la Justice. La France de Nicolas Sarkozy s’appelle aussi Simone Veil : "Elle a la voix, la figure, la dignité d'une femme, d'une mère, rescapée des camps de la mort qui s'écrie à la tribune de l'Assemblée" : "Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur les 300 000 avortements qui, chaque année mutilent les femmes de ce pays". Nicolas Sarkozy redoute la barbarie des hommes. Il cite le frère Christian, enlevé puis égorgé par des fanatiques du GIA avec six autres moines de son monastère.

Contre l’antisémitisme
"Véritable star chez les Juifs de France " selon Patrick Gaubert, le Président de la LICRA qui est aussi député européen, Nicolas Sarkozy s’est montré un ministre de l’intérieur très réactif aux violences antisémites. Promettant "la double tolérance zéro en matière d’antisémitisme et de racisme", le ministre de l’intérieur n’avait pas hésité à se rendre au chevet des victimes ou à recevoir de nombreux présidents d’associations juives pour leur dire que les Juifs de France seraient protégés.
D’ailleurs, sur France 2 au mois de novembre 2003, face à Tariq Ramadan qui avait écrit un article controversé à propos de la position de certains "intellectuels juifs français" face au conflit israélo-palestinien, Nicolas Sarkozy s’était montré intransigeant : "Je n'ai pas aimé votre article, on ne se laisse pas emporter par la parole", a-t-il lancé. "Quand on écrit, on pense avec sa tête, pas avec sa race, a poursuivi le ministre. Votre article n'était pas une maladresse, c'était une faute. Parce que les Juifs, ce n'est pas comme les Auvergnats ou les Parisiens. Il y a eu la Shoah... Quand on parle du juif Lévy [Bernard-Henri Lévy] ou du juif Glucksmann [André Glucksmann], on fait l'impasse sur la Shoah et ses six millions de morts mais nous, nous ne l'avons pas oubliée", avait ajouté le ministre de l'intérieur.

Des efforts reconnus par la communauté : en 2003, le centre Simon Wiesenthal lui a remis son prix. Et David Harris, directeur du très influent American Jewish Committee, qui l'a reçu aux Etats Unis en 2004, voit en Sarkozy "un homme de charisme, de vision, de courage, de dynamisme."

Au mois de décembre 2004, alors qu’il était sans fonction ministérielle, Nicolas Sarkozy avait effectué une visite de quarante-huit heures en Israël. Devant la communauté française à Tel Aviv, il avait rappelé qu’Israël est une "démocratie amie de la France", et au contraire de relativiser la question de l’antisémitisme, il avait fait sien le combat contre la haine des Juifs : "L’antisémitisme ne s’explique pas, car il ne peut y avoir d’explications à l’inexplicable. L’antisémitisme, ça ne s’explique pas, ça se combat". Selon lui, "la question de l’antisémitisme n’est pas la question des Juifs. C’est la question de la République française. Chaque fois qu’un Juif est injurié en tant que Juif, c’est une tache sur la République", avait-il affirmé. Il avait également assuré que "ce serait faire trop d’honneur aux racistes et aux antisémites que de laisser penser que la France est un pays antisémite".

Le 31 mai 2006, après les incidents à caractère antisémite survenus à Paris de la part des membres de la "Tribu Ka", Nicolas Sarkozy a demandé au ministre de la Justice, Pascal Clément, d’interdire leur site Internet où des propos et des images antisémites sont diffusés. Deux mois plus tard, à son initiative, le Conseil des Ministres du 26 juillet 2006 dissout la Tribu Ka. Le Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais ("Collectifdom") se félicitait alors de la dissolution de ce groupuscule afro centriste, raciste et antisémite, dirigé par un illuminé, d’origine béninoise, Kemi Seba (de son vrai nom Stellio Capo Chichi dit Capochichi), qui prônait ouvertement la haine des blancs, des juifs, des arabes, des métis...

Au mois de septembre 2006, à l’occasion de sa visite au président George W. Bush, alors vivement critiquée par Jacques Chirac, il avait rencontré à New York les principaux représentants des organisations juives américaines, dont le président du Congrès Juif Mondial, Israël Singer.
Le ministre de l'intérieur a remporté le prix de l'homme politique de l'année décerné par l'Union des patrons et professionnels juifs de France (UPJF). C'est au cours du dîner de gala de l'UPJF, le 30 mars 2006 que la récompense a été décernée au ministre de l'intérieur que les organisateurs ont salué comme celui qui "saura sans doute redonner une nouvelle dynamique aux relations d'amitiés solides qui lient Paris, Washington et Jérusalem".

Nicolas Sarkozy confie un certain nombre de missions à Arno Klarsfeld. Le choix de « l’avocat de la vérité », pour reprendre la formule de l’historien Henry Rousso, n’est pas neutre. Avocat des parties civiles au procès de Paul Touvier, en 1998, Arno Klarsfeld représente l'association des Filles et fils de déportés juifs de France lors du procès de Maurice Papon. Il fait ensuite campagne, notamment dans les médias, pour la création de cours internationales afin de juger les criminels de guerre pour des massacres tels que le génocide au Rwanda et celui au Kosovo. En 2002, à trente-sept ans, il prend la nationalité israélienne ayant passé de près de dix ans la limite d'âge, Arno Klarsfeld s'engage dans les Magav, les garde-frontières de l'armée israélienne.

Nicolas Sarkozy avait demandé au mois de février 2005 à Arno Klarsfeld de mener un « travail approfondi sur la loi, l’Histoire et le devoir de mémoire », dans le contexte de la loi sur les bienfaits de la colonisation qui divisait les historiens. Le Président de l'UMP apparaissait alors comme un «rempart contre l'extrême droite» selon les termes d’Arno Klarsfeld. Au mois de mai 2006, le ministre de l’intérieur lui confie une autre mission : "un large travail de réflexion sur la délinquance des mineurs". Et puis au mois de juin dernier, Nicolas Sarkozy confie une "mission de médiation" à Arno Klarsfeld et accorde un nouveau sursis, jusqu'à la mi-août, aux étrangers en situation irrégulière, parents d'enfants scolarisés.

Défenseur d’Israël
Après l’entretien qu’il avait eu avec Ariel Sharon au cours de son voyage en Israël en 2004, le Premier ministre israélien lui avait alors lancé : "Je suis certain que vous avez bien conscience de faire partie de nos amis" ; il s’agissait bien de consommer la rupture avec la politique arabe de la France. D’ailleurs Shimon Pérès, qui était alors dirigeant du Parti travailliste, avait jugé important de rencontrer Nicolas Sarkozy, un homme avec lequel il était possible de "regarder l’avenir"… Contrairement à la plupart des responsables politiques européens, Nicolas Sarkozy ne s’était pas rendu dans les territoires palestiniens.

Au début de la deuxième guerre du Liban, Nicolas Sarkozy désigne un "agresseur": le Hezbollah, "qui se comporte de manière invraisemblable", avait-il lancé sur TF1.
"La situation est dramatique parce qu'il y a un risque d'escalade", d'engrenage" et de "généralisation", avait-il déploré, estimant qu’"Israël doit se défendre et a le droit de se défendre". M. Sarkozy conseillait toutefois à Israël de "garder son sang froid et de ne pas faire de la surenchère, de proportionner la réaction". Le Liban, quant à lui, "a le droit à l'indépendance et au respect de son intégrité et de son unité", a-t-il estimé. Or, "le comportement irresponsable du Hezbollah conduit aujourd'hui à la désagrégation" de l'Etat libanais. Et de conclure : "Il faut débarrasser le Liban des influences extérieures".
Quant à l'Iran, Nicolas Sarkozy avait déclaré qu’elle se mettait encore un peu plus au banc de la communauté internationale, expliquant qu’il y a plus « que des soupçons sur les liens entre le Hezbollah et le régime iranien".

Nicolas Sarkozy comprend qu’au conflit israélo-palestinien, s’est substitué un antagonisme plus complexe encore, qui divise le Moyen Orient entre deux camps : celui des pays modérés, qui veut la paix, celui des pays extrémistes, qui la refuse.

Contrairement à d’autres responsables politiques de premier plan, Nicolas Sarkozy n’a jamais cherché à taire ses origines… Au contraire, le « petit Français de sang mêlé » a appris « l'amour de la France et la fierté d'être français. » La leçon est double.

Juif et Français, ensemble, cela redeviendrait possible ?

Nicolas Sarkozy veut devenir le Président de toute la France. On ignore si au soir du 6 mai, elle lui confiera son destin. Une chose est certaine : dimanche 14 janvier, l’art de dire la politique, s’est bien distingué.


10:02 Écrit par la vraie sioniste dans POLITIQUE FRANCAISE ISRAEL ET LES JUIFS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |