22/10/2009

communiqUE DE PRESSE A DIFFUSER LARGEMENT


COMMUNIQUE DE PRESSE

POUR DIFFUSION IMMEDIATE

Le Centre Wiesenthal, pour la septième année consécutive, traque la
haine à la foire du livre de Francfort : Les éditeurs Turcs blâment le
Centre pour l’interdiction de textes antisémites.

Francfort, le 16 octobre 2009

Dans son rapport annuel au Directeur de la Foire du Livre de
Francfort, Jürgen Boos, le Directeur pour les relations
internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, a indiqué
que "pour la septième années le Centre Simon Wiesenthal surveille
l’incitation à la haine et à la violence, sur les présentoirs des
stands de la Foire du Livre de Francfort - le plus grand rassemblement
littéraire au monde.
Lors de la conférence de presse d’ouverture, j’ai été frappé par votre
allusion à la controverse entourant le choix de la Chine comme invité
d’honneur en 2009."

Le rapport rappelait qu'"une polémique avait marqué la sélection de la
Turquie comme invitée d’honneur à la Foire en 2008, en raison de la
quantité de livres traitant des théories de complots que notre Centre
avait  identifiés, exposés tant  dans le pavillon officiel que dans
les stands privés des éditeurs."

Samuels a exprimé "la satisfaction de constater que cette année, les
présentations de près de 100 éditeurs participants turcs étaient
dénuées de haine. Selon Metin Celal Zeynioglu, Secrétaire général de
l’association des éditeurs turcs, basée à Istanbul, ‘ ceci est le
résultat des plaintes du Centre Wiesenthal. Celles-ci avaient conduit
à l’intervention allemande avec les autorités turques pour empêcher la
publication en turc des nombreuses versions best-seller de ‘Mein
Kampf’, la municipalité de Munich étant détenteur des droits
d’auteur."

M. Zeynioglu poursuivait, "le Ministère de la culture turc aurait
refusé de délivrer la vignette code barre argentée indispensable pour
l’affichage et la vente des livres."
Apparemment, par extension, ce principe a été appliqué à tous les
livres à portée antisémite, devant être exposés à cette 60ème foire.

Le rapport insistait que, "malheureusement, ce ne fût pas le cas pour
de nouveaux textes exprimant l’hostilité aux juifs, trouvés – comme
les années précédentes – dans les stands des éditeurs égyptiens et –
pour la première fois – dans le pavillon de l’Arabie Saoudite et de la
Jordanie. De surcroît,  les mêmes livres qui suscitaient, déjà, à la
foire de l’année dernière, une culture de la mort, étaient à nouveau
sur les rayonnages de la littérature pour enfants des Territoires
palestiniens et sur deux stands iraniens."

En pièces jointes les photos de :


1. Littérature sur la théorie du complot :
- "Amérique, le Grand Israël: la véritable histoire de la politique
américaine dans le monde arabe - Israël, La Petite Amérique", par
Aboulhay Zalloum, Institut Arabe pour la recherche et l’édition, Amman
[sur le stand  de la Jordanie 5.0.A906]

2. Littérature sur la théorie du complot :
2.1. 2.1. "L'Iran et les Juifs", par Mohamed Taki Boor, traduit du
persan par Ahmad Hussein Bakr, éditeur Maktebat Nafida, Le Caire 2008.
2.2. 2.2. "Les enfants d'Ismaël", par Ahmed Abd Al-Rabieh MOUNIM,
éditeur Dar Machrek, Le Caire 2009.
2.3. "Les Juifs en Irak 1856-1920", par Reda Hamdi Abdelsalam, éditeur
Maktabat Med Bouli, Le Caire 2009.
L'iconographie nazie:
2.4. "Rudolf Hess - Le plus célèbre prisonnier dans le monde", par
Hisham Hodr, éditeur Dar Al Mashrek.
Les quatre livres sont présentés par l'établissement Al Ahram  - Le
Caire [Stand de l’Egypte 5.0.A918].

3. Littérature sur la théorie du complot :
"L'Amérique et l'Irak: Amour éternel  ou divorce définitif" par Noman
Abdel Razak Al-Samani, éditeur Obeikan Publishing, Riyad. [Stand de
l’Arabie Saoudite 5.0.A925]

4. Incitation à une culture de guerre dans la littérature enfantine et
propagande pour la Naqba, l’Intifada et le Jihad (palestinienne):
4.1. "Livre d’histoire de la Palestine pour la jeunesse», par Sonia et
Saed Nimr, éditeur Tamer Institute, à Ramallah.
4.2. "La fenêtre de Rasha", par Abia Tubasi, éditeur Tamer Institute,
à Ramallah. [Stand des territoires palestiniens 5.0.D924]

5. Suscitant une culture de la mort et du martyre dans la littérature
pour enfants (iranien):
5.1. "Babaya Sura", par Ali Kughafi Khansari, Madrese, Téhéran.
5.2. "Cet homme est venu dans la pluie ", par Mohammad Hamzezad, GHOO,
Téhéran.
  [Institut de foires culturelles de l’Iran - IFCI Stand 3.0.K347]

6. Suscitant une culture de la mort et du martyre dans la littérature
pour enfants (iranien):
6.1. "Hassani, Où va-tu?", Par Mohammad Reza Yusefi, éditeur Shabaviz,
Téhéran.
6.2. "Mon chat", par Mahdokht Kashkouli, éditeur Shabaviz, Téhéran.
[Stand de l’Iran, 3.0.J370]

7. L’attention des services de sécurité doit être attirée par le stand
des livres des éditions Galland et du magazine militaire espagnol Ares
Enyalius, de Valladolid  et de Londres, [Stand 5.1. E940].
L’importante mise en valeur dans l’affichage de la bravoure nazie -
peut-être légale en Allemagne - semble agir comme un aimant sur les
visiteurs du genre Skinhead.

Samuels a répété que "les éditeurs égyptiens, palestiniens et iraniens
mentionnés ci-dessus sont des récidivistes annuels. Ils ont ignoré les
avertissements antérieurs mentionnant la violation de leurs
obligations contractuelles envers la Foire du livre de Francfort."

Il a souligné que "permettre que ces livres, année après année, soient
exposés à la vue des 300.000 visiteurs durant les cinq jours de la
Foire - les couvertures de ces  livres sont manifestement évidentes,
même pour des lecteurs non arabe ou persan –véhicule le message que,
la haine du Juif est acceptable en Allemagne et dans le monde."

Le Centre a demandé instamment à la Foire "de confisquer sans délai
ces textes offensants, de dénoncer leur pollution de la Foire et que
pour la 61e Foire, en 2010, les exposants précités soient, sans
ambiguïté, mis à l’index et interdits de participation. Nous vous
demandons également de collaborer avec les autorités allemandes afin
de renouveler l’intervention réussie avec la Turquie, pour obtenir des
résultats similaires avec l'Égypte, l'Arabie saoudite, la Jordanie,
l'autorité palestinienne et l'Iran."

"En conséquence, je souhaite sincèrement que, l’année prochaine, je
serai en mesure de déclarer qu’il n’y a rien à déclarer", concluait
Samuels

Pour de plus amples informations veuillez contacter Shimon Samuels au
+33 609 77 01 58


 

10:09 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.