08/12/2009

graffitis antisemites

Un professeur de collège visé par un tag antisémite

Un enseignant de « Marcel Cachin », au Blanc-Mesnil, a été la cible, fin novembre, d'une inscription anti-juive. Ses collègues s’en désolent et la CPE y voit l’influence, chez certains élèves, de Dieudonné.

Une mauvaise surprise attendait les élèves du Collège Marcel Cachin, le 25 novembre, au Blanc-Mesnil. Un tag antisémite. La cible : un professeur de mathématiques de l’établissement. Son nom de famille inscrit sur le mur principal de l’école, avec une croix gammée : « X (patronyme) sal juif ». Cet enseignant, qui souhaite ici garder l'anonymat, je l’ai eu pendant deux années de ma scolarité à « Cachin ». Je me souviens de lui comme d’un pilier du collège. La discipline, pour lui, amène l’élève à l’excellence.
« Nous, l’équipe pédagogique, avons été choqués de cet acte antisémite », me déclare la conseillère principale d’éducation. Selon elle, certains élèves en ont rit à la vision de ce tag, d’autres se sont montrés curieux, certains ont été choqués et se sont confiés à leurs parents, qui, en guise de soutien au professeur, ont appelé le collège. Le lendemain de la découverte de cette inscription, le principal a envoyé une note aux familles, dans le but de leur faire prendre conscience du geste. Les professeurs, eux, ont fait une intervention de 10 à 15 minutes dans leur classe pour expliquer aux élèves la gravité du geste, qui peut leur sembler, à première vue, anodin. Le tag, depuis, a été recouvert de peinture.
« Nous ne voulions pas dramatiser en consacrant à cet acte une matinée entière d’explication, sinon les élèves auraient pu être tentés par d’autres actes similaires pour rater des cours », raconte la CPE. Selon elle, certains élèves n’ont pas assez de recul, des parents n’ont pas les mots pour expliquer à leurs enfants la portée de certaines paroles. « A mon époque, reprend la CPE, l’école était un ascenseur social, et on voulait toujours apprendre plus ; aujourd’hui, malheureusement, l’instruction recule et autre chose avance, c’est le problème. »
« La bêtise n’épargne personne », dit-elle en s’inspirant d’une expression de Coluche. Ce tag, veut-elle croire, serait plutôt l’acte d’une personne ignorante que d’une personne antisémite. Son auteur, ajoute-t-elle, aurait été influencé par des idées véhiculées dans les banlieues, et par celui qui y fait parfois figure d’idole : Dieudonné.
En revoyant mon ancien professeur de maths, je me remémore des cours en salle 1, dans une atmosphère pythagorienne, où flottent dans l’air des x au carré. « Il y a des choses plus graves, c’est lamentable, je ne veux pas que le mot "juif" devienne une insulte », dit-il. Le professeur, âgé de 33 ans, est arrivé il y a 10 ans à « Cachin ». C’est la première fois, depuis l’inauguration de l’établissement, le 23 janvier 1971, qu’un tel acte y est commis.
Le professeur visé a décidé de porter plainte, pour diffamation et propos antisémites. Le principal a porté plainte au nom de l’établissement pour intrusion et vandalisme. Les policiers l’ont interrogé sur d’éventuels suspects, mais aucun nom n’est apparemment ressorti. « Ce qui m’a déçu, c’est de voir certains élèves studieux venir voir ça comme s’il s’agissait d’un spectacle », regrette le prof de maths. Il se dit prêt à faire une 11e année et affirme ne pas se sentir intimidé par les élèves.
Yassine, scolarisé en 5e, dit n’avoir pas particulièrement prêté attention au tag. Selon lui, d’autres élèves « ont pris ça comme un truc de ouf ! ». Il se passe des trucs de ouf, en ce moment, au Blanc-Mesnil…

Source : de Kahina Mekdem pour Bondyblog


Photo : la partie du mur où se trouvait le tag (à gauche de la porte bleue) a été recouverte d'une peinture blanche.

09:47 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/12/2009

les palos contre le boyccot anti israel

Les palestiniens se plaignent du boycott anti-Israël !

Rédigé par JSS le Dec 7th, 2009 and filed under Israël-Territoires Disputés, Territoire disputés - Gaza. Vous pouvez suivre les réponses à cet article grâce au RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback à cet article

pgftu_logo2Le Secrétaire général de la Fédération des Syndicats des travailleurs palestiniens (PFGTU) a déclaré à une délégation de TULIP que son organisation n’était pas intéressée par le boycott d’Israël. A l’occasion d’une journée de réunions à Naplouse, Shaher Sa’ed s’est exprimé devant les représentants de sept syndicats, en affirmant que sa première priorité était d’aider les travailleurs palestiniens et que la Fédération des Syndicats n’avait jamais approuvé la politique générale de boycott.

Sa’ed a consenti le soutien de la Fédération au boycott de la production en provenance des implantations, tout en mettant en balance le fait que cela nuirait davantage que cela ne servirait les intérêts des 30.000 Palestiniens qui y sont régulièrement employés.

Si le boycott fonctionnait rien qu’un peu, nous n’aurions plus rien à manger, plus de quoi payer l’électricité ou le gaz pour faire à manger. Il faut être réaliste, un boycott d’Israël et des produits fabriqués dans les colonies est ce qu’il y a de pire pour nous, palestinien” a t-il affirmé avant de renchérir; “c’est comme ceux qui fabriquent les maisons des israéliens dans les colonies, ils sont bien content d’avoir de quoi vivre. On voit jamais l’argent de notre gouvernement alors que celui des israéliens il est bien là. Les salaires sont corrects et personne ne se plaint. Entre nos employeurs et nous, c’est la paix alors je ne comprend pas pourquoi on veut nous enlever le pain de la bouche avec ce boycott… Voilà quelque chose qu’on ne connaît pas ici. Boycott… Surtout pas!

Ca a le mérite d’être clair… Mais le message sera t-il suivi par les antisémites et par ceux qui nient à Israël le droit d’existence ?

15:13 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/12/2009

MUSIQUE ISRAEL

Un nouvel article a été ajouté sur israel.musique.com :

Subliminal et dana International : alay

Subliminal

Un nouvel article a été ajouté sur israel.musique.com :

Atsel feat. Talksick : shotreg tamahar

Atsel

Un nouvel article a été ajouté sur israel.musique.com :

Momy Levy et margalit Tsanany : naari shouva elay

Momy Levy

Un nouvel article a été ajouté sur israel.musique.com :

Hatayarim : aalan veshaalan

Hatayarim

Un nouvel article a été ajouté sur israel.musique.com :

Eyal Golan : Jungle

11:24 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/11/2009

daniel pipes news

Daniel
 Pipes

Liste de diffusion de Daniel Pipes
27 novembre 2009

 
 Page d'accueil    |    Articles    |    Annulation 

Islamisme 2.0

par Daniel Pipes
Jerusalem Post
25 novembre 2009

http://fr.danielpipes.org/7781/islamisme

Version originale anglaise: Islamism 2.0
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Pour emprunter une expression employée en informatique, si l'ayatollah Khomeiny, Osama ben Laden et Nidal Hassan représentent l'islamisme 1.0, Recep Tayyip Erdogan (le Premier ministre de Turquie), Tariq Ramadan (un intellectuel suisse) et Keith Ellison (un membre du Congrès des Etats-Unis) représentent l'islamisme 2.0. Le premier [l'islamisme 1.0] tue plus de personnes mais le deuxième [islamisme 2.0] présente une plus grande menace pour la civilisation occidentale.

Hussam Ayloush (E) a accueilli le membre du congrès M.Keith Ellison (Démocrate-Minn) lors d'une manifestation du CAIR, en novembre 2007.

La version 1.0 attaque ceux qui sont perçus comme faisant obstacle à son objectif de [créer] une société gouvernée par un califat mondial et entièrement régie par la charia (loi islamique). Les tactiques premières de l'islamisme – du régime totalitaire au méga-terrorisme- englobent la brutalité sans limite. Trois mille morts dans une attaque ? La recherche de Ben Laden pour avoir des armes atomiques suggère que le bilan meurtrier pourrait être cent ou même mille fois supérieur.

Toutefois, un examen des trois dernières décennies, depuis que l'islamisme est devenu une force politique importante, montre que la violence seule fonctionne rarement. Les survivants du terrorisme capitulent rarement devant l'islam radical, [en tout cas] pas après l'assassinat d'Anouar el-Sadate en Egypte en 1981, ni après les attaques du 11 septembre, les attentats à la bombe de Bali de 2002, les attentats à la bombe de Madrid en 2004, les attentats à la bombe d'Amman de 2005 ou les campagnes terroristes en Israël, en Irak, en Afghanistan et au Pakistan. . Le terrorisme cause un dommage physique, tue et intimide mais il renverse rarement l'ordre existant.

Imaginez si les islamistes avaient causé la dévastation de l'ouragan Katrina ou du Tsunami de 2004, que pourraient-ils avoir atteint comme effet durable ?

La violence non terroriste visant à appliquer la charia ne fait guère mieux. La Révolution (ce qui signifie une révolte sociale sur une grande échelle) a porté les islamistes au pouvoir, à chaque fois juste en un seul endroit – l'Iran en 1978-79. De même, le coup d'état ( un renversement militaire) porte les islamistes au pouvoir une seule fois– Soudan en 1989. Idem pour la guerre civile- l'Afghanistan en 1996.

Si la violence de l'islamisme 1.0 réussit rarement à transmettre la charia, la stratégie de l'islamisme 2.0, qui est de collaborer avec le système, fait mieux.

Les Islamistes, habiles à gagner l'opinion publique, représentent la principale force d'opposition dans les pays à majorité musulmane comme le Maroc, l'Egypte, le Liban et le Koweit. Les islamistes ont connu un succès électoral en Algérie en 1992, au Bangladesh en 2001, en Turquie en 2002 et en Irak en 2005.

Une fois au pouvoir, ils peuvent faire avancer le pays en direction de la charia. Alors que Mahmoud Ahmadinejad fait face à la colère des manifestants de la rue iranienne et que Ben Laden se cache dans une cave, Erdogan jouit de l'approbation publique, refait la République de Turquie, et propose un modèle séduisant pour les islamistes du monde entier.

Sayyid Imam al-Sharif , le théoricien égyptien d'Al-Qaïda, a changé son approche et approuve maintenant l'islamisme légal.

Reconnaissant ce modèle, un théoricien de premier plan d'al-Qaïda a publiquement désavoué le terrorisme et adopté des moyens politiques. Sayyid Imam al-Sharif (né en 1950, également connu sous « le nom de guerre » de Dr Fadl) fut accusé d'avoir aidé à assassiner Sadate. En 1988, il publia un livre qui plaidait en faveur du djihad perpétuel et violent contre l'occident. Avec le temps, cependant, Sharif a observé l'inutilité d'attaques violentes et plutôt préconisé une stratégie d'infiltration de l'Etat et d'influence de la société.

Dans un livre récent, il a condamné l'usage de la force contre les musulmans (« chaque goutte de sang qui fut versée ou est en train d'être versée en Afghanistan et en Irak la responsabilité en incombe à Ben Laden, à Zawahiri et leurs partisans ») et même contre les non-musulmans (le 11 septembre fut contreproductif car « à quoi bon si vous détruisez un des bâtiments de votre ennemi et qu'il détruit l'un de vos pays ? A quoi bon si vous tuez un de ses hommes et il tue mille des vôtres ?)

L'évolution de Sharif, de théoricien du terrorisme à défenseur de la transformation [en moyens] légaux, a des échos beaucoup plus larges. En conséquence, comme le note l'écrivain Lawrence Wright, sa défection représente une « menace terrible » pour Al-Qaïda. D'autres, autrefois des organisations islamistes violentes, en Algérie, en Egypte et en Syrie, ont reconnu ce qu'ils pouvaient tirer de l'islamisme légal et ils ont en grande partie renoncé à la violence. On voit aussi un changement parallèle dans les pays occidentaux, Ramadan et Ellison représentent une tendance en plein essor.

( Ce qu'on pourrait appeler islamisme 1.5- une combinaison de moyens durs et doux, des approches externes et internes- fonctionne aussi. Il implique que des islamistes amadouent l'ennemi, puis les éléments violents s'emparent du pouvoir. La prise de pouvoir du Hamas à Gaza a prouvé que cette combinaison pouvait fonctionner : gagner les élections en 2006, puis susciter une violente insurrection en 2007. Des processus similaires sont peut-être en cours au Pakistan. Le Royaume-Uni pourrait être soumis au processus inverse, dans lequel la violence crèe une ouverture politique. )

En conclusion, seuls les islamistes, et non pas les fascistes ou les communistes, sont allés bien au-delà de la force brutale pour gagner le soutien populaire et développer une version 2.0. Parce que cet aspect de l'islamisme sape les valeurs traditionnelles et détruit les libertés, il peut menacer le mode de vie civilisé, et même plus que ne le fait la brutalité de 1.0.

Thèmes connexes:  Islam militant

14:45 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/11/2009

paracha ect......

PARACHA TOLDOT

Paris : Entrée 16h47  - Sortie 17h57

Lyon : Entrée 16h47 – Sortie 17h54

Marseille : Entrée 16h52 – Sortie 17h57

De quoi parle notre Paracha?

Les points principaux :

- Rivka donne naissance aux jumeaux Yaacov et Essav.

- Yaacov est un talmid hakham, alors qu’Essav est un homme des champs.

- Essav vend son droit d’aînesse à Yaacov.

- A cause de la famine, Ytshak quitte le pays de Canaan.

- Ytshak bénit Yaacov..

- La plainte d’Essav suite à la bénédiction de son frère.

 

Notre parachah contient l’essentiel de l’histoire d’Yitz’hak, depuis la naissance de ses enfants jusqu’à ce qu’ils soient séparés par leurs parents. L’histoire d’Yitz’hak comporte la naissance et la jeunesse des jumeaux de Rivka. Au moment d’une famine dans le pays, Yitz’hak va à Guerar, où il creuse des puits, et Yitz’hak et Avimélekh concluent une alliance. A l’âge de quarante ans, Essav prend des épouses qui causent de l’affliction à Yitz’hak et Rivka. Dans sa vieillesse, Yitz’hak donne à Ya’akov et Essav les bénédictions à la suite desquelles Ya’akov est envoyé sur l’ordre de ses parents pour prendre une femme dans la maison de Lavan. Par la bénédiction d’Yitz’hak, il héritera du pays de sa résidence, qui a été donné à Avraham.

 

Paracha TOLDOT en vidéo : http://www.espacetorah.com

 

A quoi sert un Mikvé (le bain rituel) ?

Un Mikvé est constitué de deux bassins : dans un des bassins creusé à même le sol, l’eau de pluie est recueillie grâce à des tuyaux, de façons absolument naturelle, sans intervention humaine. Ce bassin est relié à un autre bassin par des trous : le second bassin est alors rempli d’eau du robinet qui est filtrée, recyclée et changée très souvent. Les Mikvés modernes présentent toutes les garanties d’hygiène. Autour de ce bassin, on aménage des cabines de douches ou des salles de bain puisqu’il est nécessaire de se laver parfaitement avant de se tremper au Mikvé. Le Mikvé est utilisé :

1) par les jeunes filles, la veille ou trois ou quatre jours avant leur mariage.

2) par les femmes mariées, en principe tous les mois.

3) par les garçons et les hommes, si possible chaque matin ; sinon au moins le vendredi avant Chabbat ; au minimum la veille de Yom Kippour et pour les grandes occasions : le jour du mariage, le jour d’une Brit Mila etc…

4) pour la vaisselle – en métal ou en cristal – achetée à un non-Juif.

5) pour la conversion des prosélytes.

De nombreux préparatifs peuvent s’avérer nécessaires avant l’immersion dans le Mikvé. Il convient de les étudier soigneusement auprès de personnes compétentes. La construction d’un Mikvé a priorité sur la construction d’une synagogue, d’une école juive, d’une boucherie cachère etc… car le Mikvé est la condition sine qua non pour une vie de famille cachère. Même une femme âgée peut, dans certains cas, se tremper au Mikvé et obtenir ainsi, rétroactivement, la pureté dans son couple et même pour ses enfants et petits-enfants ; ceci assurera la bénédiction pour elle-même, pour sa famille et tout le peuple juif. Il n’est jamais trop tard

 

L’histoire de la semaine :

Jadis, en Russie, vivait un pauvre juif. Ce dernier devait marier sa fille et

avait besoin pour cela d’une grosse somme d’argent. N’ayant pas de moyen, il alla confier ses soucis à son Rav.

Ce dernier le bénit et lui conseilla de s’engager dans la première affaire se

présentant à lui.. Sur le chemin du retour, notre pauvre homme arriva dans une auberge où se trouvait un groupe de marchands. Lorsqu’ils l’aperçurent, un des marchands, sur un ton moqueur, lui proposa son Olam haba pour un rouble. Le juif se souvint alors de la Berakha du Rav et acquiesça à la proposition du marchand. Ils signèrent donc un contrat devant témoins et firent la transaction.

Lorsque notre marchand fut de retour chez lui, il raconta ses prouesses à son épouse. Cette dernière, furieuse, obligea son mari à racheter son Olam haba n’étant pas prête à vivre avec un tel individu (sans Olam haba).

Le marchand, dépit, s’acharna donc à racheter son Olam haba chez le pauvre juif qui refusa fermement. Le marchand lui proposa même un prix bien plus élevé mais rien n’y fit. Il n’eut d’autre choix que de se diriger vers son Rav pour retrouver son Olam haba et son chalom bait.

Le Rav donna raison au pauvre juif. Mais il trouva à notre marchand une solution : payer tous les frais du mariage de la fille du pauvre homme. Le Rav ferait alors pression pour le remboursement de son Olam haba.

Le marché fut conclu, et notre marchand put enfin retrouver son Olam haba. Après s’être remis de ses émotions il demanda au Rav : « pourquoi ai-je dû racheter si cher mon olam Habah, alors que la veille je l’avais vendu à un rouble. »

Le Rav répondit : « le prix est fixé selon la valeur que l’on accorde à l’objet. Hier, du fait de ton mépris, ton Olam haba n’avait que peu de valeur. Mais aujourd’hui, sa valeur est immense car la paix de ton foyer en dépend !»

La même chose eut lieu lors de la vente du droit d’aînesse d’Essav à Yaacov.

Essayons donc de donner de la valeur et du poids à nos mitsvot !!!

 

GARDE TA LANGUE

La «poussière» de médisance

Il y a beaucoup de choses qui sont interdites à cause de la «poussière» de médisance. Par exemple si quelqu’un raconte à son ami comment on a posé

à quelqu’un d’autre des questions sur lui, et qu’il a répondu: «Taisez-vous, je ne veux pas raconter ce qui s’est passé», ou ce qui va se passer, ou des choses de ce genre, si bien qu’on peut conclure de ces paroles que quelque chose ne va pas, cela fait partie de la «poussière» de médisance.

De même quand on fait des compliments de quelqu’un devant son ami, de telle façon que cela puisse engendrer chez son ami de la mauvaise humeur contre lui, ce qui risque de lui provoquer du tort, cela fait partie de la «poussière» de médisance. Il me semble donc qu’il faut faire attention à ne pas faire de compliments sur Reouven devant son associé Chimon (ou à une femme devant son mari, ou à un mari devant sa femme), en disant qu’il lui a rendu service par un prêt ou un don, ou à propos du salaire d’un employé, qu’il le lui a donné comme il convient, et tout ce genre de choses, car il est fréquent que cela éveille de la colère dans le coeur de Chimon contre son associé Réouven, et que parfois Réouven ait à souffrir à cause de cela des dommages ou une dissension.

 

LES CONSEILS DE LA SEMAINE

Eloignons-nous de ces 7 éléments négatifs, présents chez Essav et qui sont une abomination pour Hachem :

1 l’arrogance

2 une langue qui ment

3 des mains qui versent du sang innocent

4 un coeur qui conçoit de mauvaises pensées

5 des pieds qui courent pour faire le mal

6 un faux témoin

7 amener la discorde parmi ses frères

Prenez donc vos distances !!!

 

Mes bougies de Chabbat

Il y a vingt ans, j’ai reçu des bougies de Chabbat de quelqu’un que je ne connaissais pas. Des jeunes filles distribuaient des bougies à toutes les femmes juives qu’elles rencontraient et, bien qu’à l’époque je trouvai cela bizarre, je les acceptai.
A la maison, je lus le papier avec le mode d’emploi qui les accompagnait mais je décidai que ce rite n’était pas pour moi. Après tout, je n’avais jamais entendu le mot «Chabbat» et mon éducation juive s’était résumée en une phrase prononcée par ma grand-mère : «Tu es juive, et c’est tout ce que tu dois savoir !»
Les années passèrent, les bougies avaient été oubliées depuis longtemps quand la même scène se reproduisit : on m’offrit à nouveau des bougies un vendredi. Entre-temps j’avais eu l’occasion de rencontrer quelques Juifs pratiquants et je m’étais familiarisée avec cette coutume. Cette fois-ci, je trouvai que c’était une bonne idée ; je lus attentivement la brochure explicative qui soulignait la beauté, la signification profonde et l’importance de l’allumage des bougies. Ce fut ce vendredi soir que j’allumai les bougies de Chabbat pour la première fois.
Un an plus tard, naquit ma fille ‘Hanna. Pour elle, ce fut différent : dès le premier vendredi de sa vie, elle observa sa mère qui allumait les bougies de Chabbat. Quand elle fêta son troisième anniversaire, nous adoptâmes la coutume mentionnée dans la brochure : une petite fille de trois ans allume sa propre bougie de Chabbat avec la bénédiction, sous l’œil vigilant de sa maman bien sûr ! A cette occasion, je lui achetai un très beau chandelier.
Quand l’été arriva, ‘Hanna avait trois ans et demi et avait déjà une certaine expérience. Elle en parlait avec volubilité à son arrière grand-mère qui était venue de Floride pour quelques mois. ‘Hanna et moi aimions rendre visite à ma grand-mère dans le village de vacances le vendredi.
La brochure concernant l’allumage des bougies insistait sur l’importance de respecter les horaires afin d’honorer le Chabbat et de ne pas risquer de le désacraliser. C’est pourquoi nous quittions ma grand-mère bien avant l’heure de Chabbat afin d’avoir le temps de rentrer à la maison pour l’allumage.
Un vendredi après-midi, nous étions lancées toutes les trois dans une conversation animée quand je remarquai soudain qu’il était tard. Nous étions si bien ensemble que nous n’avions pas vraiment envie de nous quitter mais dans mon esprit, il ne pouvait en être autrement. Mais à ma grande surprise, ma grand-mère suggéra que nous allumions les bougies sur place dans son bungalow. J’acceptai volontiers et proposai même d’apporter sur place la nourriture que j’avais préparée afin que nous prenions ensemble le repas de Chabbat. Je fonçai en voiture chez moi et rapportai tout ce qui était nécessaire pour le repas. ‘Hanna était impatiente de montrer à sa grand-mère comment elle allumait la bougie en récitant par cœur la bénédiction. Son arrière grand-mère l’observa, fascinée et attendrie, tandis que l’enfant se couvrait le visage de ses petits doigts potelés et chantait la bénédiction avec une ferveur sincère.
Prise d’une inspiration soudaine, je proposai à ma grand-mère de l’imiter. Autant que je le sache, elle n’avait jamais allumé les bougies de Chabbat de sa vie. Je fus heureuse qu’elle acceptât. Je posai deux bougies supplémentaires sur le plateau : sans attendre mon aide, elle craqua une allumette, alluma ses bougies et, pleine d’assurance, récita d’elle-même la bénédiction.
J’étais stupéfaite : ma grand-mère connaissait donc la bénédiction ? Où avait-elle appris ? Comment se faisait-il que je ne l’avais jamais vue allumer les bougies de Chabbat ? Il était impossible qu’elle soit capable de répéter une phrase entendue pour la première fois de la bouche d’une enfant de trois ans !
Il n’y avait pas de temps à perdre, l’heure avançait. J’allumai mes bougies avec la bénédiction et mes prières silencieuses en faveur de ma famille, de mes amis, des malades, des jeunes gens à marier, des couples sans enfants et de tout le peuple juif. Puis j’interrogeai ma grand-mère. Elle raconta que sa propre mère allumait les bougies de Chabbat mais avait arrêté quand elle avait eu dix ans. Ma grand-mère se souvenait de la bénédiction si souvent entendue durant son enfance et l’avait reconnue quand ma fille l’avait prononcée.
Je n’en fus que plus étonnée : la dernière fois que ma grand-mère l’avait entendue, c’était il y a plus de 70 ans ! Ce souvenir était subitement revenu à sa mémoire. Elle-même n’avait jamais auparavant allumé les bougies de Chabbat et, ce vendredi après-midi, en compagnie de sa petite-fille et de son arrière petite-fille, elle les alluma pour la première fois de sa vie !
Tout au long de cet été, nous avons continué d’allumer toutes les trois ensemble les bougies de Chabbat. A la fin des vacances, ma grand-mère retourna en Floride : ‘Hanna et moi avons attendu avec impatience l’été suivant pour renouveler cette expérience mais ce bonheur nous fut refusé car ma grand-mère décéda quelques mois plus tard.
Après son décès, je me souvins subitement de ses mots : «Tu es juive, c’est tout ce que tu as besoin de savoir !» Je réalisai qu’avec cette connaissance de base, toute une vie de foi en D.ieu, d’étude de la Torah, de pratique des commandements et de réflexion m’attendait pour que je parte à sa découverte et que je m’en imprègne.
C’est à la mémoire de ma grand-mère que ‘Hanna et moi nous conformons justement à cet héritage identitaire.
Il est évident qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre et pour accomplir.

 

Urgent TEHILIMS POUR :

le grand rabbin d'Israel Rav Mordekhai Eliahou (Mordehai tsemah ben mazal)

et Rav Yossef Chalom ELIACHIV et le Rav OBADIA YOSSEF

CHIMONE BEN HANINA, Guilad ben Aviva SHALIT, Meir ben Messouda Brami, REPHAEL MOSHE ISRAEL BEN SHLOMIT ADINA, Ilana Lea Bat Sheindel Rahel, rephael saadia daniel Ben yardena, SOLIKA SARAH GUILA BAT MYRIAM, MEYER YORAM BAR HAVA, ODEL ROUTH BAT HAYA, AVRAHAM BEN DJOUAR ZERMATI, BEBE OZIEL BEN SARAH, MURIEL FRANCINE BAT LEONIE, ISAAC BEN REGINE, DVORA BAT FORTUNEE, HAYA BAT ESTHER, AVRAHAM BEN TANY, RAZ BAT CHLOMIT, AVRAHAM NISSIM BEN LOUISE, SALOME LELOUCHE

 

Des articles SYMPA sur le BLOG : http://salutmic.skyblog.com

KOTEL en direct : http://www.chiourim.com/clips_videos/clips_videos/le_kotel_en_direct.html

Association Bnei TORAH : http://www.chiourim.com

Le site des Loubavitch : http://www.loubavitch.fr

Reçois la TORAH chaque jour par mail envoyer un mail à : torahmail26@gmail.com

Cours en Audio : http://www.torah-box.com

Cours en Vidéo de Rav RON CHAYA : http://www.leava.fr

Posez vos questions : http://www.universtorah.com ou http://www.cheela.org

Facebook : http://www.facebook.com/profile.php?id=686115041

CHABBAT CHALOM A VOUS AINSI QU’A TOUTE VOTRE FAMILLE

11:33 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/11/2009

la venue du machiah est proche

L’arrivée du Messie se rapproche Par le Rav Chlomo Aviner
rav chlomo aviner

le rapport Goldstone accuse l’Etat d’Israël de s’être comporté de façon immorale et d’avoir commis des crimes de guerre pendant l’Opération militaire « Plomb durci ».

Il s’agit d’une bonne nouvelle, car cela signifie que l’arrivée du Messie se rapproche.

Comme on le sait, le Messie sera lui aussi victime d’une telle accusation ainsi qu’il est écrit dans le Livre du prophète Isaïe, ch. 63, v. 1 à 6 : « Quel est celui qui vient d’Edom, qui arrive de Bacra, les vêtements teints de rouge : «les vêtements du Messie sont tachées de sang. `Qu’il est magnifique dans son costume et s’avance fièrement dans l’éclat de sa force !»

- « C’est moi, qui parle le langage de la justice et suis puissant pour sauver » : ce sont les paroles du Messie, c’est son rôle, sauver mon peuple. Pourquoi cette couleur rouge à ton vêtement ? pourquoi tes habits sont-ils comme ceux du vendangeur qui foule le pressoir ? C’est que j’ai foulé une cuvée à moi tout seul, et d’entre les nations personne n’a été avec moi : pourquoi mes habits sont-ils maculés de sang ? car je suis seul, personne ne me soutient.

Vous, peuples du monde, qui vous attaquez à nous à propos de ce que nous avons fait dans la Bande de Gaza, lors de l’opération militaire « Plomb durci », où étiez-vous donc pendant 60 ans ? Où étiez-vous donc lorsque nous avons été attaqués dans les guerres et les actes terroristes ? Pourquoi n’avez-vous pas crié à ce moment-là ? Pourquoi n’avez-vous pas hurlé lorsque des missiles en provenance de Gaza nous ont attaqué sans arrêt pendant 8 ans ?! Nous n’avions pas le choix ! Il fallait que nous nous défendions !!!

C’est pour cela que « Je les ai pressurés dans ma colère, écrasés dans mon courroux. Leur sève a rejailli sur mes vêtements et mes habits en sont tout souillés. Je les ai vaincus, et c’est ma victoire qui a fait couler ce sang sur mes habits ».

« Car c’était un jour de revanche dans ma pensée, l’année de mes représailles était venue : « combien de temps aurait-il encore fallu attendre ?! Combien de temps peut-on supporter cela ?! Combien de temps peut-on rester sans réagir ?!

« Et j’ai regardé : personne pour me prêter main forte ! » : lorsqu’on nous frappe, personne ne s’intéresse à nous, mais lorsque nous nous défendons, alors tout d’un coup cela est critiqué.

C’est pour cette raison que je vous annonce la chose suivante :

« Alors mon bras fut mon secours, mon indignation fut mon auxiliaire, et j’ai broyé des peuples dans ma colère, je les ai étourdis dans ma fureur, et fis couler leur sève à terre ».

Par conséquent, le Messie est arrivé. Dans la Galout (hors d’Israël), les non-juifs nous ont frappé, ils nous ont assassiné .Ils nous ont pourchassé, mais nous ne pouvions rien faire contre cela, nous étions telle une brebis au milieu de 70 loups. Mais maintenant, tout d’un coup, la brebis a la force de réagir et lorsque les loups l’attaquent, elle riposte en se battant. Comment la brebis ose-t-elle ? Ce n’est pas ainsi qu’on respecte les règles du jeu « La brebis doit prendre des coups, bien entendu, celui qui est sacrifié est forcément coupable. Si ce n’était une brebis, le loup ne la dévorerait pas …..

C’est de cette façon que nous montrons que nous sommes un peuple qui veut vivre. Même en Galout, le peuple voulait vivre, mais il n’y avait pas tellement de choix. Maintenant, nous avons le choix, et nous nous défendons. Ici il s’agit d’une guerre et nous protégeons nos frères ! Nos ennemis ont installé leurs armes au milieu de la population civile : dans les écoles et dans les ambulances. L’ennemi se sert de la population civile en tant que bouclier humain. Que peut-on faire ?

Le Colonel Richard Kemp , qui est un colonel anglais qui a combattu pendant des années contre la terreur, a dit dans son rapport qu’il y a eu des erreurs et que des civils ont été blessés, bien que l’Etat d’Israël et l’Armée d’Israël, Tsahal , aient tout fait pour qu’il n’y ait pas de blessés parmi les civils , et cela bien plus que toute autre armée dans l’histoire des guerres. Le Colonel a raconté que Tsahal a envoyé plus de 2 millions de flyers (pour annoncer les combats) et qu’il a fait plus de 100 000 appels téléphoniques afin d’avertir les habitants afin qu’ils quittent les zones des combats. C’est ce qu’a dit le roi Saül au Kéni :

« Allez. Partez, séparez-vous de l’Amalécite, car je pourrais vous anéantir avec lui » (Samuel I, ch.15, v. 6). Je n’ai rien contre toi, mais je suis obligé de mener ce combat.

En outre, des centaines de combats ont été annulés de peur de blesser des civils. On a même fait venir des quantités énormes de matériel de soutien humanitaire (nourriture, médicaments etc.…).

Il n’y a jamais rien eu de comparable auparavant, il se peut qu’il y ait eu des erreurs, mais c’était la guerre ! Il y a des règles de conduite morale à tenir lors de guerres, mais cela aussi fait partie de la guerre. Notre but, c’est de protéger nos frères, nos femmes et nos enfants qui eux n’ont jamais rien fait de mal.

Nous sommes un peuple qui aime la paix et poursuit la paix, mais lorsque nous sommes contraints de combattre, nous nous battons. Esaü, lui, aimait combattre : « tu vivras par la force de ton glaive » (Genèse ch. 27, v. 40). Il tirait sa raison de vivre de son glaive. Mais nous, nous ne trouvons pas notre raison de vivre à la force de notre glaive, cependant nous avons besoin de ce glaive, cela s’appelle « les habits d’Esaü » : nous revêtons des habits d’Esaü malgré nous, car nous n’avons aucun autre choix.

Rappelons-nous ce qui s’est passé au Goush Katif. Nous sommes partis de là-bas, et le prix que nous avons dû payer a été énorme. 8000 juifs ont été expulsés de leurs maisons, il y a eu tellement de familles qui ont été détruites à cause de cela et ne se sont pas remises de ce désastre même jusqu’à aujourd’hui, ce qui a même causé une déchirure au sein de notre peuple. Depuis que nous sommes partis, pas une maison n’a été édifiée là-bas, ni aucun arbre n’a été planté, et tout l’argent reçu a été investi dans la guerre. Il faudrait presque dire que ces gens-là, leur but est plus a nous tuer que de chercher à vivre eux-mêmes. C’est pour cette raison que nous n’avions pas le choix et qu’il fallait que nous nous battions.

Le peuple d’Israël est un peuple tolérant et patient. Mais parfois, la situation devient intolérable. Par conséquent, pour ce peuple qui s’est établi à Sion, tant ceux de la droite que ceux de la gauche, tous sont de l’avis qu’il est impossible de continuer à vivre ainsi, et nous tous savons que nous devons mener ce combat qui est un combat juste. Tous ces rapports mensongers ont sorti les évènements de leur contexte véritable, et ils n’ont pas pris en considération ce que nous avons fait et ce qu’il est habituel de faire dans ces circonstances dans le monde en général.

Quelle est la conséquence de ces faits ? Cela a renforcé le peuple d’Israël qui s’est senti plus uni. L’ennemi, que ce soit par les armes ou par la parole, nous a soudés.

C’est le Messie qui protège le peuple d’Israël et le réunifie.

L’Honneur Du Mont Du Temple

Comme beaucoup d’autres sujets, celui du Temple est un sujet qui nous dépasse intellectuellement. C’est pour cette raison qu’il faut se comporter avec crainte et respect, et nous devons nous garder de croire que nous sommes capables de traiter ce problème uniquement avec nos capacités humaines. Cependant, une attitude extrémiste peut aussi se révéler destructrice, et c’est ainsi que nous devons l’étudier intensément et, autant que possible nous efforcer de le comprendre. Il faut étudier le sujet du Temple selon la Hala’ha et selon l’aspect intellectuel, et l’approfondir, que ce soit aussi lors de congrès ou de conférences qui s’adressent au grand public.

Beaucoup de Talmidé Ha’hamim (d’érudits en Torah) se sont résolument exprimé de façon catégorique à propos du Temple :

Selon eux, il ne faut en aucun cas toucher au Mont du Temple. Par exemple, le Rav Tsvi Yehouda Kook, qui n’en était pas moins idéaliste, ni moins courageux, ni moins convaincu et qui n’avait pas moins d’intuition qu’aucun autre érudit en cette matière, et encore moins que d’autres « renards qui dévastent les vignes » (voir Maïmonide, Lois sur l’Etude de la Torah, 5 paragr. 6 ), et c’est lui-même qui a donné l’impulsion fondamentale aux pionniers des villages qui ont été édifiés (en Judée Samarie), le Rav Tsvi Yehouda Kook a néanmoins tenu à nous enseigner qu’il ne fallait pas toucher au problème du Mont du Temple. Ce n’est pas pour cela que l’on est faible, et celui qui se laisserait emporter par l’enthousiasme n’est pas non plus pour autant un héros.

En ce qui concerne le mont du Temple, on nous reproche d’avoir une attitude semblable à celle des « orthodoxes » antisionistes par rapport à Erets Israël. C’est juste.

Qu’y-a-t-il de spécial ici ? Est-ce qu’il faudrait donner une égale importance à toute chose ? Serions-nous descendus si bas que nous serions devenus incapables de faire des distinctions entre les niveaux ? Ceux qui se sont enflammées en faveur du Mont du Temple et de sa gloire sont certainement empreints de très bonnes intentions, mais, en même temps, à mon avis, ce phénomène me semble être complètement dans l’erreur et même négatif et malfaisant’.

En ce qui concerne le Mont du Temple, ce n’est pas encore le moment d’agir, mais alors à propos de quoi est-ce « le moment d’agir ? »

Maintenant, ce qui est le plus urgent, c’est d’œuvrer afin de reconstruire la nation juive, le peuple d’Israël, par l’amour et la foi.

21:26 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/10/2009

communiqUE DE PRESSE A DIFFUSER LARGEMENT


COMMUNIQUE DE PRESSE

POUR DIFFUSION IMMEDIATE

Le Centre Wiesenthal, pour la septième année consécutive, traque la
haine à la foire du livre de Francfort : Les éditeurs Turcs blâment le
Centre pour l’interdiction de textes antisémites.

Francfort, le 16 octobre 2009

Dans son rapport annuel au Directeur de la Foire du Livre de
Francfort, Jürgen Boos, le Directeur pour les relations
internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, a indiqué
que "pour la septième années le Centre Simon Wiesenthal surveille
l’incitation à la haine et à la violence, sur les présentoirs des
stands de la Foire du Livre de Francfort - le plus grand rassemblement
littéraire au monde.
Lors de la conférence de presse d’ouverture, j’ai été frappé par votre
allusion à la controverse entourant le choix de la Chine comme invité
d’honneur en 2009."

Le rapport rappelait qu'"une polémique avait marqué la sélection de la
Turquie comme invitée d’honneur à la Foire en 2008, en raison de la
quantité de livres traitant des théories de complots que notre Centre
avait  identifiés, exposés tant  dans le pavillon officiel que dans
les stands privés des éditeurs."

Samuels a exprimé "la satisfaction de constater que cette année, les
présentations de près de 100 éditeurs participants turcs étaient
dénuées de haine. Selon Metin Celal Zeynioglu, Secrétaire général de
l’association des éditeurs turcs, basée à Istanbul, ‘ ceci est le
résultat des plaintes du Centre Wiesenthal. Celles-ci avaient conduit
à l’intervention allemande avec les autorités turques pour empêcher la
publication en turc des nombreuses versions best-seller de ‘Mein
Kampf’, la municipalité de Munich étant détenteur des droits
d’auteur."

M. Zeynioglu poursuivait, "le Ministère de la culture turc aurait
refusé de délivrer la vignette code barre argentée indispensable pour
l’affichage et la vente des livres."
Apparemment, par extension, ce principe a été appliqué à tous les
livres à portée antisémite, devant être exposés à cette 60ème foire.

Le rapport insistait que, "malheureusement, ce ne fût pas le cas pour
de nouveaux textes exprimant l’hostilité aux juifs, trouvés – comme
les années précédentes – dans les stands des éditeurs égyptiens et –
pour la première fois – dans le pavillon de l’Arabie Saoudite et de la
Jordanie. De surcroît,  les mêmes livres qui suscitaient, déjà, à la
foire de l’année dernière, une culture de la mort, étaient à nouveau
sur les rayonnages de la littérature pour enfants des Territoires
palestiniens et sur deux stands iraniens."

En pièces jointes les photos de :


1. Littérature sur la théorie du complot :
- "Amérique, le Grand Israël: la véritable histoire de la politique
américaine dans le monde arabe - Israël, La Petite Amérique", par
Aboulhay Zalloum, Institut Arabe pour la recherche et l’édition, Amman
[sur le stand  de la Jordanie 5.0.A906]

2. Littérature sur la théorie du complot :
2.1. 2.1. "L'Iran et les Juifs", par Mohamed Taki Boor, traduit du
persan par Ahmad Hussein Bakr, éditeur Maktebat Nafida, Le Caire 2008.
2.2. 2.2. "Les enfants d'Ismaël", par Ahmed Abd Al-Rabieh MOUNIM,
éditeur Dar Machrek, Le Caire 2009.
2.3. "Les Juifs en Irak 1856-1920", par Reda Hamdi Abdelsalam, éditeur
Maktabat Med Bouli, Le Caire 2009.
L'iconographie nazie:
2.4. "Rudolf Hess - Le plus célèbre prisonnier dans le monde", par
Hisham Hodr, éditeur Dar Al Mashrek.
Les quatre livres sont présentés par l'établissement Al Ahram  - Le
Caire [Stand de l’Egypte 5.0.A918].

3. Littérature sur la théorie du complot :
"L'Amérique et l'Irak: Amour éternel  ou divorce définitif" par Noman
Abdel Razak Al-Samani, éditeur Obeikan Publishing, Riyad. [Stand de
l’Arabie Saoudite 5.0.A925]

4. Incitation à une culture de guerre dans la littérature enfantine et
propagande pour la Naqba, l’Intifada et le Jihad (palestinienne):
4.1. "Livre d’histoire de la Palestine pour la jeunesse», par Sonia et
Saed Nimr, éditeur Tamer Institute, à Ramallah.
4.2. "La fenêtre de Rasha", par Abia Tubasi, éditeur Tamer Institute,
à Ramallah. [Stand des territoires palestiniens 5.0.D924]

5. Suscitant une culture de la mort et du martyre dans la littérature
pour enfants (iranien):
5.1. "Babaya Sura", par Ali Kughafi Khansari, Madrese, Téhéran.
5.2. "Cet homme est venu dans la pluie ", par Mohammad Hamzezad, GHOO,
Téhéran.
  [Institut de foires culturelles de l’Iran - IFCI Stand 3.0.K347]

6. Suscitant une culture de la mort et du martyre dans la littérature
pour enfants (iranien):
6.1. "Hassani, Où va-tu?", Par Mohammad Reza Yusefi, éditeur Shabaviz,
Téhéran.
6.2. "Mon chat", par Mahdokht Kashkouli, éditeur Shabaviz, Téhéran.
[Stand de l’Iran, 3.0.J370]

7. L’attention des services de sécurité doit être attirée par le stand
des livres des éditions Galland et du magazine militaire espagnol Ares
Enyalius, de Valladolid  et de Londres, [Stand 5.1. E940].
L’importante mise en valeur dans l’affichage de la bravoure nazie -
peut-être légale en Allemagne - semble agir comme un aimant sur les
visiteurs du genre Skinhead.

Samuels a répété que "les éditeurs égyptiens, palestiniens et iraniens
mentionnés ci-dessus sont des récidivistes annuels. Ils ont ignoré les
avertissements antérieurs mentionnant la violation de leurs
obligations contractuelles envers la Foire du livre de Francfort."

Il a souligné que "permettre que ces livres, année après année, soient
exposés à la vue des 300.000 visiteurs durant les cinq jours de la
Foire - les couvertures de ces  livres sont manifestement évidentes,
même pour des lecteurs non arabe ou persan –véhicule le message que,
la haine du Juif est acceptable en Allemagne et dans le monde."

Le Centre a demandé instamment à la Foire "de confisquer sans délai
ces textes offensants, de dénoncer leur pollution de la Foire et que
pour la 61e Foire, en 2010, les exposants précités soient, sans
ambiguïté, mis à l’index et interdits de participation. Nous vous
demandons également de collaborer avec les autorités allemandes afin
de renouveler l’intervention réussie avec la Turquie, pour obtenir des
résultats similaires avec l'Égypte, l'Arabie saoudite, la Jordanie,
l'autorité palestinienne et l'Iran."

"En conséquence, je souhaite sincèrement que, l’année prochaine, je
serai en mesure de déclarer qu’il n’y a rien à déclarer", concluait
Samuels

Pour de plus amples informations veuillez contacter Shimon Samuels au
+33 609 77 01 58


 

10:09 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/10/2009

daniel pipes


Daniel
 Pipes

Liste de diffusion de Daniel Pipes
18 octobre 2009

 
 Page d'accueil    |    Articles    |    Annulation 

Le fonctionnement interne du CAIR rendu visible

par Daniel Pipes
WorldNetDaily.com
15 octobre 2009

http://fr.danielpipes.org/7692/fonctionnement-interne-du-...

Version originale anglaise: CAIR's Inner Workings Exposed
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Depuis sa fondation en 1994, le Conseil des Relations Américano Islamiques (CAIR) a servi d'agence la plus en vue d'Amérique du Nord pour [illustrer] un mouvement islamiste belliqueux, manipulateur et agressif.

Depuis son siège social de Washington, le CAIR organise aussi le programme et donne le ton pour l'ensemble du lobby wahhabite.

Une masse considérable de critiques concernant le CAIR existe, dont une partie a été faite par moi-même, mais jusqu'à présent, les extrémistes et les porte-voix du groupe se sont débrouillés pour survivre à toutes les révélations sur son bilan.

Aujourd'hui, la publication du livre : « Muslim Mafia : Inside the Secret Underworld That's Conspiring to Islamize America » (« la Mafia musulmane : entrer dans le secret du « milieu » qui conspire à islamiser l'Amérique », édité chez WND Books, non encore traduit en français) pourrait cependant modifier la donne.

Rédigée par P. David Gaubatz et Paul Sperry, l'enquête est largement fondée sur le travail clandestin du fils de Gaubatz, Chris, qui a passé six mois comme stagiaire au siège du CAIR à Washington DC en 2008.En cette qualité, il a pris 12.000 pages de documents et a enregistré 300 heures de vidéo.

L'information de Chris Gaubatz révèle beaucoup sur ce que l'énigmatique CAIR voudrait cacher, y compris sa stratégie, ses ressources financières, ses membres, et ses discussions internes, exposant ainsi au grand jour ses méthodes louches et potentiellement illégales. Comme le livre comporte trop d'informations nouvelles pour les résumer dans les limites de cet article, je vais me concentrer ici sur une dimension – les affaires internes de l'organisation, où les données démontrent que les prétentions du CAIR s'avèrent être de grossières tromperies.

Le directeur exécutif du CAIR, Nihad Awad et le stagiaire infiltré Chris Gaubatz au siège national du CAIR en 2008.

1ère prétention : selon Ibrahim Hooper, directeur de la communication de l'organisation, « le CAIR compterait environ 50.000 membres."

Le fait réel: un mémo interne préparé en juin 2007 pour une réunion de direction mentionne que l'organisation dispose , de façon précise, de 5.133 membres, soit environ un dixième du nombre fortement exagéré donné par Hooper.

2ème prétention : le CAIR est une « organisation populaire » qui repose financièrement sur ses membres.

Le fait réel : selon un rapport de la réunion du bureau exécutif de 2002, l'organisation a reçu 33.000 $ de cotisations et 1.071.000 $ de donations. En d'autres termes, moins de 3 % de son revenu proviennent des cotisations de ses membres.

3ème prétention : le CAIR «ne reçoit aucun soutien d'aucun groupe ou gouvernement étranger»

Le fait réel : Gaubatz et Sperry rapportent que les ressources du CAIR proviennent de deux dizaines de donneurs, dont la plupart vivent en dehors des USA. En particulier : 978.000 $ du dirigeant de Dubaï en 2002 , en échange du contrôle de ses intérêts sur la propriété de son siège sur New Jersey Avenue, un don de 500.000 $ du prince saoudien al-Walid ben Talal et 112.000 $ en 2007 du prince saoudien Abdullah ben Mos'ad; au minimum 300.000 $ de l'Organisation de la Conférence Islamique ; 250.000 $ de la part de la «Banque de Développement Islamique», et au minimum 17,000 $ de la part du bureau américain de « l'Organisation Internationale de Secours Islamique », organisations toutes basées en Arabie saoudite.

4ème prétention :le CAIR est un groupe national, indépendant, de défense des droits de l'homme, comparable à un « NAACP [Association pour la Défense des gens de couleur] musulman »

Le fait réel: A la recherche désespérée de financements, le CAIR a offert ses services pour s'occuper des intérêts commerciaux de firmes étrangères. Cela a été exposé au grand jour à la suite de l'échec de la tentative de la Compagnie « Dubaï Ports World » d'acheter 6 ports américains en 2006, par crainte de problèmes de sécurité. En réponse, le président du CAIR s'est rendu à Dubaï pour suggérer aux hommes d'affaires locaux ceci: « Ne considérez pas vos contributions [au CAIR] comme des donations. Pensez-y dans la perspective d'un taux d'investissement. L'investissement de 50 millions $ vous apportera des milliards en retour pendant 50 ans ».

Le directeur des communications du CAIR, Ibrahim Hooper et Chris Gaubatz au stand du CAIR, au meeting de la société islamique d'Amérique du Nord, à Colombus, en Ohio, en 2008.

L'addition de ces quatre faits réels révèle que le CAIR est très différent de son image publique. Quasiment dépourvu de membres et de cotisations, il se maintient en vendant ses services au gouvernement saoudien et à celui des Emirats Arabes Unis, en faisant leurs annonces idéologiques et financières.

Cela soulève alors une question évidente : le CAIR ne devrait-il pas être enregistré en tant qu'agent étranger, avec les règlementations, l'enquête, et le statut d'imposition fiscale que cette dénomination implique ? Les données de « Mafia Musulmane » le suggèrent.

En attendant d'aller plus loin, je m'attends à ce que les jours du CAIR soient comptés. C'est une institution qui fut fondée par des gens ayant des liens avec des terroristes. Au cours des années, elle a réalisé un long parcours indigne de confiance, comprenant la falsification d'une photographie, l'utilisation malhonnête d'une documentation sur les crimes « islamophobes », et la promotion d'élections suspectes.

Le CAIR a aussi intimidé des critiques par des procès en diffamation, et s'est vanté de liens avec un néo-nazi. Finalement, une enquête approfondie sur cette entreprise conduira probablement à sa disparition.

Voilà pour les bonnes nouvelles. Je suis moins optimiste pour le successeur du CAIR : sera-ce une institution plus respectable, honnête et respectable qui continuera son travail consistant à apporter la loi islamique aux Etats-Unis et au Canada, en évitant les fautes et les comportements illégaux apparents qui ont rendu le CAIR vulnérable ?

Dans ce sens, le combat pour préserver la Constitution ne fait que commencer.

Monsieur Pipes est directeur du "Middle East Forum" et Professeur associé de la 'Fondation Taube' à l'Institut Hoover de Université de Stanford (Californie

17:21 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/06/2009

cuisine juive d'algerie

CAROTTES AU CUMIN

 
4 personnes
 
 1 Kg carottes
 4 gousses d'ail
 5 c a soupe huile d'olive
 2 c a soupe de vinaigre de vin
 1 c a soupe de paprika
 1 c a soupe de Cumin
 1/2 c a soupe piment Cayenne ou poivre rouge
 Sel poivre

 
Lavez et coupez les carottes en rondelles
Pelez et pilez l'ail.
Versez de l'huile dans un faitout. Ajoutez l litre d'eau. Mettez les carottes. saupoudrez de paprika et piment (ou poivre rouge)
Mélangez le tout, couvrez. Laissez cuire 15 mns.
Baissez le feu,  poursuivez la cuisson pendant 20 mns à découvert.
Ajoutez l'ail, cumin et vinaigre 5 mns avant la fin de cuisson. Reversez sur dans plat et servez chaud.
 
 
 Vous pouvez faire la même recette avec des pommes de terre,
    c'est délicieux...
 
  
 
 

POIVRONS FRITS

(3 personnes)

3 poivrons verts
3 poivrons rouges
3 gousses d'ail hachées
Ecorce d'1/2 citron confit
Un peu de jus de citron
Sel, cumin

  


Couper les poivrons en quatre, ôter la pédoncule et les graines et les faire frire .
Enlever la peau et couper en petits morceaux.
Dans dans un saladier mettre le poivron et l'écorce de citron confit coupée en petits morceaux.
Ajouter l'ail, le cumin, le sel et le jus de citron.
Bien mélanger l'ensemble.

   


BRIOUATS A LA VIANDE

Pour 60 briouats

20 feuilles de brik
500 g de viande haché
5 oeufs
1 bouquet de persil plat
1 c. à s. de beurre, 1 c. à c. de cannelle
1 c. à c. de sucre en poudre
Sel, poivre
Huile pour friture
Un peu de farine

   





Laver, équeuter et hacher finement le persil.
Dans une sauteuse, faire fondre le beurre à feu très doux et mettre la viande hachée ; tout en remuant, ajouter le persil, la cannelle, le sucre, du sel et du poivre.

Dans un bol, battre les œufs en omelette, les incorporer petit à petit à la viande hachée.
Continuer de remuer environ 3 min. Retirer du feu et laisser tiédir.
Pour chaque feuille de brik, couper la en 3 bandes.
Dans un bol, mélanger la farine et l'eau pour former une pâte liquide qui servira à coller la briouat.

Déposer un peu de la farce sur la bande, à environ 3 cm du bord. Rabattre le petit bord laissé vide, de façon à former un triangle ; continuer, en pliant un coup à gauche, un coup à droit.
Lorsque vous n'avez plus de feuille pour refaire un triangle, mettre un peu du mélange farine-eau sur le bout pour faire coller.
Continuer ainsi jusqu'à épuisement de la farce.

Faire dorer les briouats des deux côtés dans l'huile bouillante. Egoutter dans une passoire ou sur du papier absorbant.
Servir aussitôt.
Voir la recette des briouats de fromages dans le tome 2 pour voir comment faire les triangles

  

BRICKS DE POMMES DE TERRE

 10 feuilles de bricksBricks à la viande
 250 g de pommes de terre
 250 g de viande hachée
 3 œufs
 2 gousses d’ail
 persil
 huile de tournesol
 sel et poivre

1/ Faire cuire les pommes de terre à l'eau et les écraser en purée dans un saladier.
Mélanger la purée de pommes de terre avec la viande hachée crue.
Casser les trois œufs dans le saladier. Mélanger le tout, vous obtenez une farce.

Couper ail et persil en petits morceaux à ajouter à la préparation.
Saler et poivrer à votre convenance.

2/ La préparation obtenue doit être utilisée pour les 10 feuilles de bricks.
 Disposer une feuille de brick sur un plan de travail, mettre de la farce en forme de petit boudin sur un bord de la feuille, rouler la feuille de brick en prenant soin de
rabattre les deux côtés pour obtenir une brick rectangulaire.
 Faire de même pour les autres bricks.

 3/ faire chauffer de l huile dans une poêle
 placer les bricks et laisser cuire à feu moyen pendant quelques minutes en retournant les bricks plusieurs fois

   On peut remplacer la viande par du thon ou du blanc de dinde.

  

 

TABOULE

 

 pour 6 personnes

 

Taboulé

 375 g de semoule
 500 g de tomate
 500 g de concombre
 1 oignon haché
 1 jus de citron
 1 dl d'eau

 1 dl huile d'olive vierge extra
 1 brin de menthe fraîche
 sel et poivre

 

  

1/ Ebouillanter les tomates pendant une minute. Retirer la peau et les graines. Eplucher les concombres. Couper tomates et concombres en petits dés. Ciseler les herbes

 2/ Bien mélanger ensemble la tomate, le concombre, les herbes, le jus de citron, l'huile d'olive et l'eau. Saler et poivrer.

3/
ajouter la semoule et bien mélanger à la fourchette couvrir et laisser gonfler au frais pendant 3 à 5 heures servir bien frais

 

Samedi 6 janvier 2007

img294/4816/9782166f6rn1.jpg

 


 

 1 kg de poivrons rouges (ils sont plus charnus que les verts)
 2 kg de tomates
 gousses d'ail
 5 cuillères d'huile d'olive
 Poivre rouge (paprika)
 Poivre noir
 Sel

Faire griller les poivrons sous la grille du four, les laisser refroidir, puis les éplucher. (retirer la peau noircie qui s'est formée)-
les couper en morceaux.
Faire tremper les tomates dans l'eau bouillante, afin de détacher la peau facilement, retirer l'eau et les pépins au maximum, et les couper en morceaux.
Mettre le tout dans une cocotte avec l'huile, l'ail, le poivre rouge, le poivre noir.
Faire cuire une heure au minimum, plus l'appareil cuit et confit, meilleur c'est.
Se mange froid ou chaud.


 

Mercredi 3 janvier 2007

 


 

 

Pour 4 personnes
1 Kg de pommes de terre
Olives vertes, 2 gousses d'ail hachées
1 oignon, 2 tomates
Ecorce d'1/2 citron confit
1/2 bouquet de persil
Huile d'olive, 1 feuille de Laurier
Sel, poivre

img513/8253/pdtolive4cf02ajm8.jpg


Couper l'oignon en lamelles, l'ail et les tomates pelées et épépinées en dés.
Mettre le tout dans un tajine et faire revenir 2 minutes.
Ajouter l'huile d'olive, les épices, la feuille de Laurier et les pommes de terre épluchées et coupées en morceaux.
Mélanger l'ensemble, mettre de l'eau.
Couvrir et laisser cuire à feu doux pendant 3/4 d'heure en remuant de temps en temps.
Ajouter de l'eau s'il y a besoin, et mettre les olives 5 minutes avant la fin de la cuisson.
Parsemer de persil haché. Disposer quelques lamelles de citron confit.

 

 

 

Vendredi 28 avril 2006

Tajine de dinde aux aubergines


 


 3 belles aubergines
 200 g farine 
 2  oeufs 
 bain de friture
 500 g escalopes de dinde
 50 cl  béchamel 
 noix de muscade râpée
 curcuma
 sel, poivre  

  
 

Préchauffez votre four th.6 (180°C)..
Lavez les aubergines et coupez-les en rondelles.
Mettez-les dans la farine puis trempez-les dans les oeufs battus et faites-les frire.
Coupez les escalopes de volaille en morceaux et mettez-les dans une casserole, salez, poivrez et ajoutez le curcuma.
Couvrez-les d'eau et faites cuire à feu doux pendant 20 min.
Beurrez un moule rond et déposez-y une couche d'aubergines, émiettez dessus les morceaux d'escalopes et mettez une deuxième couche d'aubergines.
Arrosez le tout avec la sauce béchamel, saupoudrez de noix de muscade râpée et mettez au four pendant 30 min

  

Mercredi 26 avril 2006

CAKE A LA FETA ET AUX OLIVES NOIRES


                                                         


  
3 oeufs, 150 g de farine
1 sachet de levure
8 cl d'huile d'olive
12 cl de lait
100 g de gruyère râpé
150 g de feta
50 g d'olives noires
1 pincée de sel
2 pincées de poivre
 
  
 


Préchauffer le four (th. 6). Couper la feta en dés et ajouter les olives noires coupées en deux.
Dans un saladier, fouetter les oeufs, la farine, la levure, le sel et le poivre.
Incorporer petit à petit l'huile et le lait préalablement chauffé.
Ajouter le gruyère râpé. Mélanger. Incorporer ensuite le mélange feta - olives.
Verser le tout dans un moule non graissé et faites cuire au four pendant 45 minutes.
 
 
 J'adore cette recette que ma grand-mère me faisait et je me régalais, maintenant, c'est moi qui fait cette recette facile ... Bonne cuisine !!
Samedi 18 mars 2006
MAKROUD
Ingrédients 
500g de semoule moyenne 
1/2 cuillère à café de bicarbonate 
500g dattes écrasées 
100g d'amande 
100g de pistache 
Zeste d'orange 
1/8 de l d'huile

Faire dorer la semoule dans une casserole 
Laisser refroidir puis verser 1/8 d'huile, bien mélanger puis ajouter petit a  petit de l'eau tiède,  Pétrir
Étaler au rouleau sur table huilée 
Mélanger les dattes, les amandes, les pistaches et les zestes 
Mettre cette farce sur la pâte 
Rouler pour former un rouleau 
Couper et laisser refroidir pendant une heure 
Puis frire ou bien les badigeonner d'huile et mettre au four

 

CIGARES AUX AMANDES

Ingrédients
500 g de farine
1/2 verre vin blanc
2 verres d'huile
1 pincée de sel 
200 g de pâte d'amandes 
250 g de miel 
huile pour friture

Battre avec une fourchette le verre d'huile et vin, incorporer la farine en remuant.
Laisser reposer 15 mn.
Etaler la pâte en une abaisse de 2 mn
Saupoudrer légèrement de farine
Découper des ronds avec un verre à moutarde
Pour l'allonger, étaler ensuite chaque rond avec le rouleau à pâtisserie
Prendre une cuillerée à café de pâte d'amandes, la poser au bas de chaque moreau, rouler comme un cigare
Faire rissoler à feu modéré 4 ou 5 dans une poêle à l'huile chaude
Retirer les cigares, les tremper aussitôt dans du miel tiède, les y laisser 15 mn
Egoutter et dresser sur un plat.

MONTECAOS

Ingrédients :
 250 g de farine
 100 g de sucre
 125 ml d'huile neutre (arachide, tournessol...)
 1 pincée de sel
 Cannelle en poudre

Mélanger la farine, le sucre et le sel. Ajouter progressivement l'huile en mélangeant jusqu'à obtenir une pâte friable (selon la farine la quantité d'huile varie).
Faire des boules aplaties de la taille d'une grosse noix en compactant la pâte dans les paumes de main  et les poser sur une plaque a four.

Faire cuire a four pas trop chaud (160°C) en surveillant, les montecaos ne doivent pas prendre couleur. Ils sont cuits lorsque la surface de craquèle et que le dessous est légèrement doré.
Sortir la plaque du four et saupoudrer le dessus de chaque montecao avec une petite pincée de cannelle quand ils sont encore chauds (la chaleur "cuit " la cannelle).
Ne les retirer de la plaque qu'une fois refroidis, ils sont fragiles chauds.

 

 

GALETTES A LA SEMOULE (HARCHAS)

Pour 2 harchas

 500 g de semoule fine
 1/2 verre de beurre fondu
 1/2 verre d'huile
 1 pincée de sel
 1 verre de lait tiède



Dans un grand plat, mélanger la semoule, l'huile, le beurre, le sel et le lait.
Malaxer la préparation pour avoir une pâte homogène.
Couper la pâte en deux et faire une boule.
Placer la boule sur un peu de semoule et en mettre dessus aussi.
L'aplatir avec la paume de la main pour avoir 1 cm d'épaisseur environ.
Pincer la pâte sur les côtés pour combler les fissures.
Mettre à cuire dans une poêle 10 minutes de chaque côté à feu doux.
S'aider d'une assiette pour retourner la galette délicatement.

 

17:35 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/06/2009

affrontements entre palos

Affrontements meurtriers entre le Hamas et la police en Cisjordanie
(ats)

dimanche 31 mai 2009

Trois policiers palestiniens ainsi que deux islamistes du Hamas et un civil palestinien ont été tués à Kalkilya, au nord de la Cisjordanie, selon la police palestinienne. Les policiers ont été tués alors qu’ils tentaient d’arrêter un membre des Brigades Ezzedine al-Qassam.

Le membre des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du Hamas, était retranché dans une maison.

Ce militant ainsi qu’un autre membre de ces Brigades ont également trouvé la mort de même que le propriétaire de la maison. Au cours des échanges de tirs, deux autres policiers ont été blessés, a ajouté la police.

A la suite de ces affrontements, la police de l’Autorité palestinienne a imposé un couvre-feu sur la ville de Qalqilya, a-t-on poursuivi de même source.

Selon des témoins, des activistes islamistes s’étaient retranchés dans plusieurs bâtiments, encerclés par les forces de sécurité.

Cette fusillade devrait accentuer les tensions entre le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007 après avoir mis les forces du Fatah en déroute

10:11 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/05/2009

les choux a la creme

http://www.youtube.com/watch?v=fV9uQHGIRDQ

18:14 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/03/2009

un yemenite condamner pour......

Un Yéménite condamné à mort pour contact avec Israël
il y a 28 min
Un Yéménite accusé d'avoir communiqué par internet avec le Premier ministre israélien Ehud Olmert pour comploter contre le Yémen, a été condamné à mort lundi par un tribunal de Sanaa.


Israël a qualifié les accusations de "totalement fantaisistes".

Bassam al-Haïdari, 26 ans, a été condamné à la peine capitale, Imad al-Rimi, 23 ans, à cinq ans de prison et Abdallah al-Mahfal, 24 ans, à trois ans de prison, selon le verdict du tribunal de la capitale yéménite où ils étaient jugés depuis le 10 janvier, sous l'accusation de "contact avec un pays ennemi".

"C'est injuste et le juge est injuste" s'est écrié le troisième accusé alors que les deux premiers sont restés impassibles à l'énoncé du verdict.

"J'ai été condamné sans preuves", a encore dit Abdallah al-Mahfal.

Les trois condamnés ont immédiatement interjeté appel de leur jugement.

"Ces accusations sont totalement fantaisistes. Nous n'avons aucune connaissance d'un contact avec cette personne", a déclaré à l'AFP Mark Regev, porte-parole du Premier ministre israélien interrogé sur la condamnation à mort de Haïdiri.

"Nous recevons chaque jour de nombreux messages venant du monde arabe et musulman et nous nous félicitons de ce que ces auteurs veuillent dialoguer avec Israël", a-t-il ajouté.

Selon l'acte d'accusation, Bassam al-Haïdari a "pris l'initiative d'envoyer un message électronique au Premier ministre de l'entité sioniste dans lequel il écrivait: +Nous sommes l'Organisation du Jihad islamique et vous êtes juif. Mais vous êtes honnêtes et nous sommes prêts à tout faire".

L'acte d'accusation affirme encore que Bassam al-Haïdari, alias Abou Ghaïth, avait ensuite "reçu la réponse du Premier ministre de l'entité sioniste dans laquelle il écrivait: +Nous sommes prêts à vous soutenir+".

L'affaire avait été révélée en octobre 2008 par le président Ali Abdallah Saleh en personne. Il avait alors fait état du démantèlement d'"une cellule terroriste" liée, selon lui, aux services de renseignements israéliens.

L'acte d'accusation situe les contacts entre ces trois personnes et Israël dans la période allant de mai à septembre 2008.

A l'ouverture de leur procès, les trois accusé ont plaidé non coupable et nié les charges pesant contre eux.

La question de contacts avec Israël est hautement sensible au Yémen où l'opinion publique et les autorités sont hostiles à l'Etat hébreu et très solidaires des Palestiniens.

13:13 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/03/2009

israel decouverte

Les tomates font baisser la tension artérielle, selon une étude israélienne


Le pigment qui donne sa couleur rouge à la tomate possède la propriété de réduire la tension artérielle, rapporte mercredi le quotidien israélien Maariv, citant une étude réalisée par une spécialiste israélienne."

Le pigment qui donne sa couleur rouge à la tomate possède la propriété de réduire la tension artérielle, rapporte mercredi le quotidien israélien Maariv, citant une étude réalisée par une spécialiste israélienne."Il a été prouvé cliniquement et scientifiquement que ce pigment réduit la tension artérielle" a déclaré au journal le Professeur de médecine, Esther PARAN, auteur de cette étude. Le Prof. PARAN, dont une photo la montrant à côté d'un plat rempli de tomates est publiée par Maariv, est directrice du département traitant les cas de haute tension artérielle à l'hôpital Soroka de Beer-Sheva (sud d'Israël).

Cette information est un extrait du BE Israël numéro 15 du 29/08/2003 rédigé par l'Ambassade de France en Israël. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

19:46 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/03/2009

les juifs qui dansent

Les Juifs qui dansent

D'où vient la joie des 'Hassidim ?


© Zalman Kleinman
© Zalman Kleinman

Rabbi Israël Baal Chem Tov (1698-1760), le fondateur du mouvement ‘hassidique, s’est vu un jour poser la question: « Comment se fait-il que les ‘Hassidim se mettent à chanter et à danser à la moindre provocation ? Est-ce là un comportement de gens sains d’esprit ? »

Le Baal Chem Tov répondit avec une histoire :

Un jour, un musicien arriva en ville. Ce musicien possédait un grand talent, d’une nature jusqu’alors inconnue. Il se plaça au coin d’une rue et se mit à jouer.

Ceux qui s’arrêtaient pour écouter ne pouvaient plus repartir et, bientôt, une grande foule était réunie, fascinée par la glorieuse musique, une musique telle qu’ils n’en avaient jamais entendue. Il ne fallut que peu de temps pour que tous ces gens se mettent à bouger au rythme de la mélodie et la rue tout entière devint le théâtre d’une danse effrénée.

Un sourd qui vint à passer par là se demanda : le monde est-il devenu fou ? Pourquoi les gens sont-ils en train de sauter en l’air, d’agiter leurs bras et de tourner en rond au milieu de la rue ?

« Les ‘Hassidim, conclut le Baal Chem Tov, sont mus par la mélodie qui émane de tout être dans la Création de D.ieu. Si cela les fait passer pour des fous aux yeux de ceux qui ont des oreilles moins sensibles, devraient-ils pour autant cesser de danser ? »

Extrait de Beer Ha’Hassidout


PartagerEnvoyer un commentaireImprimerEnvoyer cette page à un ami

par Eliezer Steinman
Les droits du contenu de cette page sont réservés par l'auteur, l'éditeur et/ou Chabad.org. Si vous appréciez cet article, nous vous encourageons à le distribuer à vos connaissances, à condition de respecter le copyright.

14:19 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/03/2009

l'allemagne boyccot durban 2

Une parlementaire allemande à boycotter de Durban II
09/03/09
 imprimer cet articleenvoyer à un ami 
- - Thème: Droits de l'Homme


 

 

Une hausse sensible de la pression parlementaire s’est faite ressentir ces derniers jours au ministère des affaires étrangères allemand en faveur du Boycott de la future conférence du suivi de Durban qui doit avoir lieu en avril 2009 à Genève, informe le Jérusalem Post, lundi 9 mars 2009.
Kristine Köhler, Membre du Parlement Allemand et représentante du parti de l’Union Chrétienne Démocratique, a en effet déclaré dans un communiqué : « l’Allemagne doit boycotter cette mascarade antisémite et anti-occidentale. Soit avec ses partenaires européens, soit seule si cela est nécessaire. Nous n’accepteront pas d’être « la feuille de vigne » des activités islamistes antisémites de l’Iran ».
 
Photo (Kristine Köhler) : D.R.
 

kohlerggg

17:52 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/03/2009

les oreilles d'aman

http://www.dailymotion.com/video/x8k6kr_recettes-des-orei...

11:06 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/03/2009

desinfos.com

Lettre d'information desinfos.com

Les derniers articles publiés

L’Iran est encore loin de l’arme nucléaire, tempère Robert Gates

1er mars 2009

L’Iran est encore loin de pouvoir assembler une arme nucléaire, a assuré dimanche le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, peu après des propos plus alarmistes de son chef d’état-major.
En conséquence, la communauté internationale a encore du temps pour persuader Téhéran de renoncer à son programme, présumé militaire, a ajouté (...) Lire

USA : l’Iran en mesure de fabriquer une bombe atomique selon l’armée américaine

1er mars 2009, source AFP

L’amiral américain Michael Mullen, chef d’état-major interarmées, a jugé dimanche que l’Iran détenait suffisamment de matériaux fissiles pour fabriquer une bombe atomique, franchissant un pas supplémentaire dans un contexte d’inquiétudes internationales.
Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates s’est en revanche montré beaucoup plus prudent sur les projets nucléaires iraniens. "Je (...) Lire

Obama "intéressé" par les idées de Netanyahu

1er mars 2009, source Nouvelobs.com

Selon le Premier ministre israélien pressenti, le président américain aurait offert une oreille attentive à ses idées pour le processus de paix au Proche-Orient. Le Premier ministre israélien pressenti Benjamin Netanyahu a déclaré, dans un entretien publié samedi 28 février dans le quotidien The Washington Post et dans l’hebdomadaire Newsweek, que le président américain Barack Obama était "intéressé" par ses idées pour faire progresser le processus de paix au Proche-Orient.
"Ouvert aux nouvelles idées" Chargé par le président israélien de former le prochain cabinet, Benjamin Netanyahu a indiqué avoir eu "deux très (...) Lire

Peres avertit les Européens que le Hamas peut détourner leur aide

1er mars 2009, source Romandie News

Le président israélien Shimon Peres a mis en garde dimanche les Européens contre le risque d’un détournement par l’organisation "terroriste" Hamas de l’aide qu’ils s’apprêtent à octroyer aux Palestiniens au sommet de Charm el-Cheikh en Egypte.
"L’expérience du passé nous a enseigné que d’importants fonds dégagés par les Européens au titre de l’aide au développement des (...) Lire

Le Match de la haine. Le poids des maux, le choc des kapos ou quand Paris Match se fait organe de propagande.

1er mars 2009, source Un article d’André Dufour | LibertyVox

Tout le monde sait l’impact de l’image par rapport au texte, et c’est du reste là le filon de Paris Match. J’ai voulu comprendre par quel mécanisme les nazis d’aujourd’hui réussissent à se faire passer pour des victimes aux yeux des braves gens. Il suffit à ces idéologues de la haine et du mépris de la vie humaine de remuer la sensibilité des gogos. Lire

La révolte gronde ! Le projet d’un gouvernement d’union nationale est-il vraiment enterré ?

1er mars 2009, source Rebecca Anna Stoil | Jerusalem Post édition Francaise

Tzipi Livni a indiqué son refus définitif de participer à l’équipe dirigée par Binyamin Netanyahou. Mais les hésitations du numéro 2 de Kadima, Shaul Mofaz, et le leader travailliste, Ehoud Barak,laissent espérer que la perspective d’un gouvernement élargi est encore possible. Les représentants du Likoud ont enclenché, ces derniers jours, un intense lobbying auprès du parti travailliste. Avec une promesse alléchante : la moitié des députés pourrait recevoir un portefeuille ou un poste d’adjoint.
Les membres du Likoud ont, par ailleurs, souligné qu’Ehoud Barak est taillé pour le poste de ministre de la Défense du fait de la menace (...) Lire

Les conditions de Netanyahou

1er mars 2009, source Herb Keinon | Jerusalem Post édition Francaise

Les Palestiniens devraient jouir du droit de se gouverner sans pourtant autant menacer Israël, a déclaré le Premier ministre désigné Binyamin Netanyahou dans une interview publiée samedi dans le Washington Post. Le Premier ministre désigné doit rencontrer, mardi, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton.
Concernant la solution à deux Etats envisagée par l’ancien président américain George W. Bush en 2002, le chef du Likoud a déclaré : "Je (...) Lire

Dichter : “Il est impossible d’écraser immédiatement le Hamas”

1er mars 2009, source par David Geller | Arouts 7

Tandis que les obus de Gaza s’abattent à nouveau sur les écoles d’Ashkelon et Sdérot, le ministre de la Sécurité intérieure affiche des positions très pessimistes, voire fatalistes, concernant les chances de neutraliser les terroristes islamistes. “Ceux qui estiment réalisable d’écraser le Hamas en une seule frappe se trompent”, a déclaré Avi Dichter (Kadima) au cours d’une interview accordée ce dimanche à la radio publique.
Pour le ministre sortant de la Sécurité intérieure, “de nombreuses années seront nécessaires pour réduire à néant les capacités militaires (...) Lire

Interview du leader d’Yisrael Beitenu ; Avidgor Lieberman

1er mars 2009, source parue dans le magasine américain Newsweek, traduit de l’anglais par Jonathan-Simon Sellem pour le blog JSS

Vous proposez que les Arabes israéliens du Wadi Ara [région à l’intérieur de la frontière de 1967] soient transférés sous l’Autorité Palestinienne et que les habitants des localités juives d’autres régions échangent leurs terres... Lire

A la Chambre des Lords : Discours équitable pour Israël, de la Baronne Deech, à propos de Gaza

1er mars 2009, source UPJF

"Enfin, au milieu des hurlements de la propagande antisémite qui envahit l’Europe, alimentée par les énormes populations islamiques immigrées, une voix claire et raisonnable se fait entendre à la Chambre des Lords de Grande-Bretagne." (David M. Dastych). Lire

Ehoud Olmert menace d’une riposte "inflexible" si les tirs de roquettes continuent

1er mars 2009, source AP

Le Premier ministre israélien Ehoud Olmert a menacé dimanche les Palestiniens d’une riposte "douloureuse, dure, forte et inflexible" si les tirs de roquettes persistent, six semaines après la fin de l’offensive sur la Bande de Gaza. Il semble désormais clair que l’objectif de cette offensive, faire cesser les tirs de roquettes sur le sud d’Israël, n’a pas été atteint : selon Tsahal, il y en a eu plus de 110 depuis le 18 janvier.
"Si les tirs de roquettes en provenance de Gaza continuent, il leur sera répondu avec une riposte douloureuse, dure, forte et inflexible de la (...) Lire

« Nous ne sommes pas à l’abri d’une dérive »

1er mars 2009, source Propos de Richard Prasquier, recueillis par Philippe Baverel et Dominique de Montvalon | Le Parisien

NDLR A la veille du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), son président s’inquiète des violences physiques et verbales dont sa communauté est victime.
Président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier devrait recevoir demain soir, en présence de leaders politiques de gauche comme de droite, Nicolas Sarkozy et François Fillon au dîner annuel du Crif. Lire

Soirée du CRIF 2009

1er mars 2009

Les coulisses et le déroulement en direct intégral et en exclusivité sur PUBLIC SENAT et publicsenat.fr, Lundi 2 mars à partir de 19h30
Lundi 2 mars 2009 à partir de 19h30, la Chaîne d’information politique retransmet pour la 3ème année consécutive, en direct exclusif (...) Lire

Le Hamas rejette la demande américaine de reconnaître Israël

1er mars 2009, source (Xinhua)

Le mouvement islamique du Hamas a rejeté samedi les propositions de la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, que le Hamas doit reconnaître Israël afin d’être accepté comme représentant du peuple palestinien. "C’est une ingérence inacceptable dans les affaires palestiniennes", a déclaré Ismaïl Radwan, porte-parole du Hamas qui contrôle la Bande de Gaza.
M. Radwan a fait entendre la décision de son mouvement en réponse aux suggestions de Mme Clinton, qui a affirmé que le Hamas doit accepter les (...) Lire

Pas de coalition Likoud-Kadima

1er mars 2009, source israel-infos.net

Benjamin Netanyahou a rencontré Tzipi Livni, durant deux heures vendredi à Tel-Aviv, dans une deuxième et ultime tentative de la convaincre de se joindre à la coalition, mais sans succès.
Pour la chef de Kadima, le principe de « deux Etats pour deux peuples » n’est pas un « slogan vide de sens » et Livni a affirmé que le (...) Lire

Al-Qaradhaoui pire que Williamson !

1er mars 2009, source Mohamed Sifaoui

Il y’a Williamson le négationniste. Mais il y a aussi Al-Qaradhaoui l’antisémite. Le premier est évêque intégriste, le second est prédicateur salafiste. Tous deux, en ce mois de janvier 2009, ont montré leur aversion des Juifs. Mais si la sortie médiatique du premier a suscité, à juste titre, un tollé, le discours du second est passé inaperçu. Lire

Incompétence universelle

1er mars 2009, source Pierre Lefebvre © Primo

NDLR Comme la Belgique, l’Espagne n’est pas vraiment réputée pour sa cuisine ...
Après la Belgique, l’Espagne veut assoir sa compétence en matière de justice universelle. Les juges ibériques n’ont pas assez de travail. Ce pays parle très peu de son attitude vis-à-vis du Sahara espagnol, théoriquement libre mais sans statut. Les juges n’ont pas connaissance des méfaits commis à Melilla par les gardes civils ainsi que du mur de la honte qui sépare cette enclave du reste de l’Afrique. Lire

09:44 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/02/2009

achetons made in israel

ACHETONS ISRAELIENS
Parmi les produits israéliens:

- Carmel (fruits et légumes) -Jaffa (fruits et légumes) - Kedem (avocats) - Coral (Cerises) - Top (fruits et légumes) - Beigel (biscuits apéritifs) - Hasat (agrumes) - Sabra (repas complets) - Osem (soupes, snacks, biscuits, repas complets préparés) - Dagir (conserves de poissons) - Holyland (miel, herbes) - Amba (conserves) - Green Valley (vin) - Tivall (produits végétariens) - Agrofresh (concombres) - Jordan Valley (dattes) - Dana (tomates cerises) - Epilady (appareils d’épilation) - Ahava (cosmétiques de la Mer morte)

Le code barre sur la plupart des produits israéliens commence par : 729

Les produits des entreprises qui soutiennent l’Etat d’Israël (américaines ou européennes)
COCA-COLA - Marques du groupe : Aquarius, Cherry Coke, Fanta, Nestea, Sprite, Minute Maid, Tropical. Cette entreprise soutient l’Etat d’Israël depuis 1966.

DANONE - Marques du groupe : Arvie, Badoit, Belin, Blédina, Phosphatine, Chipster, Evian, Galbani, Gervais, Heudebert, Lu, Taillefine, Volvic. Danone vient d’investir dans le Golan, territoire syrien occupé depuis 1967 par Israël.

NESTLÉ - Marques du groupe : Aquarel, Cheerios, Crunch, Frigor, Friskies, Galak, Golden Grahams, Kit Kat, Maggi, Mousline, Nescafé, Ricoré, Quality Street, Vittel, Perrier, Buitoni. La société suisse possède 50,1 % des capitaux de la chaîne alimentaire israélienne Osem.
INTEL - Cette grosse entreprise produit la plus grande partie des puces électroniques PENTIUM 4 utilisées par les ordinateurs PC dans son usine de Kyriat Gat,L’ORÉAL - Marques du groupe : Biotherm, Cacharel, Giorgio Armani Parfums, Lancôme, Vichy, La Roche-Posay, Garnier, Héléna Rubinstein, Gemey-Maybelline, Jean-Louis David Shampooings, Le Club des créateurs de beauté (vente de produits cosmétiques par correspondance), Redken 5th Avenue, Ralph Lauren parfums, Ushuaïa.

L’Oréal a ainsi investi des millions en créant une unité de production à Migdal Haemeck, à tel point que le Congrès juif américain a exprimé sa satisfaction de voir l’Oréal « devenir un ami chaleureux de l’Etat d’Israël ».

ESTÉE LAUDER - Marques du groupe : Aramis, Clinique, la Mer, DKNY, Tommy Hilfiger
Outre ses investissements, le directeur est le président d’une des plus puissantes organisations sionistes US, le Fonds National juif.

DELTA GALIL - Cette entreprise israélienne est spécialisée dans la sous-traitance de produits textiles notamment dans celui des sous-vêtements. De nombreux sous-vêtements de marques étrangères proviennent ainsi directement des usines de Delta Galil. C’est le cas pour Marks & Spencers, Carrefour (Tex), Auchan, Gap, Hugo Boss, Playtex, Calvin Klein, Victoria’s Secret, DKNY, Ralph Lauren.

LEVI STRAUSS JEANS ET CELIO ( magasins spécialisés dans les vêtements pour hommes)

TIMBERLAND (Vêtements, chaussures, chaussettes) - Tout comme son homologue Ronald Lauder, le PDG de Timberland Jeffrey Swartz est un membre actif du lobby sioniste US. Il a conseillé ainsi d’encourager la communauté juive US à se rendre en Israël mais également d’envoyer des soldats israéliens pour mener la propagande pro-israélienne aux USA.

NOKIA - Le géant finlandais de la téléphonie commerce activement avec l’Etat d’Israël. Dans une interview au Jérusalem Post, le manager du groupe déclarait : qu’ Israël faisait partie des priorités de l’entreprise. Un centre de recherche Nokia a ainsi vu le jour en Israël.

MC DONALD’S - Entreprise emblématique de l’impérialisme culturel US, la célèbre chaîne de restaurants fast-food apporte un soutien non négligeable à l’Etat israélien. McDonald’s dispose de 80 restaurants en Israël et y emploie près de 3000 personnes. Elle y interdit à son personnel de parler arabe. Aux USA, l’entreprise figure parmi les heureux partenaires de l’organisation sioniste «Jewish Community » basée à Chicago. Cette organisation travaille en effet pour le maintien de l’aide militaire, économique et diplomatique apportée par les USA à Israël.

CATERPILLAR (Equipement pour bâtiment mais également, vêtements, chaussures) - Une large campagne doit être menée en France pour dénoncer la participation criminelle de Caterpillar aux destructions des maisons en Palestine par ses bulldozers géants. C’est avec un Caterpillar que la pacifiste américaine juive Rachel Corrie a été tuée par un soldat israélien en 2003.

La chaîne hôtelière ACCORHOTEL (Etap, Ibis, Mercure, Novotel, Sofitel) - Cette chaîne a plusieurs hôtels en Israël, et récemment, elle a ouvert une succursale dans le Golan.

Les chaînes alimentaires présentes dans les colonies israéliennes : Domino Pizza, Pizza Hut, Häagen Daaz, Burger King

Autres produits : Cigarettes Morris (dont Marlboro), Produits Kimberly-Clarck (Kleenex, Kotex, Huggies), SanDisk (informatique), Toys RUs (jouets)
_______________________________________________
_______________________________________________

12:57 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

laboratoire teva

laboratoire teva

laboratoire teva
TEVA LABORATOIRE ISRAELIEN DE GENERIQUES DE MEDICAMENTS 12:25
PHARMACIE


ENQUETE • LE LABORATOIRE ISRAÉLIEN INONDE LA PLANÈTE DE SES COPIES DE MÉDICAMENTS
Numéro un mondial des médicaments sans brevet, le groupe israélien joue sur les économies d'échelle pour contenir ses coûts. Un avantage compétitif majeur dans ce secteur régi par un modèle économique très différent de celui des laboratoires innovants.
Teva, le générique à très grande échelle
Les Echos n° 19611 du 22 fevrier 2006 • page 9


A Kfar Saba, dans la banlieue de Tel-Aviv, la directrice de l'usine de Teva, Anat Goren, ne sait même pas ce que sont les comprimés blancs mis en boîte sur cette ligne de production. « Il faut que je vérifie, s'excuse-t-elle. Vous savez, nous produisons 500 médicaments différents ici, plus de 8 milliards de pilules par an, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, six jours par semaine. Les lignes de production peuvent changer de fabrication toutes les deux heures si c'est nécessaire. »

Nous sommes dans l'une des plus grosses usines du numéro un mondial des génériques. Né il y a plus de cent ans, le laboratoire israélien Teva s'est spécialisé dans les copies bon marché des médicaments qui ont perdu la protection de leur brevet. Il en inonde les pharmacies du monde entier. Au bout d'une chaîne ultramoderne, prêts à partir, des cartons de pravastatine. Ces versions génériques de l'anticholestérol Elisor de Bristol-Myers Squibb vont être expédiées à Schiphol, l'aéroport d'Amsterdam. Un peu plus loin, des cargaisons de sertraline sont attendues à Eastbourne, en Angleterre. Ce produit est l'équivalent de l'antidépresseur Zoloft de Pfizer, depuis peu dans le domaine public.

Sept commerciaux aux Etats-Unis
Au total, Teva fabrique plus de 25 milliards de comprimés par an et quelque 5.000 références différentes dans ses 40 usines, implantées aux quatre coins de la planète, du Mexique à la Lituanie en passant par la Bourgogne et le désert du Néguev. « En volume de médicaments prescrits, nous sommes probablement devant Pfizer », souligne Israel Makov, le numéro un de l'entreprise. Mais, en valeur, le groupe est très loin derrière le géant américain de la pharmacie, car les médicaments génériques sont vendus 30 % moins cher que les originaux dans des pays comme la France, et jusqu'à 95 % de moins aux Etats-Unis. Cependant, avec l'acquisition de l'américain Ivax, finalisée il y a quelques jours, la firme de Tel-Aviv s'est tout de même hissée « au 15e ou 16e rang de la pharmacie mondiale », selon Israel Makov. C'est la première fois qu'un fabricant de génériques arrive aussi haut dans le classement.

Teva se rapproche de certains grands laboratoires innovants par la taille, mais son modèle économique reste « fondamentalement différent », explique Frédéric Thomas, consultant spécialiste des génériques chez Arthur D. Little. Les dépenses de R&D sont réduites au minimum : 6 % du chiffre d'affaires, contre 15 %, 20 %, voire plus pour un laboratoire innovant. Afin que son médicament puisse être commercialisé, le génériqueur doit seulement prouver aux autorités sanitaires qu'il a le même comportement dans l'organisme du patient que le traitement de marque. « En général, ces études cliniques de bioéquivalence durent quatre à six mois, sur une trentaine de patients », explique Virginie Collas-Aubert, directrice des affaires pharmaceutiques chez Teva France. Coût total, y compris le montage du dossier d'homologation, « quelques centaines de milliers d'euros », selon Frédéric Thomas. A comparer aux centaines de millions que déboursent les laboratoires classiques pour tester leurs produits sur des milliers de patients pendant plusieurs années et prouver ainsi leur efficacité et leur sûreté.

Même différence pour les frais de commercialisation et de marketing. Les laboratoires innovants confient à des armées de visiteurs médicaux le soin de promouvoir leurs molécules auprès des médecins prescripteurs. Pfizer en emploie plus de 10.000 rien qu'aux Etats-Unis. Chez Teva, la force commerciale est réduite au minimum. « Aux Etats-Unis, nous avons 7 commerciaux en tout et pour tout », s'amuse Dan Suesskind, le directeur financier. C'est suffisant pour négocier avec les grands organismes payeurs américains, très peu nombreux, qui gèrent les dépenses de santé pour le compte des entreprises.

Course à la taille
En France, Teva n'emploie que 60 commerciaux qui démarchent les pharmaciens. Une fois le génériqueur référencé comme fournisseur d'une officine, plus besoin de faire de la promotion, puisque les produits sont, par définition, parfaitement identiques à ceux des concurrents. « Ce que nous demandons à un fabricant de génériques, c'est de nous proposer toute sa gamme et de livrer en temps et en heure, sans rupture de stock, explique Gilles Bonnefond, du syndicat de pharmaciens Uspo. Si c'est le cas, le pharmacien n'a aucune raison de changer de fournisseur. »

Puisque ses budgets de R&D et de commercialisation sont réduits au minimum, où sont les coûts de Teva ? Dans la production, où travaillent plus de la moitié de ses 26.000 salariés. « Les coûts de fabrication d'un génériqueur peuvent représenter plus de 50 % de son chiffre d'affaires, contre 15 % chez un laboratoire innovant », relève Frédéric Thomas.

Pour limiter au maximum un tel poste de dépenses, mieux vaut être très gros, afin de jouer sur les économies d'échelle. C'est pour cela que Teva s'est lancé dans une boulimie d'acquisitions depuis la fin des années 1990. « Nous nous sommes fait une spécialité de gérer la production au niveau mondial en mettant à profit nos économies d'échelle, explique Israel Makov. Dans ce métier de produits banalisés, on se distingue par la taille et l'envergure. » Teva fabrique une grande partie de ses médicaments dans des pays aux coûts relativement bas, comme la Hongrie ou le Mexique. « Cette course à la taille est motivée par le souci de réduire les coûts de production, explique Jean-Michel Pény, président de Smart Pharma Consulting. Sur le marché des génériques, caractérisé par des prix bas, les plus gros acteurs affichent en général les meilleures profitabilités. »

5 heures du matin à la frontière belge
Etre présent partout permet aussi de jouer sur le calendrier des brevets et sur le droit de la propriété intellectuelle, différent selon les pays. « En France, la loi interdit de démarrer le développement d'un générique tant que le brevet n'est pas tombé, explique Virginie Collas-Aubert. Ce serait considéré comme de la contrefaçon. » Or, pour les plus grosses molécules, il est important de livrer les pharmacies le premier jour de l'expiration du brevet, afin d'être sûr que le pharmacien ne s'approvisionnera pas chez un concurrent.

Teva fait donc jouer à plein son réseau mondial. Pour le Zocor, l'anticholestérol de Merck dont le brevet a expiré en France le 6 mai dernier, les essais cliniques ont été réalisés au Canada. La matière première du médicament a été produite en Hongrie, les comprimés fabriqués et conditionnés en Israël, puis stockés aux Pays-Bas, où le brevet avait déjà expiré. C'est la filiale britannique qui a contrôlé les échantillons. Et à 5 heures du matin, le 6 mai, les camions passaient la frontière belge pour livrer les précieux comprimés. Dès l'expiration du brevet, les « copies » du Zocor étaient dans les rayonnages des pharmacies.

Teva bénéficie aussi de sa solidité financière pour se battre en justice contre les laboratoires innovants. Les frais juridiques lui coûtent « plusieurs dizaines de millions de dollars par an », révèle Dan Suesskind. Aux Etats-Unis, le fabricant de génériques peut contester devant les tribunaux la validité des brevets des produits de marque. S'il gagne, il bénéficie d'une période d'exclusivité de 180 jours au cours de laquelle il sera le seul génériqueur à commercialiser le médicament. Il pourra ainsi pratiquer, pendant ce temps limité, un prix plus bas que celui du médicament d'origine, mais tout de même relativement élevé. C'est au cours de ces périodes d'exclusivité que Teva réalise une grande partie de ses bénéfices. Voilà pourquoi il multiplie les procès.

La bataille des biogénériques
Fort de ces avantages compétitifs, le numéro un mondial a de belles années devant lui. Le marché mondial des génériques devrait passer de 65 milliards de dollars en 2005 à 106 milliards en 2010, prévoit Sandoz, filiale du suisse Novartis et numéro deux de la profession. Une croissance de 11 % par an, contre 6 % ou 7 % prévus pour les médicaments de marque. « Personne ne peut arrêter la progression des génériques », se réjouit Israel Makov. S'ils n'existaient pas, les dépenses de médicaments aux Etats-Unis seraient non pas de 250 milliards de dollars par an mais de 475 milliards. « Même la riche Amérique ne peut se permettre de dépenser autant ».

Les usines de Teva vont donc tourner à plein régime. Mais ses dirigeants ne se reposent pas pour autant sur leurs lauriers. Ils préparent déjà la prochaine étape, celle des biogénériques ou biosimilaires. Pour l'instant, les génériqueurs ne produisent que des copies de médicaments d'origine chimique, et non biologique. Ces nouveaux produits seront beaucoup plus difficiles à développer et à fabriquer. Il faudra notamment réaliser des essais cliniques de grande envergure pour prouver leur efficacité et leur sûreté. En contrepartie, leur prix sera plus élevé : la réduction par rapport au prix de l'original serait sans doute de 25 %, et non plus de 80 % ou 90 %.

Pour l'instant, les autorités sanitaires restent réticentes face aux risques que représentent les biosimilaires. Mais les règles sont en train de changer. « Quelque part autour de 2015, les biogénériques seront un vrai marché », prédit Israel Makov. « Très peu d'entreprises auront les capacités technologiques nécessaires pour s'imposer dans ce domaine, estime Sanjay Patel, analyste chez Sectoral Asset Management. Teva et Sandoz, qui peut bénéficier de la R&D de Novartis, seront certainement de celles-là. »

Dans cette future bataille, le laboratoire israélien bénéficiera d'un avantage sur les autres génériqueurs, car il a acquis un savoir-faire propre en matière de médicaments complexes. A côté des génériques, il développe en effet la Copaxone. Issu de sa propre R&D, ce traitement de la sclérose en plaques est un succès, avec un chiffre d'affaires supérieur au milliard de dollars l'an dernier.

VINCENT COLLEN
Teva produit plus de 25 milliards de comprimés par an dans 40 usines à travers le monde. L'avenir s'annonce plein de promesses pour Teva : le marché des génériques devrait passer de 65 milliards de dollars en 2005 à 106 milliards en 2010.

...
[ Ajouter un commentaire ] [ Aucun commentaire ]

12:47 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/02/2009

fin du statut de refugies des palestiniens

nonnie darwish : la fin du statut des refugies palestiniens

Nonie Darwish: “La fin du statut de refugiés du peuple palestinien”

La terrible situation humanitaire dans la Bande de Gaza m'est très pénible à voir parce que j'y ai vécu enfant dans les années 50.


Les histoires montrées aux actualités disent que cette condition est uniquement due aux actions militaires et économiques israéliennes contre le Hamas, mais elles évitent d'en expliquer l'origine : 60 ans de politique arabe visant à maintenir le peuple palestinien comme des réfugiés apatrides dans le but de nuire à Israël.
Enfant à Gaza dans les années 50, j'ai ressenti les résultats précoces de cette politique.L'Égypte qui contrôlait alors Gaza, menait des opérations de type guérillas contre Israël à partir de Gaza. Mon père, qui commandait ces opérations exécutées par des “fedayin” (”autosacrifice”), sont devenus la ligne de front du Jihad arabe contre Israël. Mon père a été tué par Israël lors d'un assassinat ciblé en 1956.
Le monde arabe a commencé sa politique de réfugiés palestiniens dans ces années où la Ligue arabe mettait en place ses lois spéciales concernant les Palestiniens et à laquelle tous les pays arabes devaient obéir. Les pays arabes ne pouvaient pas intégrer les Palestiniens. Même si les Palestiniens se mariaient avec un citoyen d'un pays arabe, ils ne pouvaient pas devenir citoyens du pays de leur conjoint. Un Palestinien peut naître, vivre et mourir dans un pays arabe sans jamais en obtenir la nationalité. Je reçois encore des emails de Palestiniens qui me disent qu'ils ne peuvent pas obtenir un passeport d'un des pays arabes. Ils doivent rester Palestiniens même s'ils n'ont jamais mis un pied à Gaza ou en Cisjordanie. Cette politique de forcer l'identité palestinienne sur les Palestiniens pour toujours a été destinée à perpétuer et à exacerber la crise des réfugiés palestiniens. Ceci s'applique également à la politique arabe de surpeuplement de Gaza. Soixante ans durant, les Palestiniens ont été utilisés et abusés par les nations arabes, et par les terroristes palestiniens, dans le seul but de détruire Israël.
Aujourd'hui c'est le Hamas qui utilise et abuse de ses frères, sœurs et enfants palestiniens à cette fin. Alors que les leaders du Hamas se cachent dans les bunkers bien achalandés et les tunnels qu'ils ont préparés avant d'avoir provoqué Israël par leurs attaques, les civils palestiniens sont exposés et sont rattrapés par les feux croisés mortels entre le Hamas et les soldats israéliens. Et la Bande de Gaza, aujourd'hui contrôlée par le Hamas, une organisation terroriste islamiste soutenue par l'Iran, s'enflamme.
La conséquence de cette politique arabe de 60 ans est que Gaza est devenu un camp de prisonniers pour 1,5 millions de Palestiniens, qui souffrent alors que - et parce que – cette politique continue à servir de rampe de lancement pour les attaques contre les citoyens israéliens. Aujourd'hui ces attaques prennent la forme des missiles du Hamas qui ciblent aveuglément les jardins d'enfants israéliens, les maisons et les commerces.
Et le Hamas exécute ces attaques plus de deux ans après qu'Israël se soit totalement retiré de Gaza dans l'espoir que ce pas marquera le début d'un processus de construction d'un état palestinien et conduira à une solution pacifique de deux Etats au conflit israélo-palestinien. Il n'y avait alors aucun cycle de violence, aucune justification pour autre chose que la paix et la prospérité. Avec son emplacement central et ses merveilleuses plages à l'est de la Méditerranée, Gaza aurait pu devenir paisible et prospère. Mais à la place, le Hamas a choisi le Jihad islamique. Les espoirs des habitants de Gaza et des Israéliens ont fait face à la misère pour les Palestiniens et aux missiles pour les Israéliens.
Le Hamas, mandataire iranien, est devenu un danger non seulement pour Israël mais aussi pour les Palestiniens, les pays arabes voisins, et à la paix mondiale. Le monde a besoin de comprendre que cette dangereuse pagaille a commencé lorsque les 22 pays arabes se sont mis d'accord pour créer une prison humaine appelée la Bande de Gaza. Les médias mondiaux doivent le signaler.
Ces pays arabes prétendent aimer le peuple palestinien, mais ils semblent être davantage intéressés à les sacrifier. S'ils aiment leurs parents palestiniens, ils doivent faire immédiatement pression sur le Hamas pour qu'il arrête de tirer des missiles sur Israël. Ces attaques ne mènent à rien sinon à la mort et à la souffrance des Palestiniens et des Israéliens.
A plus long terme, le monde arabe doit mettre fin au statut de réfugiés des Palestiniens et ainsi à leur désir de nuire à Israël. Les 22 pays arabes doivent ouvrir leurs frontières et intégrer les Palestiniens de Gaza qui souhaitent être intégrés. Il est temps pour le monde arabe d'aider réellement les Palestiniens et non de les utiliser.
Merci à Richard Jaquelin - Article rédigé par Nonie Darwish. Il a grandi dans la ville de Gaza et au Caire. Expatriée aux Etats-Unis, Nonie Darwish est aujourd'hui journaliste, écrivain, et fondatrice de “Arabs For Israel”. Elle est l'auteur de “Punition cruelle et habituelle”. Article publié sur The Israel Project.
haut de page


-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=



Les nazis ont fui vers tous les pays de bon acceuil

l'Argentine,Juan Peron, admirateur des fascismes européens, les a encouragés à s'y installer

le Chili, la Bolivie, Barbie a passé 32 ans à La Paz

l'Espagne de Franco, dernier bastion du fascisme en europe

Notemment vers l'Egypte et la Syrie

Non les Juifs ne sont pas revenus reconstruire leur maison dans un proche orient moderne avancé, mais au sein d'une colonie fasciste rétrograde, dont la voie fut tracée par le grand Mufti de Jérusalem, aïeul d'Arafat et de Leïla Chahid, venu à Berlin pactiser avec Hitler

Le "point d'orgue" fut l'aval du vatican qui se refuse de reconnaître l'état hébreu



LISTE DES NAZIS AYANT FUIT DANS LES PAYS ARABES

Liste des nazis ayant fuit dans les pays arabes:
Altern Erich,
alias Ali Bella
Chef régional SD, Affaires juives en Galicie
Années 50, en Égypte, puis instructeur de camps palestiniens
Appler Hans,
alias Salah Chaffar
Information avec Goebbels
Égypte, ministère de l'information (1956)
Bartel Franz,
alias el-Hussein
Adjoint au chef de la Gestapo à Kattowitz (Pologne)
Depuis 1959, Section juive du ministère de l'Information au Caire
Baurnann, SS Standartenührer
Participe à la liquidation du Ghetto de Varsovie
Ministère de la Guerre au Caire: instructeur du Front de Libération de la Palestine
Bayerlein,
col. Fritz
Aide-de-camp de Rommel
Égypte
Becher Hans
Section juive Gestapo, Vienne
Alexandrie (Égypte) :
y instruit la police
Beissner, Dr Wilhelm
Chef Section VI C 13 RSHA
Égypte
Bender Bernhardt,
alias Béchir Ben Salah
Gestapo, Varsovie
Conseiller de la police politique au Caire
Birgel Werner,
alias El-Gamin
Officier SS
Vient de RDA au Caire, au ministère de l'Information
Boeckler Wilhelm, SS Untersturmführer
Recherché en Pologne pour son rôle dans la liquidation du Ghetto de Varsovie
En Égypte depuis 1949, travaille au département Israël du Bureau d'informations
Boerner Wilhelm,
alias Ali Ben Keshir, SS Untersturmführer
Gardien du camp de Mauthausen
Dépend du ministère de l'Intérieur égyptien, instructeur du Front de Libération de la Palestine
Brunner Aloïs
alias Georg Fischer, Ali Mohammed
SD, responsable des déportations en Autriche, Tchécoslovaquie, Grèce, Chef du camp de Drancy
Damas, conseiller des services spéciaux RAU puis syriens. Résident BND
Buble Friedrich,
alias Ben Amman, SS Obergruppenfùhrer
Gestapo
Dir. Département égyptien des relations publiques - 1952 conseiller de la police égyptienne
Bünsch Franz
Collaborateur de Goebbels à la propagande, coauteur, avec Eichmann de Les Habitudes sexuelles des juifs
Correspondant du BND au Caire puis en 1958 organisateur des SR d'Arabie saoudite pour le BND
Bunzel Erich, SA,
Obersturmführer
Collaborateur de Goebbels
Département Israël, ministère de l'Information au Caire
Daemling Joachim,
alias Jochen Dressel ou Ibrahim Mustapha
Chef de la Gestapo de Düsseldorf
Conseiller du système pénitentiaire égyptien, fait partie des services de Radio-Le Caire
Dirlewanger Oskar,
Oberführer
Chef du 36e bataillon de Waffen SS (URSS, Pologne)
Au Caire depuis 1950 selon certaines sources, selon d'autres, décédé le 7 juin 45 en résidence surveillée en Allemagne. Une exhumation de son cadavre aurait eu lieu en 1960
Eisele Dr Hans
Médecin chef camp de Buchenwald
Décédé au Caire, le 4 mai 1965
Farmbacher Wilhelm, LieutenantGénéral SS
Wehrmacht front Est, supervise l'armée Vlassov en France en 1944
Conseiller militaire de Nasser
Gleim Leopold
alias Lt-Col. Al Nashar
Chef du SD à Varsovie
Cadre de la Sécurité d'État égyptienne chargé des détenus politiques sur la mer Rouge
Gruber,
alias Aradji
Recruté par Canaris en 1924; réside en Égypte
1950 : agent d'influence en direction de la Ligue arabe
journaliste à l'aHeiden Ludwig,
alias el-Hadj
gence antijuive Weltdienst (NSDAP)
Converti à l'Islam, traduit Mein Kampf en arabe, résidant en Égypte vers 1950
Heim Heribert, SS Hauptsturmführer
Médecin de Mauthausen
Médecin de la police égyptienne
Hithofer Franz
Cadre de la Gestapo à Vienne
Égypte, années 50
Leers, Dr Johannes von,
alias Omar Amin
Adjoint de Goebbels, chargé de la propagande antisémite
Responsable de la propagande anti-israélienne au Caire depuis 1955
Luder Karl
Chef des jeunesses hitlériennes, responsable de crimes antisémites en Pologne
Ministère de la Guerre au Caire
Mildner Rudolf, SS
Standartenführer
Chef de la Gestapo à Kattowitz, chef de la police au Danemark
Depuis 1963, vit en Égypte, membre de l'organisation Deutscher Rat
Moser Aloïs,
Gruppenführer SS
Recherché en URSS pour crimes contre les juifs
Instructeur des mouvements paramilitaires de jeunesse au Caire
Münzel Oskar
Général SS de blindés
Conseiller militaire au Caire, années 50
Nimzek Gerd von,
alias Ben Ali
En Égypte, années 50
Oltramare Georges,
alias Charles Dieudonné
Directeur du Pilori en France sous l'Occupation
Responsable de l'émetteur La Voix des Arabes au Caire. Décédé en 1960
Peschnik Aehim Dieter,
alias el-Saïd
Réside en Égypte
Rademacher Franz,
alias Thomé Rossel
1940-1943, dirige la section antijuive aux Affaires étrangères
journaliste à Damas
Rauff Walter
Chef du SD en Tunisie
Au Moyen-Orient (Syrie) jusqu'en 1961. Arrêté, puis relâché au Chili, le 4 décembre 1962
Seipel, SS
Sturmbannführer,
alias Emmad Zuher
Gestapo à Paris
Converti à l'Islam. Service de sécurité du ministère de l'Intérieur au Caire
Sellmann Heinrich,
alias Hassan Suleiman
Chef de la Gestapo à Ulm
au Caire, Services spéciaux égyptiens
Thiemann Albert,
alias Amman Kader
Officier SS en
Tchécoslovaquie
Weinmann Erich, SS
Standartenführer
Chef SD, Prague
Déclaré mort en 1949. En fait, à Alexandrie conseiller de la police

TEXTE REPRIS DU SITE AVAL31



16:26 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

iszrael technologies

israel technologies

israel technologies 10:46
Des nanotechnologies utilisées dans les textiles afin de combattre les maladies nosocomiales.
Par IsraelValley Desk et D.A.
Rubrique: Universités, sciences et r&d
Publié le 15 février 2009 à 09:32

Un nouveau projet va démarrer à l'Université de Limerick avec une nouvelle approche utilisant les nanotechnologies, afin de réduire le taux de maladie nosocomiale dans les hôpitaux.

B.E. Bulletin Economique :
La bactérie Staphylococcus Aureus (Staphylocoque doré) s'introduit facilement dans les hôpitaux et les centres de santé et est à l'origine des infections à SARM (Staphylocoque doré résistant à la méticilline). Le SARM pose deux problèmes : il est non seulement résistant aux antibiotiques, mais peut également se révéler fatal.

Une équipe de l'Université de Limerick, associée avec 12 autres partenaires européens (Politechnika Wroclawska – Pologne, Technische Universität Dresden – Allemagne, Danish Technological Institute – Danemark, Université Comenius de Bratislava – Slovaquie, Université Politehnica de Bucarest – Roumanie, Ben Gurion University of the Negev – Israël, Peter Brehm – Allemagne, Wroclaw Medical University – Pologne, Cook Medical – Irlande, Wrigley Poland Sp. zo.o. – Pologne , BeoCare limited – Irlande et la National University of Ireland Galway – Irlande) est prête à s'atteler à ce problème en tentant de réduire les taux d'infections à SARM. Le projet est financé par l'UE à hauteur de 5 millions d'euros au titre du septième programme cadre.

“La propagation de germes résistants aux traitements, tels que le SARM, est un problème de santé publique majeur”, explique le Dr Tofail Syed de l'Université de Limerick. “Un élément notable du problème que pose le SARM provient de l'utilisation des textiles traditionnels que l'on trouve dans les blouses du personnel, les rideaux, la literie et les housses d'oreiller. La stérilité au sein de l'hôpital représente par conséquent une source d'inquiétudes...”. Les chercheurs feront appel à la nanotechnologie pour mettre au point des produits textiles résistants au SARM, auto-stérilisants et conçus pour combattre les bactéries. Ainsi, les hôpitaux seront à même de lutter contre les infections bactériennes.

Selon les experts, les microbes de type SARM résistants aux médicaments sont à l'origine d'infections chez un patient sur 10 dans les hôpitaux européens. Chaque année, plus de 3 millions d'Européens développent une infection nosocomiale et près de 50.000 patients décèdent des suites de l'infection en question. “En Europe du Sud et en Europe occidentale, plus de 40% des hôpitaux sont confrontés aux problèmes notables provoqués par ce microbe incroyable qu'est le SARM”, fait remarquer le Dr Syed. “Nous sommes persuadés de pouvoir réduire cette statistique inquiétante par le biais de la recherche et du développement de textiles résistants au SARM.”

Source: B.E. Copyrights


11:58 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/01/2009

crimes de guerre (definition)

source : http://www.actu.co.il/2009/01/gaza-oui-il-y-a-eu-des-crimes-de-guerre/

Irwin Cotler, ex Ministre de la Justice du Canada, professeur de droit à l’Université Mac Gill à Montréal a relevé 5 crimes de guerre et un crime contre l’humanité perpétrés par le Hamas :

L’idéologie du Hamas et ses tactiques militaires sont des cas d’étude par excellence comme exemples de violation de la loi internationale. On peut noter au moins 6 violations de la loi.

1- Viser délibérément des civils est un crime de guerre

2- Tirer des missiles et des obus à partir de zones civiles (logements, écoles, hôpitaux… est un crime de guerre

3- Utiliser des symboles humanitaires pour tromper l’ennemi (utiliser des ambulances pour transporter des armes ou des miliciens, se déguiser en médecin dans un hôpital, utiliser un drapeau ou un logo de l’Onu ou du Croissant Rouge…) est un crime de guerre.

4- Inciter publiquement au génocide (cf la charte du Hamas ou les sermons des oulémas…) est un crime de guerre.

5- Recruter, former des enfants à la guerre, utiliser les enfants comme bouclier humain est un crime de guerre

6- Attaquer systématiquement des civils pendant plus de 8 ans est un crime contre l’humanité

21:42 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/01/2009

ideologie du hamas et du hezbollah

GetAttachment

19:42 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/01/2009

imaginons une seconde

" imaginons une seconde"

 

imaginons une seconde

LILLE au nord

OU MARSEILLE au sud

imaginons un seconde

des terroristes en belgique (TOURNAI)

des terroristes en italie (VINTIMILLE)

imaginons une seconde

la France

lille bombardee pendant 8 ans par les terroristes belges

Marseille bombardee pendant 8 ans par des terroristes italiens

imaginons une seconde

 des Lillois, des Marseillais

vivant pendant 8 ans

dans la peur

 la peur de ne passe reveiller

imaginons une seconde lille ou marseille

vivant ou survivant, ayant 15 secondes a chaque alerte

pour se mettre a l'abri

imaginons encore et encore pendant une seconde

QUE DOIT FAIRE LA FRANCE

LAISSER FAIRE OU REAGIR ?

imaginons une seconde

CONDUIRE SON PEUPLE ALA MORT OU LUTTER POUR VIVRE

VOILA LA VIE DES CITOYENS ISRAELIENS PENDAN PLUS DE 8 ANS

a mediter

12:26 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/01/2009

qui sont les palestiniens

Qui sont les Palestiniens ?
Par Yashiko Sagamori (consultante en informatique à New York - 2003

Si vous êtes si sûr que l'existence de la « Palestine » remonte très loin dans l'Histoire, je suppose que vous serez capable de répondre aux questions qui suivent sur ce pays, la « Palestine » :


1) Quand a-t-elle été fondée, et par qui ?
2) Quelles étaient ses frontières ?
3) Quelle était sa capitale ?
4) Quelles étaient ses principales villes ?
5) Qu'est-ce qui constituait la base de son économie ?
6) Quelle était la forme de son gouvernement ?
7) Pouvez-vous nommer un chef palestinien avant Arafat ?
8) La Palestine a-t-elle déjà été reconnue par un pays dont l'existence, à l'époque ou aujourd'hui, ne laisserait aucune place à l'interprétation ?
9) Quelle était la langue de la Palestine ?
10) Quelle était la religion dominante en Palestine ?
11) Quel était le nom de sa monnaie ? Choisissez une date dans l'Histoire, et citez le taux de change à cette date de la monnaie palestinienne contre le dollar US, le mark allemand, la livre britannique, le yen japonais ou le yuan chinois.
12) Quels objets archéologiques les Palestiniens ont-ils laissés ?
13) Connaissez-vous une librairie où l'on pourrait trouver une uvre littéraire palestinienne produite avant 1967 ?
14) Enfin, puisqu'un tel pays n'existe plus, quelle a été la cause de sa disparition, et quand a-t-il disparu ?

Si vous vous lamentez sur le « lent naufrage » de cette nation autrefois « fière », pourriez-vous dire quand, exactement, cette « nation » a été fière, et de quoi elle était fière ?

Et maintenant, la moins sarcastique de toutes les questions : si cette population que vous appelez par erreur « palestinienne » n'est pas seulement constituée d'Arabes génériques mais en grande partie d'Arabes provenant ou plutôt expulsés du monde arabe alentour, « sous le mandat anglais plus de 200 000 sont venues dArabie précisément, pour sinstaller avec promesses dun monde meilleur », si elle possède vraiment une identité ethnique qui lui donnerait un droit à l'autodétermination, pourquoi n'a-t-elle jamais essayé d'accéder à l'indépendance avant qu'Israël n'inflige aux Arabes une défaite cuisante lors de la guerre des Six-jours ?

J'espère que vous éviterez la tentation d'invoquer un lien entre les « Palestiniens » actuels et les Philistins de la Bible : substituer l'étymologie à l'Histoire ne saurait être de mise.

La vérité devrait être évidente pour qui veut la connaître. Les Arabes n'ont jamais abandonné le rêve de détruire Israël : ils continuent de le chérir. N'ayant pu détruire Israël par la force militaire, ils tentent aujourd'hui de le faire par procuration. À cette fin, ils ont créé une organisation terroriste qu'ils ont appelée non sans cynisme le « peuple palestinien » et qu'ils ont installée à Gaza, en Judée et en Samarie. Autrement, comment expliquez-vous le refus par la Jordanie et l'Égypte, après la guerre des Six-jours, d'accepter inconditionnellement de reprendre l'une la « Cisjordanie » et l'autre Gaza ?

Le fait est là, la population arabe de Gaza, de Judée et de Samarie est bien moins fondée à revendiquer un statut national, que la tribu d'Indiens américains qui s'est rassemblée avec succès dans le Connecticut pour y créer un casino détaxé : au moins cette tribu était-elle motivée par un but constructif. Les soi-disant « Palestiniens », eux, n'ont qu'une motivation : la destruction d'Israël, et de mon point de vue, cela ne saurait suffire à faire d'eux une nation ni rien d'autre à l'exception de ce qu'ils sont vraiment : une organisation terroriste qui finira par être démantelée.

En vérité, il n'existe qu'un moyen de parvenir à la paix au Proche-Orient. Il faut que les pays arabes reconnaissent et acceptent leur défaite dans leur guerre contre Israël, et, en tant que perdants, qu'ils versent à Israël des réparations pour les dégâts qu'ils lui ont causés depuis plus de 50 ans. La forme de réparation la plus appropriée consisterait à éliminer leur organisation terroriste de la terre d'Israël et d'accepter l'antique souveraineté d'Israël sur Gaza, la Judée et la Samarie.

Ce serait la fin du peuple palestinien.
Vous disiez qu'il vient d'où, déjà ?!

13:26 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/12/2008

HANOUKKA

Qu'est_ce que HANOUKKA

hanoukka3.gif

 

hanouka5.jpg

Pour en savoir plus sur Hanoucca

hanoukka3.gif

le 25 du mois de Kislev nous fetons la fete de Hanoucca durant 8 jours.
chaque soir a la sorties des etoiles la famille se reunit pour allumer une lumieres supplementaire.
Hanoucca ets une fete tres riche en mitsvot et coutumes.

 

LE MIRACLE DE HANOUKA

 Rav Chlomo Aviner

La fête de  Hanouka dure huit jours car, selon nos sages, le seul flacon d'huile retrouvé dans le Temple ne contenait de combustible destiné à la Menorah, le candélabre, que pour un jour. Or, la lumière a brûlé huit jours. Ainsi, le miracle n'aurait-il duré que sept jours ! Pourquoi fêtons-nous donc huit jours de 'Hanouka ?

 

Logiquement, on devrait allumer les lumières de 'Hanouqah pendant sept jours seulement. Cette question a depuis longtemps préoccupé de nombreux commentateurs. Citons ainsi l'opinion de Rabbi Méir Haméïri, sage du Moyen-Age qui habitait en Provence : "le premier jour, nous fêtons la victoire militaire sur nos ennemis, et les sept jours suivants, nous commémorons le miracle de la fiole d'huile."

Il y eut en effet deux miracles : le soulèvement victorieux d'une minorité de partisans juifs contre les Grecs - notons d'ailleurs que seul ce miracle est évoqué dans la bénédiction 'al hanissim ajoutée au texte de la 'Amida (la prière silencieuse des Dix-Huit bénédictions, dite debout) pendant 'Hanouqah ; et d'autre part, le miracle de la fiole d'huile.

Beaucoup de nos sages se sont interrogés quant à la nécessité de ce dernier miracle. Mais d'après le Maharal de Prague, c'est là précisément que réside sa grandeur : le miracle du flacon d'huile n'est pas survenu pour lui-même, mais Dieu est intervenu au coeur des événements afin que le peuple ne puisse déclarer : "Notre victoire contre les Grecs a été obtenue grâce à une supériorité stratégique, tactique ou même psychologique".

Il est vrai que chaque événement peut s'expliquer par des causes rationnelles, mais il faut nous habituer cependant à voir la main de Dieu agissant dans l'Histoire. L'une des fonctions essentielles des prophètes est justement de nous apprendre à saisir le fil d'or de la Providence divine entrelacé dans les événements, en un mot : à lire l'écriture divine de l'Histoire.

Mais quel est le mécanisme du miracle, de tout miracle ? Cette question a été analysée dans le Traité talmudique Baba Metsia (106), non pas à propos de 'Hanouqah, mais à propos de David qui, bien que très jeune et inexpérimenté, avait relevé le défi de Goliath. Face à l'étonnement du roi Chaoul, David déclara qu'il avait déjà tué un lion et un ours. Le Talmud définit cet acte de courage comme un petit miracle, nissa zouta, en araméen. Les Tossaphistes définissent alors comment eu lieu ce miracle. L'explication tient en quelques mots : "un esprit de science et de courage pour combattre, Roua'h 'ho'hmah ouguevourah lehila'hem" . Pour abattre un lion et un ours, il a fallu à David une force au-delà des forces humaines habituelles. Mais le courage seul ne suffit pas, il fallait une "science du combat" que David ne possédait pas. Le fait même qu'il ait eu tout à coup ce courage et cette science, est donc en soi un miracle.

De même pour 'Hanouqah. Les Grecs dominaient un empire immense et leur armée de mercenaires était, à l'époque, la plus puissante du monde. Comment de simples partisans en si petit nombre pouvaient-ils s'opposer avec succès à cent vingt mille soldats ? Yéhoudah Macchabée ne disposait quant à lui que de quelques centaines d'hommes ou tout au plus quelques milliers ! Pourtant, ce chef et ses guerriers ont eu le courage de prendre les armes. Mais cela ne pouvait suffire. La guerre n'est-elle pas une science qui s'acquiert par la théorie et l'expérience ? Ainsi Yéhoudah Macchabée révéla-t-il qu'il possédait une grande science militaire. Un vrai miracle ! Or, lui et ses hommes n'avaient jamais pris les armes auparavant. Depuis la destruction du Premier Temple de Yérouchalayim, le peuple d'Israël n'avait en effet connu ni l'indépendance, ni reconstitué d'armée nationale : et ce, jusqu'à l'avènement des Hasmonéens. Au moment du retour en Erets Israël, soixante dix ans après la destruction du second Temple, le peuple d'Israël avait vécu sous domination perse, puis sous domination grecque, donc des centaines d'années sans armée ! Pourtant, les combats de Yéhoudah Macchabée ont été calculés avec une grande sagesse. Pour tenir à quelques milliers contre cent vingt mille, il faut être un grand stratège ! Le célèbre combat d'Emmaüs par exemple, fut l'un des moments de sa carrière militaire. Il a en effet su utiliser avec finesse la topographie du terrain, manié ses troupes avec une grande mobilité et tiré le meilleur parti de tous les avantages dont il disposait.

Alors, encore une fois, la même question, où est le miracle ? La réponse : ils ont eu du courage et la science. Car si certains miracles constituent un défi aux lois de la nature, d'autres se frayent un chemin à travers la nature même de l'homme. Quant au second miracle, ce n'est pas l'huile de la fiole qui a reçu tout à coup une importance extraordinaire. Il s'agit en fait d'un seul et même miracle : 'Hanouqah, c'est cette "lumière" qui existait au coeur de la conscience de Yéhoudah Macchabée et de ses soldats.

Nous rencontrons chez ces Hasmonéens une synthèse assez rare : celle de la sainteté, de la pureté de moeurs et de pensée, de la grandeur d'âme alliées au courage et à la force. Notons que d'une manière générale, les types humains que le peuple d'Israël a connus tout au long des générations n'étaient pas souvent porteurs de ces deux dimensions à la fois.

Les Juifs pieux, justes et droits, étaient bien souvent faibles et passifs.Quant aux hommes forts, ils étaient loin de posséder la finesse d'âme des sages et des tsadiqim, les justes.

Pourquoi cette dichotomie ? C'est que l'exil a anéanti les forces vives de la nation au point que la seule survie, physique ou bien religieuse, était devenue la préoccupation essentielle des uns ou des autres. On peut même s'étonner que, dans cet affaiblissement continu, soient apparus des hommes courageux, et d'autres d'une grande sainteté. Mais réunir ces deux facultés ensemble est un objectif impossible à atteindre pour un peuple en exil.

Pourtant, tout au long de notre Histoire, de ses origines jusqu'à la période des Hasmonéens, cette double faculté fut le signe distinctif de la plupart des grandes figures qui ont dominé. Ainsi Abraham était-il à la fois un homme d'une foi intègre et un personnage puissant et riche. Lorsque Loth, son neveu, fut fait prisonnier, Abraham n'hésita pas à partir en guerre contre quatre rois pour le délivrer.

David fut un grand homme d'Etat et un invincible guerrier. C'est lui, en fin de compte, qui construisit et édifia l'Etat d'Israël. Il a su vaincre les nombreux ennemis depuis des centaines d'années et il a réussi à unifier le peuple d'Israël tout entier, - qui était jusque-là un amalgame de tribus, - derrière sa bannière. Il fut en même temps un homme d'une grande pureté, l'auteur des Psaumes, un homme "amoureux de Dieu" qui, coupable d'une seule faute - avec Batshéva' - en a été dévoré intérieurement durant toute sa vie. Pendant treize ans, il a en effet pleuré amèrement cette faute toutes les nuits. David fut un géant par sa moralité et un géant par sa force. Un homme d'une grande élévation spirituelle et, simultanément, un être d'une grande force en tant que chef et en tant que combattant.

Moché a, quant à lui, aussi mené des guerres, notamment contre les deux très puissants rois Si'hon et 'Og, et c'est lui qui, en personne, a tué 'Og, le roi de Bachan, appelé de nos jours le Golan.

Nulle contradiction donc entre la pureté intérieure d'une part, et le courage et la puissance d'autre part. Le juste et le soldat ne font qu'un ! Or, plus tard, s'est opérée une profonde dislocation entre ces deux vocations. Nos Sages ont pris l'exemple de quatre rois : David, 'Assa, Yehochaphat et 'Hizqiahou. Ils sont arrivés à la comparaison et à l'énumération suivantes : "David a dit : 'Je poursuivrai les ennemis et je les frapperai.' Dieu a répondu : 'D'accord, Je t'aiderai'. 'Assa a dit : 'Je veux bien poursuivre mes ennemis, mais je ne peux pas les frapper. Alors, moi, je poursuis mes ennemis, et Toi tu les frapperas.' Le roi Yehochaphat a dit : 'Poursuivre des ennemis, ce n'est pas noble. Alors, Toi, tu poursuis et moi, je chante des cantiques de guerre'. Enfin, le roi 'Hizqiahou a dit : 'Chanter des cantiques, ce n'est pas pacifiste ; alors, Toi, Tu poursuis, Toi, Tu frappes, et moi, je reste couché sur mon lit'."

Plus les rois d'Israël se sont éloignés de la grandeur originelle qui fut celle de David, plus ils ont eu peur de faire face à la guerre et de porter atteinte à la pureté de leur personnalité. Mais Avraham, Moché et David savaient qu'il était possible, et de faire la guerre, et de rester un homme pur. En effet, on peut très bien "marcher à travers les abîmes de la mort, Gam ki éle'h beguey tsalmavet" - sans éprouver d'angoisse, puisque Dieu est avec nous, et de traverser les épreuves de la guerre sans être blessé dans son être intérieur.

Les Hasmonéens possédaient une force, une intelligence et une capacité de mener le peuple considérables, mais ils étaient animés également d'une grande piété et d'une pureté incontestable.

Qu'ont-ils fait après leur victoire ? Ils n'ont ni volé, ni violé. Ils sont rentrés dans le Temple, l'ont reconstruit et ont allumé les lumières de la Menorah. La nature profonde d'un individu et le niveau de moralité d'une nation ne se dévoilent-ils pas avec leur plus grande authenticité précisément dans des situations limites telles que la guerre ?

Le point de départ de la révolte des Hasmonéens n'était pas uniquement la libération nationale du peuple d'Israël - bien que cela constitue en soi un noble objectif et une grande mitsvah, un grand commandement, - mais également une révolte face à la volonté des Grecs de nous imposer leur culture et leur civilisation, c'est-à-dire leurs valeurs et leur conscience totalement amorales. Les Grecs poursuivaient ainsi un double but : briser le moral du peuple hébreu et simultanément, assouvir leurs instincts les plus bas. Les Hasmonéens ont donc combattu, armés de leur courage mais aussi d'une grande pureté intérieure. Ils étaient de véritables justes : non pas les premiers à réunir courage et pureté, mais bien les derniers de l'histoire ancienne d'Israël. En effet, après eux, l'Histoire du peuple juif n'a plus connu une telle synthèse de Guevourah, à la fois courage et puissance, et de Qedouchah , sainteté.

Avec l'éclatement géographique de la nation - et aussi des qualités et des mentalités - provoqué par l'exil, ces "étincelles" de Guevourah et de Qedouchah se sont dispersées. Mais elles doivent se réunir un jour. Ce processus a commencé d'apparaître depuis plusieurs décennies en terre d'Israël : les générations du Retour à Sion n'ont-elles pas déjà compté dans leurs rangs des êtres moraux et humbles, doués également d'une force et d'un courage exceptionnels, ainsi que des qualités de leadership ?

Le Talmud pose d'ailleurs la question suivante : "Pourquoi ne dit-on pas le Hallel [cantique de joie] à Pourim, alors qu'on le dit à 'Hanouqah ?" La réponse est sans équivoque : à Pourim, le miracle a eu lieu dans l'exil, la Perse. Pour 'Hanouqah, il s'agit d'un miracle intervenu sur la terre d'Israël, le dernier enregistré jusqu'au retour des générations portées par le sionisme !

D'après notre maître le Rav Tsvi Yéhoudah Kook, ce miracle constituait à l'époque une sorte de cadeau de séparation d'avec la terre d'Israël. Avant de plonger dans les ténèbres de l'exil, le peuple juif a reçu de Dieu ce dernier don, en forme de message d'espoir : la fête de 'Hanouqah !

Pendant plus de deux mille ans, dans les larmes et le sang de l'exil, sous toutes les latitudes, nous avons gardé la mémoire de ce miracle et espéré le voir renaître à nouveau en terre d'Israël. Dieu soit loué, ces dernières décennies, il a rejailli à nouveau, porteur de promesses et de lumières !

14:31 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/10/2008

expulsion des juifs des pays arabes

expulsion des juifs des pays arabes

856000 Juifs ont été expulsés des pays arabes en 1948, quelques mois avant et après la création de l'État d'Israël.
Depuis 1947, le centre des préoccupations de l'Assemblée Générale des Nations Unies a été les réfugiés palestiniens. Les griefs formulés par plusieurs centaines de milliers de réfugiés juifs originaires des pays arabes contraints à l'exil ont été jusqu'ici totalement ignorés par les instances onusiennes et les organismes chargés de gérer le problème des réfugiés du Moyen-Orient.
Sur les 681 Résolutions de l'ONU sur le conflit au Moyen-Orient, 101 ont été consacrées à la question des réfugiés palestiniens.
Des organismes de l'ONU ont été spécialement créés pour protéger et prodiguer de l'aide aux réfugiés palestiniens.
Depuis 58 ans, des dizaines de milliards de dollars ont été alloués par la communauté internationale pour subvenir aux besoins et porter assistance aux réfugiés palestiniens.

La suite sur : http://www.houmous.net/2007/07/31/l%E2%80%99exode-des-juifs-des-pays-arabes/

Pour comprendre l'histoire des communautés séfarades et arabes une série de conférences :
http://www.akadem.org/sommaire/themes/histoire/3/1/index_histoire3.1.php
http://www.akadem.org/sommaire/themes/histoire/3/9/index_histoire3.9.php
http://www.akadem.org/sommaire/themes/histoire/3/10/index_histoire3.10.php
http://www.akadem.org/sommaire/themes/histoire/3/13/index_histoire3.13.php
http://www.akadem.org/sommaire/themes/histoire/3/14/index_histoire3.14.php

12:04 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/10/2008

islam nazisme et apocalyse

islam nazisme et apocalypse source : liberty vox.com

islam  nazisme et apocalypse source : liberty vox.com

Islam, nazisme et apocalyptisme
A l'occasion de la parution de «Pour Allah jusqu'à la mort», une enquête sur les convertis à l'islam radical, Paul Landau évoque pour LibertyVox quelques thèmes de son ouvrage.

Islamisme et nazisme : une convergence occultée

La convergence entre certains aspects de l'islamisme contemporain et le nazisme n'est pas fortuite, et elle permet de comprendre plusieurs dimensions largement occultées du mouvement islamiste. Le chercheur allemand Matthias Küntzel a observé que les deux mouvements – l'islamisme et le nazisme – sont apparus à la même époque, et qu'ils représentaient tous les deux une tentative de répondre à la crise économique mondiale de 1929 et à la crise politique du capitalisme libéral. Cette coïncidence historique s'accompagne d'une convergence idéologique, soulignée par Küntzel, mais très souvent passée sous silence par les spécialistes de l'islamisme.

Dans mon livre Le Sabre et le Coran, j'ai abordé le thème de la connivence idéologique entre le fondateur des Frères musulmans, Hassan Al-Banna, le grand Mufti de Jérusalem Hadj Amin Al-Husseini, et le nazisme.
Trop souvent, les liens entre le Mufti – organisateur de la « révolte arabe » en Palestine mandataire dans les années 1936-1939 – et l'Allemagne nazie sont attribués à une pure alliance de circonstance, en vertu du principe selon lequel « les ennemis de mes ennemis sont mes amis ». En réalité, comme je l'ai souligné et comme l'ont montré différents auteurs, ces liens traduisaient une profonde convergence idéologique et politique, qui s'est perpétuée depuis, alors même que le nazisme a été vaincu en tant que régime politique et que son idéologie a été apparemment éradiquée. Matthias Küntzel - auteur d'un ouvrage pionnier sur ce sujet (Matthias Küntzel, Jihad and Jew-Hatred : Islamism, Nazism and the Roots of 9/11, Telos, 2007.)- et d'autres chercheurs ont abordé ce sujet tabou, en montrant comment l'idéologie nazie et son corollaire, la haine des Juifs, se sont perpétuées après 1945 au sein du monde arabe, et comment l'antisémitisme européen a été transféré au sein du monde musulman par la propagande nazie, dont le Mufti Al-Husseini a été un acteur important (notamment par le biais de son émission en arabe sur les ondes de Radio Berlin). (Pierre-André Taguieff aborde ce thème à travers l'exemple du mythe des « Sages de Sion », dans son livre Prêcheurs de haine. Traversée de la judéophobie planétaire, Fayard 2004.)

Pour expliquer le phénomène des conversions à l'islam radical, Farhad Khosrokhavar souligne un autre aspect important : celui du culte de la mort. Elément fondamental de l'islamisme jihadiste, le culte de la mort – qui se traduit notamment par le recours aux attentats-suicides – est devenu de manière paradoxale un facteur d'attraction pour de nombreux convertis qui veulent échapper à la monotonie et à la vacuité de l'existence dans la société de consommation occidentale. Comme l'explique Khosrokhavar :

Mourir pour la cause sacrée est un stratagème qui permet de surmonter le sentiment de vide qui habite les classes moyennes des sociétés occidentales où la perspective d'une guerre généralisée s'éloigne des esprits et où aucune solution héroïque ne pointe à l'horizon.

Ainsi, la conversion à l'islam radical est à la fois, comme le fut autrefois la conversion à l'islam mystique que nous avons évoquée plus haut, un moyen de fuir l'ennui occidental (le fameux « spleen » dont parlait Baudelaire), et aussi une porte d'entrée dans un monde nouveau, d'où n'a pas été évacuée la dimension héroïque de l'existence. Cette « solution héroïque » dont parle Khosrokhavar, et qui prend la forme de l'engagement dans le djihad « sur le sentier d'Allah », correspond aussi à la soif d'aventure, présente chez certains convertis, qui est épanchée par la dimension guerrière et apocalyptique de l'islam contemporain.

La dimension apocalyptique de l'islam radical

Celle-ci est en effet un aspect important et peu connu du réveil de l'islam dans le monde contemporain. Elle traverse tous les clivages du monde musulman : entre sunnisme et chiisme, entre islam traditionnel et islamisme. Toutes les composantes de la mouvance islamiste contemporaine, depuis les Frères musulmans jusqu'au Hamas et à la nébuleuse Al-Qaida, partagent en effet l'espoir de voir le Califat islamique rétabli, et considèrent le « renouveau de l'islam » actuel – dont une des manifestations est la multiplication des conversions – comme le signe manifeste de la véracité des prophéties sur la victoire finale de l'islam et sa propagation dans le monde entier.

Ces croyances eschatologiques sont intrinsèquement liées à la dimension guerrière de l'islam contemporain, c'est-à-dire au djihad. En effet, dans la vision apocalyptique de la fin des temps, la victoire de l'islam doit être précédée par un affrontement généralisé entre l'islam et ses ennemis, c'est-à-dire l'Occident en général, et l'Amérique et Israël en particulier. Cette croyance est illustrée par le hadith cité à l'article 7 de la Charte du Hamas, passage essentiel qui éclaire la vision du monde du mouvement islamiste palestinien :

L'Heure ne viendra pas avant que les Musulmans ne combattent les Juifs et les tuent ; jusqu'à ce que les Juifs se cachent derrière des rochers et des arbres, et ceux-ci appelleront : Ô Musulman, il y a un Juif qui se cache derrière moi, viens et tue-le !

Ce hadith, cité sur d'innombrables sites Internet musulmans, signifie que le « combat contre les Juifs » constitue pour le Hamas un impératif non seulement politique, mais eschatologique. L'affrontement avec Israël n'est pas seulement le moyen de conquérir la terre de Palestine, mais il est la condition sine qua non à la venue de la fin des temps... Cette remarque s'applique également au combat entre Al-Qaida et l'Occident, qui s'inscrit lui aussi dans une vision apocalyptique de la fin des temps.

Farhad Khosrokhavar montre comment cette conception apocalyptique du djihad est précisément l'élément qui attire les convertis à l'islam radical, en proie à l'ennui et au vide existentiel de la société occidentale :

En l'absence de lutte majeure qui puisse galvaniser les esprits, reste le spectacle dérisoire d'une vie quotidienne que rien ne ragaillardit si ce n'est des faits divers dépourvus de sens ou des guerres lointaines qui se vivent par procuration à l'écran, dans une irréalité qui tranche avec l'ennui du réel...
Adhérer, de la part des convertis, à une vision djihadiste donne sens à la vie en lui assignant une fin tangible, une forme de défi qui consume dans la mort ce sentiment d'un temps quasiment immobile et d'une immanence qui nivelle tout . (F. Khosrokhavar, Les nouveaux martyrs d'Allah, op. cit., p. 314-315.)

Le culte de la mort est indissociable de cette dimension apocalyptique de l'islam djihadiste
. Pour l'illustrer, plusieurs observateurs citent une affirmation récurrente dans la bouche de nombreux militants et dirigeants islamistes, du Hamas palestinien à Al-Qaida : celle de l'amour de la mort. « Nous sommes entièrement dévoués à la cause de l'islam. Nous aimons la mort tout autant que vous aimez la vie », déclare ainsi un des auteurs des attentats du 7 juillet 2005 à Londres, cité par Matthias Küntzel. Mais en réalité, c'est un véritable leitmotiv du discours islamiste, que l'on retrouve notamment chez Arafat, chez le dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah, chez les terroristes de Madrid et de Londres, ou chez Oussama Ben Laden. L'origine de cette affirmation est peu souvent mentionnée : il s'agit d'une citation d'un hadith qui qualifie de faiblesse l'amour de la vie :

Un jour, les nations vous assiègeront de tous côtés, comme des convives affamés autour d'une seule jatte... Vous serez telle l'écume du torrent, Dieu fera que vos ennemis ne vous craindront plus, et il insinuera la faiblesse dans vos cœurs – Qu'est-ce à dire, ô Envoyé de Dieu ? – L'amour de ce monde et l'aversion de la mort. (Cité par G. Kepel [dir.], Al-Qaida dans le texte, op. cit., p.154.)

Le thème de l'amour de la mort et du « martyre dans le sentier d'Allah » est ainsi devenu un élément central du discours islamiste contemporain, que l'on retrouve tant chez les djihadistes d'Al-Qaida que chez les représentants du courant « centriste » comme Qaradawi. Il joue un rôle important dans la conversion à l'islam radical de jeunes Occidentaux en quête d'aventure, en proie à une haine farouche de leur pays natal, devenus des soldats et des cadres de la mouvance djihadiste, à l'instar du porte-parole américain d'Al-Qaida, « Azzam l'Américain ». Ces jeunes Occidentaux, convertis à l'islam sous sa forme la plus radicale et guerrière, sont prêts à sacrifier leur vie pour leur nouvelle foi, à l'instar des djihadistes nés musulmans, en suivant le « sentier d'Allah » jusqu'à la mort.


© Paul Landau pour LibertyVox

«Pour Allah jusqu'a la mort, Enquête sur les convertis a l'islam radical» : http://www.editionsdurocher.fr/index.php?page=ouvrage_rocher&id=1205

10:57 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/10/2008

islam et esclavage

islam et esclavage


SOURCE :http://www.herodote.net/histoire/synthese.php?ID=12
622 au XXe siècle
L'esclavage en terre d'islam


Après la mort du prophète Mahomet et la soumission de la péninsule arabe, les musulmans conquièrent les rives méridionales et orientales de la Méditerranée. Multipliant les prises de guerre, ils prolongent dans ces régions l'esclavage à la mode antique. Ils inaugurent aussi une longue et douloureuse traite négrière qui va saigner l'Afrique noire jusqu'à la fin du XIXe siècle.

L'esclavage en terre d'islam est hélas une réalité qui dure comme le montre l'anthropologue Malek Chebel.
Islam et esclavage

Le Coran, texte sacré de l'islam, entérine l'existence de l'esclavage (voir la sourate XVI, Les abeilles) Notons que le premier muezzin désigné par le Prophète pour l'appel à la prière est un esclave noir du nom de Bilal originaire d'Éthiopie.

La loi islamique ou charia, qui s'appuie sur le Coran et les dits du prophète (hadiths), considère qu'en pays d'islam, seuls sont esclaves les enfants d'esclaves et les prisonniers de guerre. Elle autorise d'autre part la réduction en esclavage de quiconque provient d'un pays non musulman (si un esclave vient à se convertir, il n'est pas affranchi pour autant).

Très tôt, du fait de la rapidité même de leurs conquêtes, les Arabes se heurtent à une pénurie d'esclaves. Ils ne peuvent asservir les populations des pays soumis à leur loi et se voient donc dans l'obligation d'importer en nombre croissant des esclaves des pays tiers, qu'ils soient ou non en voie d'islamisation.

Comme les chrétiens du haut Moyen Âge, ils s'abstiennent de réduire en esclavage leurs coreligionnaires mais cette règle souffre de nombreuses transgressions et l'on ne rechigne pas à asservir des musulmans, notamment noirs, au prétexte que leur conversion est récente (*).
Une économie fondée sur l'esclavage

L'esclavage devient rapidement l'un des piliers de l'économie de l'empire abasside de Bagdad du fait de très nombreuses prises de guerre et de l'avènement d'une très riche bourgeoisie urbaine. Pour s'en convaincre, il n'est que de lire Les Mille et Une Nuits, un recueil de contes arabes qui se déroulent sous le règne du calife Haroun al-Rachid, contemporain de Charlemagne.

Les harems du calife et des notables de Bagdad se remplissent de Circassiennes. Il s'agit de femmes originaires du Caucase et réputées pour leur beauté ; ces belles esclaves ont continué jusqu'au XXe siècle d'alimenter les harems orientaux en concurrence avec les beautés noires originaires d'Éthiopie. Pour les tâches domestiques et les travaux des ateliers et des champs, les sujets du calife recourent à d'innombrables esclaves en provenance des pays slaves, de l'Europe méditerranéenne et surtout d'Afrique noire. Ces esclaves sont maltraités et souvent mutilés et castrés.

D'autres esclaves et eunuques sont employés comme soldats et chefs de guerre par les différentes dynasties musulmanes, du Maroc aux Indes. Ces esclaves-là accèdent parfois à des fonctions élevées et parfois au pouvoir suprême. Ainsi en est-il des fameux Mamelouks d'Égypte, que Bonaparte devra combattre en 1798.
Esclaves blancs en terre d'islam

Dans les premiers temps de l'islam, les notables de Bagdad s'approvisionnent en esclaves blancs auprès des tribus guerrières du Caucase mais aussi auprès des marchands vénitiens qui leur vendent des prisonniers en provenance des pays slaves, encore païens.

À la fin du Moyen Âge, comme le vivier slave s'épuise du fait de la christianisation de l'Europe orientale, les musulmans se tournent vers les pirates qui écument la Méditerranée. Ces derniers effectuent des razzias sur les villages côtiers des rivages européens. Le souvenir des combats livrés par les habitants à ces pirates perdure dans... la tête de prisonnier maure qui sert d'emblème à la Corse.

On évalue à plus d'un million le nombre d'habitants enlevés en Europe occidentale entre le XVIe et le XVIIIe siècle, au temps de François 1er, Louis XIV et Louis XV. Ces esclaves, surtout des hommes, sont exploités de la pire des façons dans les orangeraies, les carrières de pierres, les galères, les chantiers,... d'Afrique du nord (*). Des organisations chrétiennes déploient beaucoup d'énergie dans le rachat de ces malheureux, tel Miguel de Cervantès.

En Europe orientale et dans les Balkans, pendant la même période, les Ottomans prélèvent environ trois millions d'esclaves. Mais l'expansion européenne, à partir de la fin du XVIIIe siècle, met fin à ces razzias.

Esclaves noirs en terre d'islam

Si la traite des esclaves blancs a rapidement buté sur la résistance des Européens, il n'en a pas été de même du trafic d'esclaves noirs en provenance du continent africain.

La traite arabe commence en 652, vingt ans après la mort de Mahomet, lorsque le général arabe Abdallah ben Sayd impose aux chrétiens de Nubie (les habitants de la vallée supérieure du Nil) la livraison de 360 esclaves par an. Elle ne va cesser dès lors de s'amplifier. Les spécialistes évaluent de douze à dix-huit millions d'individus le nombre d'Africains victimes de la traite arabe au cours du dernier millénaire, du VIIe au XXe siècle, soit à peu près autant que la traite européenne à travers l'océan Atlantique, du XVIe siècle au XIXe siècle.

Le trafic suit d'abord les routes transsahariennes. Des caravanes vendent, à Tombouctou par exemple, des chevaux, du sel et des produits manufacturés. Elles en repartent l'année suivante avec de l'or, de l'ivoire, de l'ébène et... des esclaves pour gagner le Maroc, l'Algérie, l'Égypte et, au-delà, le Moyen-Orient. Au XIXe siècle se développe aussi la traite maritime entre le port de Zanzibar (aujourd'hui en Tanzanie) et les côtes de la mer Rouge et du Golfe persique.

Le sort de ces esclaves, razziés par les chefs noirs à la solde des marchands arabes, est dramatique. Après l'éprouvant voyage à travers le désert, les hommes et les garçons sont systématiquement castrés avant leur mise sur le marché, au prix d'une mortalité effrayante, ce qui fait dire à l'anthropologue et économiste Tidiane N'Diyae : «Le douloureux chapitre de la déportation des Africains en terre d'Islam est comparable à un génocide. Cette déportation ne s'est pas seulement limitée à la privation de liberté et au travail forcé. Elle fut aussi - et dans une large mesure- une véritable entreprise programmée de ce que l'on pourrait qualifier d' "extinction ethnique par castration"» (*).

Les contes des Mille et Une Nuits, écrits au temps du calife Haroun al-Rachid (et de Charlemagne), témoignent des mauvais traitements infligés aux esclaves noirs et du mépris à leur égard (bien qu'ils fussent musulmans comme leurs maîtres). Ce mépris a perduré au fil des siècles. Ainsi peut-on lire sous la plume de l'historien arabe Ibn Khaldoun (1332-1406): «Les seuls peuples à accepter l'esclavage sont les nègres, en raison d'un degré inférieur d'humanité, leur place étant plus proche du stade animal» (*). Ces propos, notons-le, précèdent de deux siècles la traite atlantique des Occidentaux.
Esclavage et décadence

Les contingents très importants de main-d'oeuvre servile ont contribué à la stagnation économique et sociale du monde musulman. Ils ont causé aussi de nombreux troubles. C'est ainsi qu'à la fin du IXe siècle, la terrible révolte des Zendj (ou Zenj, d'un mot arabe qui désigne les esclaves noirs), dans les marais du sud de l'Irak, a entraîné l'empire de Bagdad sur la voie de la ruine et de la décadence.

«Comparé à la traite des Noirs organisée par les Européens, le trafic d'esclaves du monde musulman a démarré plus tôt, a duré plus longtemps et, ce qui est plus important, a touché un plus grand nombre d'esclaves», écrit en résumé l'économiste Paul Bairoch (*). Cet auteur, ainsi que Tidiane N'Diaye, rappelle qu'il ne reste plus guère de trace des esclaves noirs en terre d'islam en raison de la généralisation de la castration, des mauvais traitements et d'une très forte mortalité, alors que leurs descendants sont au nombre d'environ 70 millions sur le continent américain.

Notons le parallèle avec les États arabes du Golfe Persique qui recourent massivement à des travailleurs étrangers tout en empêchant ceux-ci de faire souche sur place...
Alban Dignat.
Reproduction interdite - tous droits réservés - www.herodote.net
[ Ajouter un commentaire ] [ Aucun commentaire ]

21:13 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/10/2008

imbecilite des pays musulmans

l'imbecilite des pays musulmans

SOURCE : GUYSENS NEWS
Crise financière :

Les détracteurs des Etats-Unis dans le Moyen-Orient se réjouissent de l'effondrement du système financier aux Etats-Unis, qu'ils décrivent comme le résultat d'une punition divine.

Le Hamas et Al-Qaïda perçoivent les troubles qui bouleversent la puissance américaine comme un juste retour des choses, punissant les Américains pour « tous les pêchés qu'ils ont commis ».

« Nous sommes heureux que l'économie des Etats-Unis soit anarchique et que cette anarchie gagne l'Europe » a déclaré l'Ayatollah Ahmad Jannati, un haut dignitaire religieux iranien.

Et d'ajouter : « Ils assistent aux conséquences de leurs actions répugnantes et Dieu est en train de les punir ».
Des élans de joie qui s'affichent alors que la crise financière n'a pas épargné le Moyen-Orient, dont les marchés boursiers ont perdu 10% au cours de la semaine dernière.

Et si le gouvernement iranien estime que la crise financière ne touche l'économie de son pays, la panique des marchés financiers a bel et bien provoqué une chute des prix du pétrole de plus de 40%, un record depuis juillet 2008.


14:58 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |