30/08/2008

complot dejoue

complot dejoue

Un complot visant à tuer des Israéliens est déjoué
Moyen-orient

Tsahal, le Shin Beth et les forces de police ont découvert un complot organisé par une cellule proche du Jihad islamique et visant à tuer des pilotes israéliens, mais aussi des universitaires et des scientifiques.


Selon les services de renseignement, cette cellule serait composée de 3 Palestiniens et de 2 Arabes israéliens originaires de Shfaram. La cellule avait également l'intention de lancer une attaque terroriste contre le checkpoint israélien proche de Beit Zeit, dans les environs de Ramallah, mais aussi de retrouver ceux soupçonnés de collaboration avec Israël. Cependant la préparation de ce complot n'en était qu'aux premières étapes.


Les deux Arabes israéliens, en charge de collecter des fonds et de protéger l'argent destiné à l'achat d'armes, ont tenté de contacter les quartiers généraux du Jihad islamique en Syrie. La cellule, qui possédait des armes, s'est entraînée dans le cadre du plan d'attaque du checkpoint de Beit Zeit.


Arrêtés, Anis Saffouri, Hussam Khalil, Mahmoud Bader, Ibrahim Tamliya et Ibrahim Hamed seront jugés devant la Cour de justice de Haïfa.


Le père d'Anis Saffouri est un des suspects impliqués dans le lynchage du terroriste juif Edan Nathan-Zada à Shfaram. Hussam Khalil, est quant à lui, le fils d'un employé du mouvement laïc Balad. Les responsables de l'enquête se sont dit surpris de voir que Balad est connecté au Jihad islamique, qui est un mouvement fondamentaliste.


Pour le Shin Beth, cette opération révèle en outre la coopération qui s'est établie entre les Arabes israéliens étudiant dans les Territoires et ceux restés vivre en Israël. C'est en effet Anis Shaffouri, parti étudier à Birzeit, qui s'est peu à peu rapproché du Front populaire de libération de la Palestine, et de reporters de la chaîne de télévision du Hezbollah, Al Manar, pour ensuite endoctriner des Arabes israéliens restés en Israël

23:53 Écrit par la vraie sioniste dans islam et autres religions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

obama et les musulmans

Daniel
 Pipes


Liste de diffusion de Daniel Pipes
29 août 2008

 
 Page d'accueil    |    Articles    |    Annulation 

Barack Obama sous des regards musulmans

par Daniel Pipes
FrontPageMagazine.com
25 août 2008
http://fr.danielpipes.org/article/5848

Version originale anglaise: Barack Obama through Muslim Eyes

Comment les Musulmans voient-ils Barack Hussein Obama ? Ils ont trois possibilités : soit le considérer tel qu'il se présente lui-même, comme quelqu'un qui « n'a jamais été un musulman » et a « toujours été un chrétien », soit le considérer comme un Musulman, soit encore voir en lui un apostat de l'Islam.

Les articles disponibles suggèrent que, si les Américains pensent en général que le candidat démocrate n'avait pas de religion avant de se convertir sous l'autorité du révérend Jeremiah Wright à l'âge de 27 ans, les Musulmans du monde entier le voient rarement comme un Chrétien, mais plutôt comme un Musulman ou un ex-Musulman.

Lee Smith du Hudson Institute explique pourquoi : « Le père de Barack Obama était musulman et donc, selon la loi islamique, il en va de même pour le candidat. En dépit des versets du Coran expliquant qu'il n'y a pas de contrainte en religion, un enfant musulman prend la religion de son père… en ces conditions, les Musulmans de la planète, les Musulmans non américains en tous cas, ne peuvent voir en Barack Hussein Obama autre chose qu'un Musulman ». En outre, son dossier scolaire en Indonésie le classifie comme musulman.

Un journal égyptien, Al Masri al Youm, fait référence à ses origines musulmanes. Le dirigeant libyen Mouammar Khaddafi a parlé d'Obama comme d'un « Musulman » et comme d'une personne ayant une «identité africaine et islamique ». Une analyse d'Al Jazeera le décrit comme un «homme non chrétien », une seconde qualifie son père de «Musulman kenyan », et une troisième, venue de Naseem Jamali, note qu'« Obama peut ne pas vouloir être considéré comme un Musulman, mais les Musulmans sont ardemment désireux de le compter comme l'un des leurs».

Une conversation tenue à Beyrouth, et citée dans le Christian Science Monitor rend compte de la perplexité ambiante. « Il ne peut qu'être bon pour les Arabes parce que c'est un musulman » observait un épicier. « Ce n'est pas un musulman, c'est un chrétien » répondait un client. L'épicier répliquait : «Ce ne peut pas être un Chrétien. Son deuxième prénom est Hussein ». Des débats en arabe sur Obama mentionnent parfois son deuxième prénom comme un code, sans qu'il soit besoin de davantage de commentaires.

« La dimension symbolique tenant au fait qu'un candidat majeur à l'élection présidentielle américaine a pour deuxième prénom Hussein, et est allé à l'école primaire en Indonésie », a souligné Tamara Cofman Wittes de la Brookings Institution lors d'une conférence Etats-Unis-monde musulman au Qatar, « est sans aucun doute évocatrice pour les Musulmans à l'étranger ». Thomas L. Friedman, du New York Times souligne que les Egyptiens « ne comprennent pas vraiment l'arbre généalogique de la famille Obama, mais ce qu'ils savent est que si l'Amérique – bien qu'elle ait été attaquée par des militants musulmans le 11 septembre – devait élire Président un type dont le second prénom est Hussein, cela constituerait un changement fondamental dans les relations entre l'Amérique et le monde musulman ».

Certains dirigeants musulmans américains perçoivent eux aussi Obama comme musulman. Le président de la Société Islamique d'Amérique du Nord, Sayyid M. Syeed, a déclaré lors d'une conférence à Houston : «Qu'Obama gagne ou perde, sa candidature renforcera l'idée que des enfants musulmans peuvent devenir présidents de ce pays ». Louis Farrakhan, de The Nation of islam, a qualifié Obama d'« espoir du monde entier », et l'a comparé au fondateur de sa religion, Fard Muhammad.

Mais cette excitation a aussi un côté sombre – des soupçons qu'Obama soit un traître à sa religion de naissance, un apostat (murtadd) de l'Islam. Al Qaïda a souligné qu'Obama avait déclaré : « Je ne suis pas un Musulman », et une analyste, Shireen K. Burki, de l'Université de Mary à Washington, considère qu'Obama est le « candidat rêvé pour ben Laden ». S'il devenait le commandant en chef des Etats-Unis, dit-elle, al Qaïda « exploiterait probablement son passé pour affirmer qu'un apostat dirige la guerre mondiale contre le terrorisme… aux fins de galvaniser les sympathisants et de les pousser à l'action ».

La majorité des Musulmans ont tendance à se montrer très prudents lorsqu'il s'agit de ce sujet. Un partisan égyptien d'Obama, Yasser Khalil, rapporte que de nombreux Musulmans réagissent avec «perplexité et curiosité » lorsqu'Obama se trouve décrit comme un Musulman apostat ; Josie Delap et Robert Lane Greene, de The Economist, affirment même que le thème de l'apostasie d'Obama « a été remarquablement absent » dans les écrits des éditorialistes et commentateurs de la presse en langue arabe.

Cette affirmation est inexacte, car le sujet est largement débattu. Au moins un journal de langue arabe a publié l'article de Shireen Burki. Al Watan du Koweit a fait référence à Obama en le décrivant comme « né musulman, apostat, converti au christianisme ». Dans le journal Arab Times, l'intellectuel de gauche syrien Nidal Na'isa a qualifié de façon répétée Obama d'« apostat de l'islam ».

En somme, des Musulmans s'interrogent sur le statut religieux actuel d'Obama. Ils résistent à sa façon de se décrire lui-même comme un chrétien, et ils supposent qu'un bébé né d'un père musulman et nommé Hussein a commencé sa vie en tant que Musulman. Si Obama devenait Président, les différences entre les visions musulmanes et américaines concernant son affiliation religieuse créeront des problèmes.

Thèmes connexes: Apostasie et libre pensée musulmanes, Islam, Musulmans aux États-Unis, Politique américaine

12:38 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/08/2008

mobilisation pour guilad (campagne)

debut de la mobilisation pour guilad

debut de la mobilisation pour guilad

MOBILISATION POUR GUILAD SHALIT

jeudi 28 août 2008, par LDJ

le dimanche 31 aout marquera le début de la campagne de mobilisation pour Guilat

13:37 Écrit par la vraie sioniste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

chiourim.org

 La newsletter   de                                                        

                  Chiourim.org,

                                        No.43 | Parachat Reeh| 28 Aout 2008

Le Kotel et les lieux saints en direct live!Tous les cours vidéos de vos rabbanims préférésApprendre sa paracha avec l´air désiré

A la Une: Le Classement des cours

                          

Vous cherchez les cours d’un Rav en particulier? Vous êtes au bon endroit

                    

  1 nouveaux cours à télécharger:                            -Audio:"Israël : Terre d’accueil ou Terre Promise ? de Rav Yossef Sitruk
                                                                                        
                             

  Vous aimeriez annoncer sur Chiourim.org? Cliquez Ici!

  Laissez nous vos appréciations sur le Livre d’or

  Un cours de torah à chercher ou à annoncer? Cliquez Ici

 

 

Edito...
Qui n’a jamais rêvé de vouloir monter en Israël?Du moins , ce qui est sur, ce que tous le monde y a déjà pensé .Cette terre est pour le juif comme une terre fertile où une plante d’une certaine espèce pourrait y pousser au mieux.

Rav Yossef Sitruk nous explique cette semaine la nuance qui existe au sujet d’ Israël quant à son rôle: est-elle une Terre d’acceuil ou bien une terre Promise?A première vue, elle est les deux me direz vous.C’est vrai.

Mais si on approfondie, ce n’est pas si simple, car il y a des conditions.Acceuil pour qui? Promise à qui?A Son peuple respectueux des mitsvot, et s’est de cette manière que l’on s’approprie Eretz Israël, en y réalisant la volonté Divine.


Chabbat Chalom ,Y.Abbou

                                     
Cette semaine, tout savoir sur la
parachat Reeh

                                   

        
Le début de ce chapitre explique un phénomène qui ne peut être accepté par les scientifiques ou toute personne considérant la nature comme une puissance soumise à des lois physiques. En effet le premier verset bouleversera nos académies qui enseignent des règles qui font que le système météorologique est indépendant de toute relation métaphysique.

La bénédiction comme la malédiction du produit de la terre obéissent au seul bon vouloir de D. En réalité D. se soumet au bon vouloir de l’homme dès l’instant où il applique les Mitsvot. La bénédiction lui est acquise à profusion. A contrario, D. se doit de sévir par une malédiction lorsque l’homme se détourne des Mitsvot.

Les sages ont voulu par des maximes ou des paraboles expliciter ce phénomène parce qu’il est difficile de le concevoir, par nos sens humains. Nous sommes soumis au gré des savants qui expliquent que la planète a une sorte d’indépendance. Elle se moque de (Lire la suite...)

           Inscrivez tous vos amis à cette newsletter: Cliquez Ici!

     
      


 
 
Webmasters, diffusez le “flash info Chiourim” sur votre site: Cliquez Ici

Le saviez vous?...

Balayer le Chabbate
Question
:
Peut on balayer Chabbate, yom tov? si non pourquoi?
pourquoi ne pouvons nous pas nettoeyer la table le Chabbate?
si non comment nettoyer la table le vendredi soir?et apres le kidouch pour la séouda chélichi

-Rav Aharon Bieler : Si le balai est du genre permis,
- Un Séfarad peut balayer dans tous les endroits ou le sol est recouvert.
- Un Achkénaz ne le pourra que si la majorité des maisons ou des lieux qu’il balaye sont recouverts (ce qui est le cas aujourd’hui dans nos villes), et de préférence si cela a déjà été balayé la veille de Chabbat.

En ce qui concerne le nettoyage d’une table, cela pose un certain nombre de problèmes qu’il serait trop long d’aborder ici (problème d’essorage si l’on utilise de l’eau sur un tissu, de lavage même sans eau, problème de Mouktsé).

Toutefois vous pouvez utiliser sans problème une serviette pour nettoyer la nappe (sans frotter pour enlever une saleté incrustée), ou la débarrasser des vestiges du repas ou des miettes.
Vous pouvez aussi utiliser une nappe jetable en plastique transparent. C’est très pratique et cela résout tous les problèmes.

Kol Touv

Tiré de “Responsa Univers Torah”.

                                  
             
Le kotel en direct de Jérusalem sous 3 vues différentes, cest ici         
                                          
                                                                            
 A quelle heure rentre Chabat à Tokyo? et à New-York?  Plus de questions: Cliquez Ici!

 En application de la loi "informatique et libertés" vous disposez d’un droit de modification ou de suppression des données qui vous concernent Si vous souhaitez vous désabonner , veuillez cliquer ici.                           

                                                    Chabat Chalom

10:28 Écrit par la vraie sioniste dans thora judaisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/08/2008

bravo au mossad

Nouvelle réussite du Mossad !

mercredi 27 août 2008,
Source : lebrogdrzz

2008 aura été une année noire pour le Hezbollah. Près de vingt jours après l'élimination de son contact syrien, cinq mois après l'assassinat de son contact du Hamas et huit mois après la mort de son chef emblématique, l'organisation terroriste chiite a connu aujourd'hui un nouveau revers.

L'un de ses leaders les plus éminents, Haj Jamil Salah, a été assassiné dimanche à Tyr, ville côtière du Liban. Ces disciples ont rapidement parlé de "mort accidentelle", mais tous les lecteurs du blog drzz en connaissent très bien l'origine.

Sans vouloir trop spéculer, on devine que le gouvernement Olmert a demandé au Mossad de mener un nouveau type de guerre secrète contre le Hezbollah, dans la lignée de l'opération "Colère de Dieu" qui étrilla en son temps Septembre Noir. Salah aura été la quatrième cible de renom éliminée cette année par les spéciaux israéliens. Le Kidon, l'unité d'assassinat des services secrets israéliens (48 hommes et femmes répartis en 12 commandos) est visiblement très bien implanté en Syrie et au Liban. Jamais, de mémoire, les gâchettes israéliennes n'ont fait un tel carton depuis vingt ans.

Bravo au Mossad pour cette splendide réussite !

11:54 Écrit par la vraie sioniste dans infos et music israel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/08/2008

le hezbollah continue

le hezbollah

le hezbollah
Revue de presse

Des missiles du Hezbollah et du Hamas passent par les tunnels
26/08/08


- - Thème: Proche-Orient

D'après un reportage de la première chaîne de télévision israélienne, le Hezbollah fait passer ses armes grâce à des tunnels dans le Sud Liban. La Finul confie à l'armée libanaise le soin de contrôler les villages. Seulement, l'armée libanaise prévient le Hezbollah et leur indique qu'elle visitera les lieux. Les soldats sont alors guidés vers les seules maisons où des soutes souterraines n'ont pas encore été construites. Pour l'ambassadeur israélien (sortant) des Nations Unies, Danny Gillerman, « la FINUL devrait être plus active, plus agressive et aller au contact du Hezbollah dans la détection et l'identification des armes. Elle devrait s'infiltrer directement sans compter sur l'aide de l'armée libanaise qui agit souvent en complicité avec le Hezbollah. »
Ce qui inquiètent les Israéliens c'est que ce cas de figure se reproduit dans la bande de Gaza. En effet, beaucoup d'habitants sont séduits par la chance de faire quelques dollars en permettant aux terroristes de creuser un tunnel sous leurs maisons.

Hamas et Hezbollah: Même cause, même combat (Infolive.TV)

15:44 Écrit par la vraie sioniste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

LES JUIFS DE GRECE PROTESTENT

les juifs de grece protestent

Les juifs de Grèce protestent contre une vidéo antisémite sur internet

mardi 26 août 2008 LDJ
source : lemonde.fr

La communauté juive de Grèce a annoncé mardi avoir protesté auprès des autorités après la diffusion sur internet d'une vidéo montrant la profanation d'un mémorial de la Shoah à Rhodes (sud-est de la mer Egée) sur fond de chant antisémite, revendiquée par un groupe de lycéens local.

"Nous avons saisi vendredi le ministre de l'Intérieur et lundi le ministre de l'Education, mais pour le moment ni l'un ni l'autre ne nous ont répondu ni n'ont procédé à des condamnations", a déploré auprès de l'AFP le président du Conseil central juif de Grèce (Kis), Moisis Constantinis.

Les images, diffusées depuis vendredi sur le site YouTube, montrent un adolescent urinant sur le mémorial de la Shoah de l'île de Rhodes sur fond de morceau rock aux paroles violemment antisémites.

La vidéo émane au départ d'un site intitulé "Vénétokleios", du nom d'un lycée de Rhodes dont les auteurs affirment, sous une photo d'Hitler, être un "groupe secret n'aimant pas du tout les juifs".

"Nous sommes déçus par l'absence de réactions" des autorités, a commenté le président du Kis, indiquant qu'il allait déposer dans la journée un signalement au parquet de Rhodes pour l'ouverture de poursuites contre les auteurs de la vidéo. Le Kis a aussi réclamé une protection policière des monuments et bâtiments juifs de l'île.

Le directeur du lycée, Iannis Papadomarkakis, a indiqué à l'AFP avoir prévenu la police dans la matinée, après la révélation de l'affaire la veille par une télé grecque, mais jugé "très improbable" l'implication d'élèves de son établissement dans l'affaire.

Longtemps florissante, la communauté juive de Rhodes comptait avant la seconde guerre mondiale 1.800 membres, dont seuls 150 survécurent à l'extermination dans les camps nazis.

Au total, 86% de la communauté juive de Grèce a été assassinée par les nazis, mais cette extermination reste largement un tabou historique dans le pays, à peine évoqué dans les livres de classe
.

14:31 Écrit par la vraie sioniste dans antisemitisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

tous ensemble pour guilad

pour soutenir guilad

pour soutenir guilad
SOUTIEN FRANCAIS A GUILAD SHALIT organise un voyage à Londres pour une Marche pour Guilad avec nos amis anglais.
Sa famille sera présente..
Cette marche sera suivie d'un concert pour Guilad en après-midi.

Aller-retour dimanche 21 septembre dans la journée au départ de Paris

Nous comptons sur votre présence, c'est l'occasion de passer à l'acte comme vous le souhaitez.

Vous êtes interessés ? ecrivez au SOUTIEN FRANCAIS A GUILAD SHALIT au : sfaguiladshalit@yahoo.fr ( laissez vos coordonnées)

Nous communiquerons plus de détails en début de semaine et la participation à ce voyage.

REJOIGNEZ NOUS
Victor Temim
President du SOUTIEN FRANCAIS A GUILAD SHALIT

13:31 Écrit par la vraie sioniste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/08/2008

lettre du crif

http://newsletter.crif.org/click.php?u=29303&e=429&am...

 25 août 2008  

Ne pas répondre à cet email. Pour tout contact avec le CRIF, veuillez écrire à l'adresse infocrif@crif.org 

 Le Crif en action
Hubert Allouche offre un talith au dalaï-lama - 25/08/08
[lire la suite] 
 

 Revue de presse
Le CRCM Paca dénonce l’agression antisémite à Marseille - 25/08/08
Ayant appris l'agression perpétrée par deux individus le 19 août 2008 à Marseille contre un commerçant de confession juive, le Conseil Régional du Culte Musulman de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, dans un message adressé au CRIF, dénonce cet acte de la manière la plus ferme et exprime toute sa solidarité envers la victime.
 
 
Le Hezbollah menace de «détruire» l'Etat d'Israël si le Liban est attaqué - 25/08/08
[lire la suite] 
 
Israël libère 199 prisonniers palestiniens - 25/08/08
[lire la suite] 
 
Quand les Palestiniens rient du sort de Gilad Shalit - 25/08/08
[lire la suite] 
 
Une famille demande réparation à la suite d’une spoliation - 25/08/08
[lire la suite] 
 
Des croix gammées sur le mémorial de l'Holocauste à Berlin - 25/08/08
[lire la suite] 
 

 Chroniques iraniennes
Une seconde centrale nucléaire pour l’Iran - 25/08/08
[lire la suite] 
 
Iran : Recherche devises désespérément ! - 25/08/08
[lire la suite] 
 

 Manifestations
Mission de solidarité en Israël en novembre 2008 - 25/08/08
L’AUJF, le CRIF et la FSJU organisent une mission de solidarité en Israël du 2 au 9 novembre 2008.
Pré-inscription au 01 42 17 11 96
 
 

 Information
Appel à la libération de Gilad Shalit - 25/08/08
Guilad Shalit: enlevé le 25 juin 2006 par des groupes armés palestiniens est détenu dans la bande de Gaza, territoire entièrement contrôlé par le Hamas.

Il n'a pas été libéré à ce jour et aucune organisation humanitaire n'a pu s'assurer de sa santé ni de ses conditions de détention, en violation des règles internationales applicables.
 
 

19:17 Écrit par la vraie sioniste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

quand les palos rient de guilad

Quand les Palestiniens rient du sort de Gilad Shalit
25/08/08
 imprimer cet articleenvoyer à un ami 
- - Thème: Proche-Orient

 

 

 

Noam Shalit, le père de Gilad enlevé par les terroristes du Hamas en juin 2006, s’est rendu à l’Elysée où il a rencontré Jean-David Levitte, le conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy. C'est pour « faire le point » et « demander aux autorités françaises ce qu'elles ont fait pour son fils » que Noam Shalit se rend en France, affirme Me Stéphane Zerbib, qui représente les intérêts de Gilad Shalit en compagnie de Me Emmanuel Altit.
De son côté, le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, se rendra mardi 26 août en Egypte pour s'entretenir avec des dirigeants égyptiens, a rapporté le Jerusalem Post. Les discussions tourneront entre autres sur la libération de Gilad Shalit. « Je ne sais pas combien de temps cette accalmie durera encore, mais le calme règne dans la bande de Gaza depuis six semaines », a indiqué Ehud Barak. « Nous devons profiter de chaque jour de calme pour avancer sur le dossier Shalit. »
Par ailleurs, Gilad Shalit est devenu le sujet principal des blagues des Palestiniens. Plusieurs clips vidéo et E-mails font le tour de la bande de Gaza, déclenchant les rires. Un des clips, que des milliers d'habitants de Gaza ont téléchargé sur leur téléphone, montre une simulation d'un appel téléphonique de la mère de Gilad Shalit à son fils.
 

18:59 Écrit par la vraie sioniste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

videos

 


18:33 Écrit par la vraie sioniste dans VIDEO DIVERSES | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

LES FRERES MUSULMANS

freres musulmans

Frères Musulmans

Nom anglais:


Muslim Brotherhood

Nom original:


al-Ikhouan al-Moslemoun

Pays:


Egypte

(Egypte) (al-Ikhouan ul-Muslimine) Organisation islamiste radicale, créée en 1928 par Abd el-Rahman el-Banna, un instituteur égyptien.
Dès 1935,
PARTICIPATION AVEC LES NAZIS
les Frères Musulmans entretiennent des contacts avec Hadj Amine Al-Husseini, Mufti de Jérusalem, et participent à l'insurrection palestinienne de 1936. En 1945, une branche palestinienne du mouvement est créée à Jérusalem, par Saïd Ramadan. Le mouvement connaît un succès rapide et de nombreux de ses membres participeront à la guerre de 1948.


Rendu responsable de l'assassinat du premier ministre égyptien en 1948, el-Banna est assassiné, probablement par des agents du gouvernement. L'organisation est déclarée hors-la-loi en 1957 par Nasser, qui craignait un attentat contre sa personne. Près de 20 000 Frères sont alors incarcérés et Yasser Arafat, membre de l'organisation, se réfugie au Koweït.

Anouar el-Sadate et Hosni Moubarak tolèrent la présence des Frères Musulmans, qu'ils utilisent comme contrepoids à l'extrémisme de gauche.

L'objectif des Frères Musulmans est la consolidation de la présence islamique dans les pays musulmans. Ainsi, ils s'affrontent souvent violemment avec les gouvernements des pays laïcs où ils opèrent, comme l'Egypte, la Libye, la Syrie, la Tunisie.

En Syrie, en février 1982, Hafez el-Assad élimine le bras armé des Frères Musulmans, l'al-Talia al-Mukatila (Avant-garde Combattante), dont les survivants se dispersent en Jordanie, au Koweït, en Arabie Saoudite, et en Afghanistan.

En Egypte, dès le début des années 80, les Frères Musulmans se dotent d'un bras armé clandestin: le Djihad qui infiltre progressivement toutes les institutions égyptiennes. L'officier Abboud el-Zommor, qui a préparé l'attentat contre Sadate faisait partie du Djihad. Le Djihad a également des contacts étroits avec le Gama'a al-Islamiya (Groupe Islamique), responsable d'attentats contre des touristes occidentaux en 1992-93.

En Israël, dans les territoires administres, la Branche Palestinienne des Frères Musulmans a engendre l'Al-Moujamma al-Islami qui donnera naissance au Hamas. Bien qu'adhérant à l'objectif final de libérer la Palestine de l'occupation israélienne, la Société des Frères Musulmans s'attache en priorité à la consolidation de l'islam. Elle se consacre aux œuvres sociales et à la construction de mosquées, dont le nombre double en Cisjordanie et triple dans la bande de Gaza entre 1967 et 1987. Ses sources de financement proviennent en grande partie de l'Arabie Saoudite.

16:24 Écrit par la vraie sioniste dans histoire de l'islam | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

wafa sultan et l'islam


14:19 Écrit par la vraie sioniste dans VIDEO DIVERSES | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

MARTIN LUTHER KING ANTISIONISME ET ANTISEMITISME

Martin Luther King : Lettre à un ami anti-sioniste

Une lettre de 1967 qui résonne encore de son écho

vendredi 20 mai 2005.

En Août 1967, le Pasteur américain Martin Luther King, le chantre du pacifisme et de la non violence, combattant la ségrégation touchant les populations noires américaines, qui avait obtenu le Prix Nobel de la Paix en 1964, écrivait ce texte remarquable. Lors de la fumeuse Conférence de l'ONU sur le Racisme qui s'est tenu à Durban en Afrique du Sud, et face au déchainement antisémite des délégations de nombreux pays principalement venus du monde arabo-musulman, face aux innombrables difficultés que rencontrèrent la délégation israélienne et les organisations non gouvernementales juives, pour s'exprimer, pour se protéger, pour se faire comprendre et seulement pour être écoutées, durent se retirer de cette Conférence damnée, avec la délégation venant des Etats-Unis.

Les membres de ces délégations et organisations juives ne trouvèrent qu'une seule réponse, à l'instant "T" de cet événement qui marque aujourd'hui l'histoire de l'antisémitisme : Inscrire sur des tee-shirts ces mots :
"Antisionisme signifie antisémite". M. Luther King

Expression qui renvoyait à une lettre que M.L.King avait écrite à un ami en 1967.
MARTIN LUTHER KING : Lettre à un ami anti-sioniste

Extrait de "Letter to an Anti-Zionist Friend", de Martin Luther King. [1]

Tiré de la Lettre de L.D.J (05/2005).

"(...) Tu déclares, mon ami, que tu ne hais pas les Juifs, que tu es seulement anti-sioniste. A cela je dis que la vérité sonne du sommet de la haute montagne, que ses échos résonnent dans les vallées vertes de la terre de Dieu : quand des gens critiquent le sionisme, ils pensent Juifs, et ceci est la vérité même de Dieu. L'antisémitisme, la haine envers le peuple juif, a été et reste une tache sur l'âme de l'humanité. Nous sommes pleinement d'accord sur ce point. Alors, sache aussi cela : antisionisme signifie de manière inhérente antisémite, et il en sera toujours ainsi.

Pourquoi en est-il ainsi ? Tu sais que le sionisme que le sionisme n'est rien moins que le rêve et l'idéal du peuple Juif de retourner vivre sur sa propre terre. Le peuple Juif, nous disent les Ecritures, vécut en union florissante sur la Terre sainte, sa patrie. Ils en furent expulsés par le tyran de Rome, les mêmes Romains qui assassinèrent si cruellement Notre Seigneur. Chassé de sa patrie, sa nation en cendres, le peuple Juif fut forcé d'errer sur le globe. Encore et encore, le peuple Juif souffrit aux mains de chaque tyran qui vint à régner sur lui. Le Peuple Noir sait, mon ami, ce que signifie souffrir les tourments de la tyrannie, sous un joug que l'on n'a pas choisi. Nos frères en Afrique ont supplié, plaidé, demandé, exigé la reconnaissance et la réalisation de leur droit naturel à vivre en paix sous leur propre souveraineté, dans leur propre pays. Pour quiconque chérit ce droit inaliénable de toute l'humanité, il devrait être si facile de comprendre, de soutenir le droit du peuple Juif à vivre sur l'antique terre d'Israël. Tous les hommes de bonne volonté se réjouiront de la réalisation de la promesse de Dieu, que son peuple retourne dans la joie sur la terre qui lui a été volée. C'est cela le sionisme, rien de plus, rien de moins.

Et qu'est l'anti-sionisme ? C'est le déni au peuple Juif d'un droit fondamental que nous réclamons à juste titre pour le peuple d'Afrique et accordons librement à toutes les nations de la terre. C'est de la discrimination envers les Juifs, mon ami, parce qu'ils sont Juifs. En un mot, c'est de l'antisémitisme. L'antisémite se réjouit de chaque occasion qui lui est donnée d'exprimer sa malveillance. L'époque a rendu impopulaire, à l'Ouest, de proclamer ouvertement sa haine des Juifs. Ceci étant le cas, l'antisémite doit à chaque fois inventer de nouvelles formes et de nouveaux forums pour son poison. Combien il doit se réjouir de la nouvelle mascarade ! Il ne hait pas les Juifs, il est seulement antisioniste. Mon ami, je ne t'accuse pas d'antisémitisme délibéré. Je sais que tu ressens, comme je le fais, un profond amour pour la vérité et la justice, et une révulsion envers le racisme, les préjugés, la discrimination. Mais je sais qu'on t'a trompé, comme d'autres l'ont été, en te faisant croire que tu pouvais être antisioniste tout en restant fidèle aux principes que nous partageons, toi et moi, du fond du coeur. Que mes paroles sonnent dans les profondeurs de ton âme : quand les gens critiquent le sionisme, ne te trompe pas, ils pensent les Juifs."

Martin Luther King

[1] Saturday Review - XLVII (août 1967), p. 76 Rééd. In M.L.King Jr, This I believe : selections from the Writings of Dr. Martin Luther King Jr.

13:37 Écrit par la vraie sioniste dans antisemitisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

loi raciste en egypte

LOI RACISTE

lundi 25 août 2008, par  ldj

Egypte Interdiction des dons d’organes entre musulmans et chrétiens . D’après vous le MRAP ou la LDH vont-ils protesté ou manifesté ?

Source : le site echos-vox


Le Syndicat des médecins égyptiens vient d’interdire les dons et les transplantations d’organes entre personnes de nationalité et de religion différentes. En somme, il n’est pas possible pour un Copte de donner ses organes à un musulman et vice versa. Ces pratiques sont désormais limitées aux membres d’une même famille jusqu’au quatrième degré.

Le président du Syndicat des médecins égyptiens, Hamdy El Sayed, soutient mordicus qu’« il ne s’agit pas de promouvoir les différences entre les religions, mais de limiter le commerce d’organes » qui sévit depuis des années dans le pays.

Les Coptes et autres défenseurs des droits de l’homme n’y croient pas. « C’est une loi raciste qui encourage la discrimination et qui opère une distinction entre les donateurs chrétiens et musulmans, réduisant les chances pour les patients d’obtenir leur transplantation d’organe », a déclaré Naguib Gabriel, directeur de l’Union égyptienne des droits de l’homme au Daily News Egypt.

12:24 Écrit par la vraie sioniste dans islam et autres religions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

chasse aux neonazis

Vague d’arrestations chez les néo-nazis

dimanche 24 août 2008, par LDJ

source : l’Aisne Nouvelle

Week end dernier, c’est la fête au village, à Mont-d’Origny, près de Saint-Quentin dans l’Aisne.

Dans la nuit du samedi au dimanche, un bal disco est organisé en marge de la fête foraine.

Vers deux heures du matin, plusieurs jeunes, originaires de villages voisins, font irruption à proximité des manèges, ivres à priori.

Que se passe-t-il alors ?

Selon les premiers éléments recueillis, il semble en fait que la bande de jeunes, aux crânes rasés soit arrivée en criant notamment "Sieg Hell" et en vantant la supériorité de la "race aryenne". Selon le journal l’Aisne Nouvelle, "après avoir entendu qu’un des hommes présents à proximité se prénommait Abraham, un prénom à consonance juive, ils se sont rué sur lui et lui ont porté plusieurs coups. Son beau-frère a également été légèrement blessé" ; une agression qui aurait duré près d’une demi-heure est-t-il précisé.

Cinq garçons ont été placés en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Ribemont, chargée de l’enquête.

Mercredi, des perquisitions, fructueuses, ont été effectuées. Toutefois, ni la hiérarchie de la gendarmerie, ni le parquet de Saint-Quentin, n’ont encore souhaité s’exprimer sur la délicate enquête que mènent actuellement les enquêteurs de la compagnie de Saint-Quentin, non seulement parce qu’elle est toujours en cours, mais aussi, comme le souligne le journal, "parce qu’elle concerne un "milieu" relativement mal connu : le mouvement néo-nazi"

Cinq garçons proches de la mouvance néo-nazie étaient en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie, hier, après une agression à la fête foraine de Mont-d’Origny, samedi soir. Originaires de villages voisins, ils avaient frappé deux hommes en criant gloire à Hitler. Des perquisitions, fructueuses, ont été effectuées hier (mercredi 20 août).

« Rien à déclarer ». La rengaine est la même auprès de la hiérarchie de la gendarmerie et du parquet de Saint-Quentin. Ni les militaires ni les magistrats ne souhaitent s’étaler, pour l’heure, sur la délicate enquête que mènent actuellement les enquêteurs de la compagnie de Saint-Quentin. Parce qu’elle est toujours en cours mais aussi parce qu’elle concerne un « milieu » relativement mal connu : le mouvement néo-nazi. L’affaire commence dans la nuit de samedi à dimanche à Mont-d’Origny. Un bal disco est organisé au village en marge de la fête foraine annuelle. Vers 2 h du matin, alors que les festivités s’étaient jusqu’alors relativement bien déroulées, plusieurs jeunes - moins d’une dizaine - font irruption à proximité des manèges.

Les témoignages sur ce point divergent. « Ils étaient armés de barres de fer », croit savoir un témoin. « Ils se sont battus avec les forains », ajoute un autre. « Ils s’en sont pris à un handicapé », a-t-on également pu entendre. Selon les premiers éléments recueillis, il semble en fait que la bande de jeunes aux crânes rasés, ivres, soit arrivée en criant notamment « Sieg Heil » et en vantant la supériorité de « la race aryenne ». Après avoir entendu qu’un des hommes présents à proximité se prénommait Abraham, un prénom à consonance juive, ils se sont rué sur lui et lui ont porté plusieurs coups. Son beau-frère a également été légèrement blessé. L’agression aurait duré près d’une demi-heure. Le lendemain, les gendarmes de Ribemont ont commencé leur enquête. Délicate.

Livres et photos néo-nazis saisis

Témoins peu prolixes, faits ayant eu lieu de nuit, multitudes de versions ont compliqué les investigations. Mais, hier, les militaires sont passés à l’action en toute discrétion. Ils ont, en effet, mené cinq perquisitions, dont une à Saint-Quentin, et ramené dans leurs filets cinq suspects. Tous appartiendraient à une mouvance néo-nazie assez peu organisée. « Le mouvement regroupe 15 ou 20 personnes dans l’Aisne. Le phénomène est assez marginal mais nous les surveillons de près. Chaque année, des associations douteuses sont dissoutes », confient les autorités. Selon nos informations, le coup de filet mené par les gendarmes hier matin a également permis de découvrir quelques livres traitant de l’idéologie hitlérienne, des photos et divers objets. Les cinq interpellés ont été placés en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie. Ils devraient être présentés au parquet aujourd’hui et poursuivis pour violence avec arme, en réunion et à caractère raciste.

UNE MOUVANCE SURVEILLEE DE PRES

Il est forcément difficile de connaître avec précision l’activité réelle et l’influence des groupuscules néo-nazis. Les actes antisémites revendiquant la filiation hitlérienne sont souvent marquants, toujours nauséabonds mais restent globalement isolés, au moins dans l’Aisne Les services de renseignements du département n’ont pas constaté d’augmentation sensible d’une violence d’extrême droite dans le secteur même si les actes tels que celui observé à Mont-d’Origny sont étudiés à la loupe. Déjà en avril 2006, la profanation du cimetière de Fonsommes, où l’on avait retrouvé des croix gammées inscrites sur les tombes, avait marqué les esprits. Deux jeunes d’une vingtaine d’années avaient été interpellés et condamnés à des travaux d’intérêt général. L’année dernière, toujours en avril, des tags nazis avaient aussi été retrouvés à Ognes, près de Chauny. Ces jeunes sont, heureusement, souvent peu organisés et très surveillés, d’où la rapidité des interpellations d’hier. Reste que la mouvance néo-nazie trouve des résonances sur le web où le contrôle s’avère plus difficile.

Olivier DE SAINT RIQUIER

11:29 Écrit par la vraie sioniste dans antisemitisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

la shoha enseignee au japon

10:35 Écrit par la vraie sioniste dans VIDEO DIVERSES | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/08/2008

petition pour guilad

petition pour liberer guilad

petition pour liberer guilad
« L'ASSOCIATION GUILAD SHALIT »

APPEL A LA LIBERATION DE GUILAD SHALIT !

Paris, le 18 août 2008

Y a-t-il pire douleur que de voir son enfant, celui qu'on a porté dans sa chair, arraché ? y - a-t-il pire douleur que de ne pas savoir où il se trouve, dans quelle condition il est détenu, s'il est toujours vivant ?

Le citoyen GUILAD SHALIT, franco-israélien, pourrait être votre fils, votre frère, il n'a que 20 ans, le plus bel âge dit-on.

La libération d'Ingrid BETANCOURT nous a montré que notre solidarité, que nos paroles pouvaient changer le cours des choses, alors faites entendre votre voix et rejoignez-nous pour soutenir partout dans le Monde l'ASSOCIATION GUILAD SHALIT.

Le 25 juin 2006, le HAMAS capturait plusieurs soldats israéliens. Certains sont morts. Le soldat franco- israélien GUILAD SHALIT, est toujours pris en otage dans la bande de Gaza.

Ainsi, l'ASSOCIATION GUILAD SHALIT réclame avec force la libération de Monsieur Guilad SHALIT.

Monsieur NOAM SHALIT, son père est devenu un « globe trotter » décidé à se battre pour retrouver son fils sain et sauf malgré les difficultés. Nous nous joignons à son combat. Nous sommes à ses cotés.

L'ASSOCIATION GUILAD SHALIT est née d'un constat simple : nous refusons la solitude de cette victime, cette atteinte insoutenable aux Droits de l'Homme.

L'ASSOCIATION GUILAD SHALIT est un vecteur de ralliement international, un organe capable de se mobiliser partout dans le monde où la Liberté est en jeu.

Nous lançons un APPEL mondial à la LIBERATION DE GUILAD SHALIT qui je l'espère sera relayée dans le Monde entier.

En France, en Europe, au Moyen Orient, en Amérique du Nord et du Sud, nos « présidents » de l'ASSOCIATION GUILAD SHALIT incarnent un mouvement de solidarité, une relève et démontrent que l'Union fait la force.


Monsieur Axel METZKER Madame Valérie SABBAG- BENHAMOU
Président de l'association Guilad Shalit Porte- Parole de l'association Guilad Shalit
Siège social de l'Association : France : Mobile : 06 15 02 19 12 (Nice)
8 rue de Monceau, 75008 Paris, France lvs-consulting@hotmail.fr
Téléphone : 01 42 25 58 37
Fax : 01 42 25 58 91
Mobile : 06 33 13 56 58
axelmetzker@hotmail.com

Pour nous rejoindre : http://www.new.facebook.com/group.php?gid=21345459182

19:48 Écrit par la vraie sioniste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

anniversaire de guilad

pour guilad (anniversaire le 28 aout)

pour guilad (anniversaire le 28 aout)
Pour ton Anniversaire...



Gai, souriant, timide quelque peu



Un jeune heureux de vivre. Oui, j'ai bien dit : heureux!



Il ne passe de jours que nous n'pensions à toi



Les actions, réactions concrétisent notre foi



Allant toujours plus loin jusqu'à voir mille lumières



De tes yeux enfin libres pour ton anniversaire !

--------------------

10:37 Écrit par la vraie sioniste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/08/2008

transfert

viste du temple de jerusalem

viste du temple de jerusalem
Visitons ensemble le Beth Hamikdach, Temple de Jérusalem, tel que nos Sages l'ont décrit. La vue d'ensemble montre le Temple, sis sur la Montagne du Temple, le Mont Moriah, vu du flanc sud. C'est ici que Adam, Noé, Avraham, Isaac et Jacob, firent leurs sacrifices et leurs prières à D.ieu. C'est cette colline que le Roi David acquit pour y établir la Maison de D.ieu que son fils Salomon construisit en 2928 de la Création du monde (-832).

Attention, notre visite est à haut risque. La sainteté du lieu exige en effet certaines précautions, que nous vous rappellerons au fur et à mesure de notre progression.
Dans tous les cas, vous êtes venus ici pour les besoins du Culte, et surtout pas en visiteur. Apportez au minimum une offrande volontaire à D.ieu.

Ainsi, les hommes et femmes atteints d'écoulement, les femmes récemment accouchées n'ont pas le droit de nous accompagner sur le Mont du Temple. Avant de pénétrer, prenons le temps d'admirer cette cette vaste esplanade de 500 coudées sur 500 coudées (ce sont les dimensions du Mont du Temple à l'époque du Second Temple). On y accède par une de ses cinq portes: en général une des deux portes du versant sud, dites Portes de 'Houlda du nom de la Prophétesse qui y siégeait jadis à l'époque des Juges. A l'ouest une porte unique la Porte de Kiponos, rarement utilisée, qui se trouve juste derrière le Saint des Saints. Au nord, une porte discrète la Porte de Tedi est réservée aux Prêtres devenus impurs qui quittent le Temple par une porte dérobée. A l'est enfin, la Port de Suze (Chouchan) qu'utilisent les Prêtres se rendant sur le Mont des Oliviers pour le sacrifice de la Vache Rousse. Sur le linteau de la porte une gravure représentant la Ville de Suze, sur la demande des Rois de Perse qui permirent la reconstruction de la Muraille mais demandèrent d'y faire figurer la souveraineté de leur capitale.
L'offrande de la Vache Rousse était un évènement rare: il y en eu 9 depuis la première offerte par Moïse, et la dixième sera offerte prochainenement par Machia'h. Pour se rendre sur le Mont des Oliviers, on construisait une passerelle surplombant la vallée, qui évitait aux Prêtres de se rendre impur au contact éventuel d'une impureté présente sur ou dans le sol. (L'usage unique de prescription divine!!)
Un petit muret ceinture le Temple, en forme de gradin. Grimpons la douzaine de marches qui entourent l'enceinte. N'approchent de ces gradins ni les Gentils ni les Israélites rendus impurs par le contact d'un mort.
Si vous vous êtes purifiés par aspersion de l'eau lustrale et immersion dans l'eau de source après un tel contact, et que vous vous êtes acquittés du sacrifice accompagnant cette purification, entrons ensemble dans l'enceinte du Temple par son accès Est, c'est à dire sur la droite de notre dessin.
Nous voici dans une grande cour carrée de 135 coudées (80 mètres) de côté, la Cour des Femmes.
Une représentation au sol vous situe les divers éléments qui la composent.
Aux quatre coins, quatre bâtisses: à votre droite l'Atelier du Bois, où les prêtres inaptes au Culte préparent le bois destiné à l'Autel, et à votre gauche, la Chambre des Nazirs. C'est ici que celui qui a fait un voeu d'abstinence (ne pas boire de vin, ne pas se rendre impur, ne pas se tondre la chevelure) se rend à l'expiration du délai d'abstinence pour se conformer au rituel sacrifice.
Plus en avant, à notre droite, c'est à dire au Nord, la loge des Metsoraïm, où les personnes atteintes de taches cutanées impures se préparent à leur purification, et à notre gauche la Loge de la Maison de l'huile, où sont entreposés vins et huiles nécessaires au Culte.
Avez vous remarqué cette tribune surélevée qui fait le tour de la Cour? C'est d'ici que les femmes assistent au Culte, les hommes étant en bas afin qu'ils ne soient pas mélangés les jours de grande affluence.
Avant de franchir le perron, remarquez de part et d'autre des marches deux portillons qui mènent aux remises des instruments de musique. C'est dans ces loges souterraines que les Lévites déposent leurs instruments de musique lorsque leur journée se termine.

Regardez passer ce Cohen. Il porte l'habit sacerdotal d'un simple prêtre, tout de lin blanc. Le caleçon, la longue tunique, une longue ceinture entourée sur ses reins et un turban. Il est pieds nus, et ne porte aucun vêtement de plus que les quatre vêtements prescrits par la Torah.
Seul le Grand Prêtre se distingue, par quatre vêtements supplémentaires qu'il porte en permanence lorsqu'il officie tous les jours: Par dessus caleçon et tunique, sa longue ceinture faite d'un tissage de près de 32 coudées de long, il porte une robe bleue, sur laquelle est posé un gilet particulier le Ephod, lui-même porteur de la plaque pectorale le 'Hochen. Le gilet est agrafé sur des épaulettes qui portent deux pierres précieuses sur lesquelles sont gravés les noms des 12 tribus, et bouclé par des lanières sur les côtés.
La plaque pectorale d'un tissage épais porte 12 pierres précieuses de couleur différentes. La Torah rapporte que le scintillement de ces pierres était interrogé par les Grands d'Israël en difficulté et apportait la réponse de D.ieu à leurs questions. Ce recours aux "Ourim et Toumim" n'existait plus dans le Second Temple car le 'Hochen de Moïse avait disparu. Le Cohen Gadol en portait une copie, sans disposer du recours à l'Esprit Saint qui se manifestait dans le 'Hochen de Moché.
Sur le front du Cohen Gadol, vous voyez aussi le Tsits, tiare en or, sur laquelle est gravée la phrase "Sanctifié pour D.ieu". Le nom de D.ieu y est ici gravé avec ses soixante dix lettres.
Le jour de Kippour, certains phases du Culte étaient pratiquées par le Grand Prêtre muni de ses huit vêtements, et d'autres avec les seuls quatre habits de lin. A chaque change, le Grand Prêtre s'immergeait dans la Chambre du Bain située au dessus de la Loge de Parva que nous verrons tout à l'heure, puis se lavait les mains au Kiyor, bassin d'ablutions que nous verrons aussi.

Franchissez les quinze marches du perron. Vous êtes devant la Porte de Nicanor (A), et ses deux vantaux d'un cuivre semblable à de l'or, et dont l'histoire vaut le détour.
Vous pénétrez dans une nouvelle cour de 187 coudées sur 135 coudées (112 mètres sur 80), dont la première partie, est appelée Cour des Israélites et le fond la Cour des Prêtres.
Face à vous le Heikhal proprement dit, c'est à dire le corps du Temple, auquel on accède par un large perron, en partie masqué par l'Autel. Nous y reviendrons dans quelques instants.
De part et d'autre de la Porte de Nicanor, la Loge de Pinhas l'Habilleur à droite, et à gauche Loge de ceux qui préparent les galettes qu'offre le Grand prêtre lorsqu'il commence le Culte.
Tout à votre droite, trois modestes loges: la Loge de Golah (B), où se trouve un puits qui approvisionne les Cours en eau pour les besoins du Culte, la Loge en Bois qui est la loge du Grand Prêtre, dite Loge des Parhédrin, et enfin une antichambre menant à la Loge des Pierres de taille, où siège le Grand Sanhédrin. Une partie en est sacrée, et l'autre partie profane, ouverte vers l'extérieur.
A la gauche de la Porte de Nicanor, vers le sud, la Loge du Sel, où l'on entrepose le sel nécessaire aux offrandes, la Loge de Parva, où l'on sale les peaux des sacrifices. C'est sur son toit que se trouve la Chambre du bain rituel utilisé par le Grand Prêtre le jour de Kippour. Enfin la Loge de rinçage, où l'on rince les entrailles des holocaustes et de laquelle on accède par une rampe circulaire à l'étage supérieur de la Loge de Parva (G).
Continuons à longer le mur Nord de la cour. Nous avons monté un gradin d'une coudée, puis trois gradins d'une demi coudée sur lesquels se tiennent les choeurs de lévites et leurs musiciens, et nous sommes dans la Cour des Prêtres. Ne pénétrez dans la que si vous êtes venus pour apporter certaines offrandes, bien précises.
Nous sommes alors dans l'espace (C) dit "le Nord". Au sol, des anneaux sont là pour immobiliser les animaux avant leur Che'hitah, des crochets pour suspendre les animaux le temps de les dépecer, à coté de huit tables de marbre où seront découpées les offrandes.
A notre droite, un grand pavillon, la Maison du Feu (D), reconnaissable au dôme qui la coiffe. Seuls les Prêtres s'y trouvent pour s'y réchauffer, car ils marchent pieds nus sur des dalles de marbre depuis ce matin. A la droite, au Sud-Est la loge des Boulangers où l'on prépare les douze Pains de Proposition. A la gauche, la Loge des Béliers où l'on prépare les béliers apprêtés au sacrifice. Ces deux loges sont situées dans la partie sacrée, séparées du fond du pavillon par une petite saillie du mur.
Au fond, à notre droite (Nord Est) la Loge des Sceaux, où sont confectionnés les jetons avec lesquels les pèlerins achètent les animaux des offrandes. C'est ici que les Hasmonéens ont enfoui les pierres de l'Autel souillées par les envahisseurs grecs.
Face à nous une sortie vers l'extérieur, utilisée par les prêtres devenus impurs durant leur service pour gagner la Porte de Tedi, et à notre gauche la Chambre du Feu proprement dite, d'où un accès souterrain mène à une Chambre de Bain où notre Prêtre a pu s'immerger avant de sortir. S'y trouve également un cabinet de toilette.
Sortons de la Maison du Feu pour continuer à longer le mur nord de la Cour. Nous arrivons à la Porte des Sacrifices, puis la Porte des Reflets sur laquelle est construite la Loge des Reflets. C'est d'ici que l'on guette le matin les premières lueurs du jour pour commencer le Culte.
Revenons vers l'Atelier des Viandes, tournés vers le sud. Face à nous l'Autel, auquel les Prêtres qui portent les quartiers de viande à consumer montent par une rampe montant du sud vers le Nord.
C'est ici que Adam, Noé, Avraham, Isaac et Jacob, firent leurs sacrifices.
L'Autel est fabriqué de pierres rapportées, de grandes tailles et de belle qualité, ajustées et scellées au mortier. La Loi veut que ces pierres soient lisses et sans aucune aspérité, et n'aient jamais été travaillées avec du fer. Elles sont extraites à partir d'une carrière vierge, ou en pleine mer. Le Talmud rapporte que le Roi Salomon les fit tailler par le Chamir. mais c'est une autre histoire.
Ne montez pas non plus sur l'Autel si vous n'avez pas à y déposer les sacrifices à y brûler. Regarder ces prêtres monter: la longue Rampe d'accès s'élève jusqu'à 6 mètres. Les simples prêtres la gravissent par le côté et seul le Grand Prêtre monte par le milieu de la rampe. Aux quatre coins, les "cornes de l'Autel" surplombent le sol de plus de six mètres. Plusieurs bûchers y sont allumés où les prêtres jettent les quartiers de bêtes destinés à la combustion. A mi hauteur, un chemin circulaire permet de faire le tour et de pratiquer certaines aspersions aux quatre coins de l'Autel.
Entre l'Autel et le corps même du bâtiment du Temple, deux tables, l'une en marbre sur laquelle on pose les découpes des animaux sacrifiés, et l'autre en argent sur laquelle sont disposés les accessoires utilisés pour l'Autel.
A l'angle Sud-Ouest de la base de l'Autel le soubassement de l'Autel qui dépasse d'une coudée de large et de haut prend une forme de bassin percé de deux trous, les Chittin, où sont versés les libations de vin de certains sacrifices.
Prenez garde à ne pas soulever cette dalle munie d'un anneau, à l'angle Sud-Ouest de la base de l'Autel: C'est le regard qui permet d'aller curer la fosse dans laquelle le sang des aspersions et le vin des libations cristallisent s'ils ne se mélangent pas à l'eau du ruisseau qui s'écoule vers la rivière du Kidron.
Entre l'Autel et le Heikhal, vers le Sud, vous voyez le Kiyor, bassin d'ablutions avec ses douze becs, où les Cohanim se sanctifient les mains et les pieds chaque matin avant de commencer le Culte.
Longeons maintenant le mur sud, vers l'ouest: la Porte de l'Eau (F) , face au bassin, sur laquelle est construite la loge d'Avtinas, cette famille de prêtre affectée à la préparation des encens et qui en gardait jalousement le secret.
Deux autres portes en prolongeant vers l'ouest: la Porte des Aînés (H) du bétail et la Porte du Bois.

Avez vous noté l'ascension depuis que nous avons franchi la muraille qui entoure le Mont du Temple? Nous sommes entrés par la Porte de Chouchan, à l'Ouest, et avons marché à plat jusqu'à monter les douze marches, soit 6 coudées qu'il faut gravir pour entrer par la porte Ouest du Parvis des Femmes, puis 15 marches soit 7.5 coudées du perron rond qui accède à la Porte de Nicanor. Un gradin et trois marches soit 2.5 coudées séparent la Cour d'Israël de la Cour des Prêtres. Il nous faudra encore franchir 12 marches, soit 6 coudées pour rentrer dans le bâtiment du Temple (suite de la visite). Le sol du Temple est à 22 coudées au dessus du niveau du Mont du Temple. (Cette indication sera précieuse pour le chapitre Localiser le Temple)

Note: nous avons utilisé pour les dimensions des coudées de six palmes soit 0.60 mètres.
A toi, l'israelien !


Tu es aujourd'hui le moteur et l'âme d'Israël . Un jour, le plus brave d'entre tous les Hébreux a sorti son peuple de Mitsraïm pour l'amener, malgré les obstacles quasi-insurmontables, vers ce lieu dont tu as aujourd'hui, l'énorme responsabilité .


Sache que tu ne te bats pas en vain . Sache que tes angoisses sont les nôtres, tes combats, nos combats et que la réussite dans tout ce que tu entreprendras permettra demain, à nos enfants et petits enfants, de sourire à la vie dans ce pays unique au monde , tellement petit il est vrai sur la carte géographique mais tout de même le plus grand d'entre tous, sinon pourquoi serait-il convoité par ses voisins et par les autres, ces autres qui font semblant ... qui font semblant .

Lorsque nous venons en Israël, c'est toujours avec l'intention sincère de donner, et puis nous retournons en galout, et nous réalisons, à chaque fois, qu'une fois de plus, c'est encore nous qui avons reçu .


Ton combat pour notre survie est trop du pour un humain, pour un humain sans son Créateur à ses côtés . Toi, tu l'as avec toi, pour Nous ... Dis lui d'ouvrir les yeux des Juifs du Galout, dis lui de nous faire moins parler et plus agir .


Je suis de nationalité (!!) française . C'est donc des Français que je vais te parler, des problèmes que je trouve en France . Dans cette France où l'antisémitisme inavoué de certain français qui critiquent l'état hébreu, le sionisme, 'l'impérialisme juif' et demandent au nom de la liberté et la paix, ces mots merveilleux, abusés, bafoués, servis à toutes les sauces politiques, qu'Israël ne lève plus le glaive ... Ces gens qui savent tout mais qui font semblant d'ignorer qu'Israël a deux solutions, et seulement deux solutions


- Se battre pour sa survie et pour une paix réelle


-accepter la mort de sa spécificité, achever en quelque sorte la Shoah par un suicide collectif en écoutant les conseils de ceux qui, de l'extrême gauche au fascisme camouflé, veulent 'leur paix' au Moyen Orient


Les ennemis sont de tous bords et arrivent à se confondre lorsque leurs desseins ont pour objectif l'existence de l'état sioniste . Ne nous leurrons pas ! vouloir effacer de la carte du monde ce petit état hébreu, c'est vouloir purement et simplement la disparition des Juifs en tant que Juifs


Puisse la Providence se souvenir de tous les grands hommes , d'Abraham à ceux qui ont ramené le drapeau sur une terre en deuil depuis des millénaires . Puisse Israël être porteur du Shalom de notre Peuple

tout l'alphabet hebraique dans une maguen davi

17:24 Écrit par la vraie sioniste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

transfert 2

tout l'alphabet hebraique dans une etoile de david

tout l'alphabet hebraique dans une etoile de david
toute l'alphabet se trouve dans le MAGUEN DAVID !!
toute l'alphabet se trouve dans le MAGUEN DAVID !!
Le saviez-vous?

Toutes les 22 lettres de l'alphabet hébreu sont codées dans une simple étoile de David !!

Quand on sait que la kabbale décrit les pouvoirs et forces intrinsèques à chacune des lettres de l'alphabet hébreu,
Imaginez donc la force d'un symbole qui les contiendrait toutes ? Parlerait-on ici même du ... "symbole ultime" ?

Et pour les sceptiques... Essayez en alphabet latin, juste pour voir !

histoire des sepharades

histoire des sepharades
l'histoire des sefarades
l'histoire des sefarades
Substantif et adjectif, l'appellation "séfarade" est appliquée aux Juifs dont les ancêtres vécurent dans l'Espagne médiévale, et plus généralement les membres des communautés juives non ashkénazes. Dans le livre du prophète Abdias (verset 20), le terme "Sefarad" est une localité où demeurent des exilés de Jérusalem. Bien que, pour les savants modernes, ce verset biblique s'appliquât à Sardes en Lydie, il fut rapporté à Ispania ou Ispamia par les premiers commentateurs juifs. En hébreu médiéval et moderne, Sefarad équivaut à Espagne. Aujourd'hui, séfarade tend à supplanter dans l'usage les formes savantes sefardi ou sefaraddi (pluriel sefardim ou sefaraddim ), qui dérivent directement de l'hébreu.
On distingue trois périodes majeures dans l'histoire des séfarades. La première va des origines légendaires (une colonie salomonienne en Espagne) à l'expulsion des Juifs d'Espagne (1492). Jusqu'au VIIe siècle, l'essor des communautés du bassin méditerranéen et de l'Espagne s'accomplit sans encombre, en relation avec les foyers palestinien et babylonien. En 589, à la suite de la conversion au catholicisme du roi wisigoth Reccarède, un siècle de persécution pour les Juifs d'Espagne commence, persécution à laquelle met fin l'invasion musulmane (711). La période comprise entre 711 et 1036, qui coïncide avec l'époque du califat de Cordoue et des royaumes islamiques qui lui succédèrent, est considérée comme l'âge d'or du judaïsme espagnol. Au XIe siècle principalement, le judaïsme séfarade contribue à la renaissance de la langue hébraïque avec ses grammairiens, ses lexicographes et ses poètes (notamment Salomon ibn Gabirol, Moïse ibn Ezra et Juda Hallevi); ce renouveau donne au judaïsme occidental son premier grand talmudiste, Isaac ben Jacob al-Fasi, et son philosophe, Moïse ben Maimon, dit Maimonide.
L'invasion des Almohades, d'une part, la Reconquista, d'autre part, entraînent au XIIe siècle la migration des Juifs de l'Andalousie vers l'Espagne du Nord, qui est chrétienne. Les communautés juives, régies par des fueros (privilèges royaux) et par leurs propres constitutions (ascamot ), y mènent une existence paisible fondée sur une économie très diversifiée (allant du cultivateur au fermier des impôts). Les rabbins espagnols jouissent d'un prestige reconnu dans toute l'Europe, particulièrement Moïse ben Nahman, dit Nahmanide, et Salomon ben Adret. Moïse de León, rabbin à Ávila, transcrit (ou écrit) le maître livre de la kabbale, le Zohar . Les Juifs participent à l'éclosion de la science et de la littérature castillanes, notamment sous Alfonse le Savant (1254-1284). En 1391, une vague de massacres, inaugurée à Séville le 15 mars, déferle sur les communautés de Castille et d'Aragon, déterminant l'apostasie et l'émigration de multiples familles, ainsi que la disparition de communautés entières comme celle de Barcelone.
L'effort de restauration du XVe siècle ne peut empêcher le déclin des communautés espagnoles, dont l'Inquisition réclame l'expulsion. Décrétée le 30 mars 1492 au palais de l'Alhambra de Grenade, l'expulsion des Juifs d'Espagne met fin au foyer majeur du judaïsme médiéval. Elle ouvre une période dite Diaspora séfarade (1492-1776). Désormais dispersé de l'Empire ottoman, son principal établissement au Nouveau Monde (avec des crypto-Juifs d'abord et des communautés déclarées au XVIIe siècle), le judaïsme séfarade conserve une unité de culture, d'organisation de type communautaire, de langue (l'espagnol médiéval devenu le judéo-espagnol ou ladino et le portugais). Les grandes communautés des exilés d'Espagne sont à Constantinople et à Salonique, mais aussi à Venise, à Amsterdam, à Londres, à Pernambouc (au Brésil) et à Curaç ao. La population juive de Terre sainte s'hispanise largement avec la renaissance, grâce à l'immigration espagnole, de Jérusalem, de Safed (où Joseph Caro rédige un code dit �ulhan Arukh - table servie - bientôt adopté par l'ensemble du judaïsme), d'Hébron et de Tibériade. Le XVIe siècle est le siècle d'or pour les communautés de Turquie et de Grèce: les imprimeries qu'elles y établissent diffusent la création intellectuelle du judaïsme médiéval et l'intense floraison hébraïque et judéo-espagnole postérieure à l'expulsion de 1492.
Au XVIIe siècle, encore que moins peuplées, les communautés "portugaises", (Angleterre, France, Provinces-Unies, Amériques) participent vigoureusement à l'essor du commerce atlantique et constituent une sorte de fédération autour d'Amsterdam, dont l'activité intellectuelle est exceptionnelle, bien que Baruch de Spinoza soit amené à s'en détacher, et dont l'imposante synagogue, l'Esnoga, fait l'admiration des visiteurs européens. En 1666, communautés d'Orient et d'Occident sont prises dans l'effervescence messianique du "messie mystique" de Smyrne, Sabbatai Zevi, Séfarades et Ashkénazes attendant une rédemption imminente. Au XVIIIe siècle, Livourne tend à surpasser Amsterdam comme centre majeur du judaïsme séfarade en Occident par son activité commerciale et par la production de ses presses hébraïques. Cependant, la crise de l'Empire ottoman atteint des communautés orientales qui s'appauvrissent, tandis que les problèmes sociaux accablent celles d'Occident, notamment d'Amsterdam. Avec la dispersion extrême des familles s'est établie une sorte d'organisation mondiale informelle des Séfarades.
Une période nouvelle commence avec l'indépendance des États-Unis d'Amérique en 1776. Ralliés par le rabbin Gershom Seixas à la cause de l'indépendance, les Juifs américains obtiennent un statut d'égalité, offrant ainsi aux Juifs d'Europe un modèle d'émancipation. Le modèle est repris par les Séfarades français, qui font campagne en 1789, de concert avec les Ashkénazes d'Alsace d'abord, seuls ensuite, pour l'obtention des droits de citoyens actifs. L'émancipation des Juifs de France (29 sept. 1791) est en grande partie une �uvre séfarade. Désormais, le modèle français inspire les communautés juives d'Orient et d'Occident en quête d'une émancipation mettant fin à leur statut médiéval. En fait, l'oppression se prolonge en Afrique du Nord et en Orient jusqu'en 1860. Cette année-là est créée à Paris l'Alliance israélite universelle, qui s'attache à promouvoir le régime statutaire, économique et scolaire des communautés orientales: son réseau d'écoles, de l'Afrique du Nord aux Balkans et à la Perse, prépare les Juifs à entrer dans le monde moderne; ses interventions obtiennent un recul de l'arbitraire dans ces pays. Pourtant les centres vitaux du judaïsme séfarade se vident de leurs effectifs avec l'émigration vers l'Occident et l'Amérique, tandis que l'espagnol recule devant les progrès du français chez les séfarades orientaux. Chant du cygne de la culture séfarade, une presse judéo-espagnole, d'une richesse et d'une diffusion prodigieuses, popularise au XIXe et au XXe siècle le patrimoine intellectuel séfarade et l'apport occidental (traductions multiples des romans français, dont ceux d'Alexandre Dumas et d'Eugène Sue). Des courants nouveaux s'expriment dans cette presse, socialiste ou nationaliste (le rabbin Juda Alkalai est un précurseur du sionisme politique).
Comme les communautés ashkénazes, les communautés séfarades sont frappées par l'holocauste hitlérien dans leurs centres les plus authentiques, en Bulgarie et en Grèce surtout (la déportation des Juifs de Salonique a fait disparaître le foyer du parler judéo-espagnol). Aujourd'hui, les communautés nord-africaines sont en cours de liquidation et les groupements séfarades de la Diaspora se trouvent en France et aux États-Unis (plus de 30 000 à New York); près de 60 p. 100 de la population d'Israël sont séfarades. En Israël, si traditionnellement le grand rabbin d'Israël séfarade, dit le Ri�on le Sion, a la prééminence sur le grand rabbin ashkénaze, la vie politique, économique, intellectuelle est largement dominée par l'élément ashkénaze, et la disparité des niveaux de vie entre l'un et l'autre élément pose un problème grave. Les études séfarades, longtemps négligées, connaissent un essor spectaculaire avec les travaux de l'institut Arias Montano de Madrid, l'institut Ben Zvi à Jérusalem, l'Institut mondial pour les études séfarades de New York, les enseignements de langue et civilisation séfarades de l'Institut des langues et civilisations orientales de Paris

16:44 Écrit par la vraie sioniste dans thora judaisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

chanson pour guilad


Le chanteur israélien Aviv Geffen a composé une nouvelle chanson pour Gilad Shalit "Hayeled Shel Koulanu" (''notre enfant à tous''). Il l'a chanté pour la toute première fois mardi dernier à Tel Aviv, lors de la manifestation qui s'est déroulée pour appeler à la libération du jeune caporal retenu captif par le Hamas depuis deux ans.

14:21 Écrit par la vraie sioniste dans infos et music israel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

transfert 1

sydney pollak grand cineaste juif

Sydney Pollack
par Aline Sultan
jeudi 26 juin 2008 - 13:09

Sydney Pollack fut considéré comme l'un des plus grands metteurs en scène du cinéma d'après-guerre. On lui doit entre autres le chef d'oeuvre "Out of Africa", qui mérita sept oscars.

Enfant d'immigrés juifs russes installés aux Etats-Unis, Sydney Pollack est né le 1er juillet 1934 dans l'Etat d'Indiana, où il passe son enfance. Il n'a que 16 ans à la mort de sa mère. Il s'en va à New York et commence par faire de la boxe, tondre les pelouses et livrer des journaux. En 1952, il décide de suivre des cours d'art dramatique.

Après son service militaire, il est d'abord acteur puis réalisateur de télévision et c'est en 1962, qu'il apparaît pour la première fois au cinéma. C'est à cette époque qu'il rencontre un jeune acteur du nom de Robert Redford, qui deviendra l'un de ses principaux collaborateurs.

En 1965, Sydney Pollack réalise son premier film et un an plus tard, il sort le premier des sept films qu'il fera avec Robert Redford. Il tourne ensuite trois films avec Burt Lancaster.

En 1970, il reçoit l'Oscar du meilleur réalisateur pour 'On achève bien les chevaux', un marathon social. Pollack touche à des styles divers, western, comédie, films de guerre, romans... Le thème que l'on retrouve dans la plupart de ses films est celui de la liberté de l'homme.

En 1985, il remporte sept oscars pour son célèbre 'Out of Africa' (avec Robert Redford et Meryl Streep), dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur. On retiendra également 'La Firme', 'Tootsie' (avec Dustin Hoffmann), 'Nos meilleures années' (avec Robert Redford et Barbara Streisand) ...

Ses films suivants connaîtront moins de succès. Dans les années 90, il jouera entre autres dans un film de Woody Allen et dans un film de Stanley Kubrik

Son activité est alors centrée sur sa boîte de production 'Mirage', fondée en 1985.

En 2005, son film 'L'interprète' connaîtra un grand succès.


Sydney Pollack est mort d'un cancer à l'âge de 73 ans, le lundi 26 mai 2008, à Los Angeles

kafka etait sioniste

Kafka était sioniste!
par Shraga Blum
mercredi 20 août 2008 - 19:44

Non, ce n'était pas une métamorphose! Les récentes découvertes dans un appartement de Tel-Aviv de lettres écrites par le philosophe juif austro-hongrois, confirment ce que d'aucun affirment depuis des années: Kafka était un authentique sioniste, et le rêve de sa vie fut de réaliser son alyah.

Le "New York Times" de cette semaine publie une lettre écrite en 1949 par Dora Dyament, dernière conquête du philosophe, à Max Brod, émigré en Israël, dans laquelle elle souligne que "Kafka parlait souvent de son voeu de partir s'installer en Israël".

L'ancienne secrétaire de Max Brod, Esther Hoffie s'est éteinte l'an passé dans son petit appartement de Tel-Aviv. Comme Max Brod fut l'ami et l'exécuteur testamentaire de Kafka, des documents très précieux ont été retrouvés dans l'appartement de sa secrétaire. Pour le moment, ces documents sont en possession des deux filles d'Esther Hoffie, mais les Archives Littéraires Allemandes de la ville de Marbach, qui possèdent déjà une importante collection de manuscrits de Kafka, sont très intéressées à racheter ces pièces. Les Archives Nationales israéliennes s'opposent cependant à ce que "des documents de la plus haute importance pour l'histoire juive ne quittent le pays". C'est aussi l'avis de Mark Gelber, ancien étudiant de Kafka et professeur à l'Université Ben Gourion: "Kafka était intimement lié à la tradition juive et au sionisme", précise-t-il.

Atteint de tuberculose à la fin de sa vie, Franz Kafka avait demandé à Max Bord de brûler tous les manuscrits non encore édités, mais ce dernier n'avait pas respecté ces dernières volontés. Et lorsqu'il fuit le nazisme en émigrant vers la Palestine de l'époque, Brod emmena avec lui tous les manuscrits de Kafka.

Il ressort d'une étude minutieuse des écrits de Franz Kafka, qu'il traversa certes plusieurs périodes philosophiques dans sa vie, mais il adhéra très tôt au sionisme. Enfant de l'assimilation en vogue à cette époque, il fut toutefois impressionné par la renaissance du sentiment national juif. Dès 1917, après la Déclaration Balfour, il se mit à apprendre l'hébreu et confiait à sa soeur Valli son admiration pour les pionniers: "C'est déjà quelque chose d'énorme de prendre sa famille sur son dos, et de la transporter en Palestine. Que tant d'hommes le fassent ce n'est pas moins un miracle que celui de la mer rouge. La montée " en Palestine devrait permettre au peuple juif de reconstruire son identité."

Sa rencontre tardive avec Dora, issue d'une famille hébraïsante et h'assidique polonaise le replongea dans le monde des textes traditionnels et il se mit même à étudier le Talmud à Berlin: "l'Ecole du judaïsme est pour moi un havre de paix dans ce Berlin féroce et dans les féroces contrées de ma vie intérieure."

Ensemble avec Dora, ils prévoyaient de partir s'intaller en Erets Israël, mais la maladie incurable l'atteint, il mourut en 1924 et fut enterré au cimetière juif de Prague, sa ville natale.

Même s'il n'a pas réalisé son voeu de monter en Israël, Kafka peut reposer en paix: il y a souvent ici un relent d'univers kafkaïen...
Steven Spielberg
par Aline Sultan
lundi 14 avril 2008 - 09:12


Steven Spielberg est un des plus grands metteurs en scène qu'ait connu Hollywood. Un des films qui a marqué sa carrière, est la Liste de Schindler. Steven Spielberg a contribué à la création d'une fondation qui recueille les témoignages de rescapés de la Shoah.

Steven Spielberg est né le 18 décembre 1946 à Cincinnati (Ohio) aux États-Unis.Sa mère, Leah Adler (née Posner) était pianiste et son père, Arnold Spielberg, était ingénieur en informatique.

Très jeune, Spielberg a un net penchant pour le cinéma et réalise quelques petits films amateur. Il abandonne rapidement ses études pour tenter sa chance à Hollywood. Assistant monteur, dans les années 60, il apprend son métier sur le tas, en réalisant des courts-métrages. Il travaille ensuite pour le petit écran, dirigeant notamment des épisodes de Columbo.

Son talent de metteur en scène se révèle en 1971 avec le téléfilm Duel, qui remporte le Grand Prix du Festival d'Avoriaz. Ce film parle d'un homme naïf pris au piège sur une route déserte et poursuivi par un énorme camion mystérieux. Le film ayant été apprécié par les critiques, Spielberg complètera son tournage et en 1972, il paraîtra sur les écrans, y compris en Europe.

Il réalise ensuite Sugarland Express (1974) Prix du scénario à Cannes, qui se base sur une histoire réelle, celle d'un prisonnier évadé et de sa femme qui tentent de reprendre leur enfant qui a été confié à des parents d'adoption.

Dès l'année suivante, sa carrière va prendre encore plus d'envergure avec la mise en scène des Dents de la mer (l'histoire d'un village de vacances menacé par un énorme requin), qui deviendra une référence dans le cinéma d'épouvante à l'échelle internationale. Il rapportera plus de 100 millions de dollars.

Certains éléments reviennent souvent chez Spielberg :

- la confrontation à une créature ou à un événement surnaturel (le camion dans Duel, le requin dans les Dents de la mer...etc)

- la moralité selon laquelle l'homme ne peut pas tout contrôler (par exemple, dans Rapport spécial une tentative est entreprise afin d'empêcher des crimes en lisant dans la pensée des criminels, et elle échoue)

- la présentation d'un héros au profil d'un américain moyen qui se bat généralement contre un élément étranger : un requin, un extra terrestre, des nazis, des dinosaures, étant la plupart du temps anti américains

- la reconstitution exacte d'éléments naturels ou historiques hors du commun (un énorme requin, des dinosaures, des extra terrestres et des nazis dans la Liste de Schindler) en ayant recours à des effets spéciaux.

Ses films suivants remporteront le même succès : Rencontres du 3ème type (1977 - science-fiction), E.T. (1982 – science fiction), A.I. (2001 – science fiction inspirée par Stanley Kubrick), Minority report (2002), La Guerre des mondes (2005)

Spielberg est également à l'origine de la légendaire saga d'Indiana Jones : Les Aventuriers de l'arche perdue (1981), Indiana Jones et le temple maudit (1984) et Indiana Jones et la dernière croisade (1989)

Le cinéma de Spielberg traite souvent des thèmes de l'enfance et de la famille, goûte à la comédie burlesque avec 1941, Arrête-moi, si tu peux...

Spielberg a également abordé des sujets plus graves tels que l'Holocauste avec 'La Liste de Schindler', en 1993, tourné en noir et blanc, qui obtiendra 7 oscars, dont celui du meilleur film et celui du meilleur réalisateur. Ce film raconte l'histoire d'Oscar Schindler, un industriel qui sauva plus de mille Juifs des camps de la mort, reproduit la vie dans le ghetto et l'extermination des Juifs à Auschwitz.

En 1997, il réalise un film sur l'esclavage : Amistad et en 1998, il tourne 'Il faut sauver le soldat Ryan' sur la Seconde Guerre mondiale ; ce film débute par une longue scène exceptionnelle reproduisant le débarquement en Normandie, à la perfection.

En 2006, Spielberg met en scène 'Munich', un film sur le massacre des sportifs israéliens aux Jeux Olympiques de Munich en 1972 et sur l'élimination des terroristes par des agents du Mossad.

Réalisateur légendaire ayant travaillé avec les plus grands acteurs, Steven Spielberg est une des personnes les plus influentes du monde du cinéma. Il est en effet un des plus importants producteurs cinématographiques. En 1994, avec David Geffen et Jeffren Katzenberg, il a crée la société Dreamworks, qui est devenue depuis l'une des plus importantes maisons de production.

Spielberg a été marié de 1985 à 1989 à l'actrice Amy Irving. En 1991, il a ensuite épousé Kate Capshaw, qu'il avait dirigée dans Indiana Jones et le Temple Maudit. Steven Spielberg a sept enfants (dont deux enfants adoptifs et la fille de Kate Capshaw, qu'il a également adoptée)

Début 2008, Steven Spielberg renonce à sa participation artistique aux Jeux Olympiques de Pékin pour dénoncer 'l'attitude de la Chine au Soudan' «Ma conscience me l'interdit», a-t-il déclaré... Dans son communiqué, le réalisateur a ajouté que «la communauté internationale, et en particulier la Chine, devrait en faire plus pour mettre un terme aux souffrances endurées par les habitants du Darfour»

Dans le courant de 2008, Spielberg devrait sortir le quatrième volet de la série d'Indiana Jones.

Spielberg a annoncé que son prochain projet est 'Lincoln', qui raconte l'histoire d'Abraham Lincoln, 16ème Président des Etats-Unis. Ce film devrait sortir en 2009.
Raya Sorkine
par Aline Sultan
jeudi 14 août 2008 - 09:31


Raya Sorkine est né à Paris en 1936. Enfant juif, il restera caché avec sa mère et sa famille pendant toute la durée de la guerre.

Très empreint de la culture juive et russe de sa mère, il a choisi d'adopter son nom et son prénom (fils d'un aristocrate catholique français, initialement, son nom avait été Alain-François de Bouvier de Cachard)

L'ambiance juive slave est prédominante dans son œuvre artistique, même s'il n'a jamais connu la Russie.

A l'âge de douze ans, il quitte l'école. Deux ans plus tard, il décide de partir de chez lui. Il vagabondera longtemps, un petit carnet à dessin en poche.

Il traversera l'Europe et arrivera jusqu'au Moyen-Orient. Durant son périple qui durera presque vingt ans, il ne cessera de dessiner et de peindre et dispersera ses tableaux aux quatre coins du monde.
Aujourd'hui âgé de 72 ans, il vit dans le sud de la France et aime se plonger dans les textes de la Kabbale.

Dans ses toiles, qui rappellent un peu celles de l'illustre Marc Chagall, il y a beaucoup de lyrisme, les couleurs en sont chaudes et vivantes et il en émane une force particulière. Des personnages, des instruments de musique, des animaux s'y rejoignent dans une espèce d'hymne à la vie.

rabbi shimon bar yo'hai

Rabbi Shimon Bar Yohaï
par Aline Sultan
mardi 20 mai 2008 - 11:34

Rabbi Shimon Bar Yohaï, auteur du Zohar, fut l'un des plus grands Sages de la Michna. Lag Baomer, jour de sa Hilloula (jour anniversaire de sa mort), des milliers de Juifs se rendent sur sa tombe, à Meron, dans l'espoir de voir leurs prières exaucées par D.ieu grâce à l'intervention du Tsaddik.

Yohaï était un membre important de la tribu de Yehouda Son épouse Sarah descendait de la prestigieuse lignée des princes du Peuple juif et, en particulier, de Hillel Hazaken (l'Ancien)
Durant de nombreuses années, Sara resta stérile et Yohaï finit par envisager de se séparer de Sara et d'épouser une femme qui lui donnerait des enfants. Sara jeûna, donna la Tsedaka et pria avec ferveur, en suppliant D-ieu de lui permettre d'avoir un enfant.

La nuit de Roch Hachana, Yohaï fit un rêve : il se trouvait debout dans une vaste forêt dont certains arbres étaient pleins de fruits et d'autres secs. Yohaï s'appuya contre un arbre sec et aperçut un Juif impressionnant qui portait une cruche pleine d'eau sur son épaule et qui arrosait certains arbres secs. En approchant de Yohaï, l'homme s'arrêta, prit une petite fiole d'eau pure et arrosa son arbre en lui prodiguant de nombreuses bénédictions. Yohaï s'aperçut alors que cette toute petite quantité d'eau était bénie: elle s'éleva et arrosa tout ce qui se trouvait près de son arbre qui se mit à produire immédiatement des grosses pommes juteuses, sucrées et entourées de feuilles fraîches. L'arbre continua de fleurir, de produire de nouvelles branches, de nouvelles racines et des fruits dont l'arôme parfumait toute la forêt.

Yohaï se réveilla heureux et s'empressa de raconter son rêve à son épouse. Pour lui, l'interprétation était évidente. Les arbres représentaient les femmes : certaines avaient des enfants, d'autres étaient stériles. A Roch Hachana, D-ieu décrète quelles seraient celles qui mettront au monde des enfants : son épouse vertueuse en faisait partie puisque son arbre avait bénéficié d'une bénédiction extraordinaire. Cependant, il ne comprenait pas pourquoi cet homme à l'aspect majestueux avait utilisé une petite fiole qui n'avait servi que pour son arbre et pour aucun autre ?

Ravie, mais étonnée, sa femme proposa : «Allons en parler à Rabbi Akiva !» Celui-ci compléta l'interprétation donnée par Yohaï : «Sachez que Sarah était destinée à être stérile : elle n'aurait jamais dû avoir d'enfant. Ce n'est que grâce à ses prières et ses larmes, qu'elle a mérité de changer son destin et d'enfanter. La fiole qui arrosait son arbre, avait recueilli ses larmes. Ce sont ses larmes qui ont arrosé l'arbre qui la représente et seulement celui-ci !»

Et Rabbi Akiva ajouta : «Sarah ! Cette année vous donnerez naissance à un fils qui illuminera le Peuple d'Israël tout au long des générations par sa sagesse et ses actions !»

Cette année-là, à Chavouot, le jour où la Torah fut donnée au Peuple juif sur le Mont Sinaï, Sarah mit au monde un fils qui rayonnait d'un éclat particulier. Tous ceux qui le voyaient, reconnaissaient qu'il était certainement béni et qu'il diffuserait une grande lumière autour de lui. Ses parents remercièrent D-ieu et appelèrent l'enfant 'Shimon', car D-ieu avait entendu ('Shama') les prières de ses parents et les pleurs de sa mère.

L'enfant fut élevé dans la plus grande pureté et dans la plus grande sainteté. Dès l'âge de cinq ans, il fut confié à Rabban Gamliel qui dirigeait une Yechiva à Jérusalem. Il était semblable à une source en perpétuelle ébullition : encore enfant, il posait des questions pertinentes à ses maîtres, Rabbi Yeochoua ben 'Hanina et Rabban Gamliel.
Il étudia dans la yechiva de Rabbi Yohanan Ben Zakaï et eut pour maître Rabbi Akiva qui le considérait comme son fils.

Lorsque les Romains ordonnèrent la fermeture de toutes les institutions religieuses et interdirent l'enseignement de la Tora, Rabbi Akiva ne céda pas et continua d'enseigner. Rabbi Shimon ne le quitta pas, jusqu'à son arrestation. Par la suite, Rabbi Akiva fut condamné et mourut en martyr, en sanctifiant le nom de D-ieu.

Afin de sauver le judaïsme, malgré les décrets de l'Empereur romain, un conseil de cinq Sages fut désigné. Parmi eux, figuraient Rabbi Shimon Bar Yohaï et Rabbi Méïr Baal Hanes. Ils furent poursuivis par les Romains jusqu'à la mort de l'empereur qui mit fin aux décrets cruels envers les Juifs.

Les Sages se réunirent à Yavné pour se concerter et trouver les moyens de rétablir la vie juive. Rabbi Yéhouda proposa de se montrer amical à l'égard des Romains. Rabbi Yossé ne donna pas son avis et Rabbi Shimon se déclara déterminé à résister aux Romains par tous les moyens. Un ancien élève de Rabbi Shimon, Yéhouda ben Guerim, espion au service des Romains, leur rapporta la discussion et Rabbi Shimon fut condamné à mort.

Rabbi Shimon prit la fuite avec son fils Eléazar. Ils se cachèrent dans une grotte à l'entrée de laquelle D-ieu fit pousser un caroubier et fit jaillir une source d'eau fraîche. Pendant douze ans Rabbi Shimon bar Yohaï et son fils restèrent dans cette grotte, se nourrissant de caroubes et d'eau et passèrent leur temps à étudier et à prier.

Douze ans plus tard, le prophète Elie leur annonça la fin des persécutions romaines. Ils quittèrent alors leur cachette et virent un homme qui labourait et semait. Ils s'écrièrent : «Ils ont abandonné la vie spirituelle et se sont plongés dans la vie matérielle !» Toutes les choses sur lesquelles ils posaient leur regard, prenaient immédiatement feu. Un écho céleste les interpella : «Etes-vous sortis de votre grotte pour détruire Mon monde ? Retournez-y !»

Ils y retournèrent et y restèrent douze mois de plus, au terme desquels une voix céleste se fit de nouveau entendre en les invitant à sortir.

Désormais, Rabbi Shimon réparait tout ce que Rabbi Eléazar détruisait de son regard.

Rabbi Shimon s'établit dans la ville de Tékoa où il fonda une grande Yéchiva. Les plus illustres savants de l'époque se rendaient auprès de lui pour recevoir ses instructions. Parmi eux se trouvait Rabbi Yehouda Hanassi (le Prince), le compilateur de la Michna.

Les Romains reprirent leurs persécutions à l'égard des Juifs, leur interdisant d'observer le Chabbat, la cacherout et bien d'autres règles qui leur étaient chères. Les Sages décidèrent alors d'envoyer une délégation à Rome et choisirent Rabbi Shimon bar Yohaï pour la conduire.

En arrivant à Rome, ils apprirent que la fille de l'Empereur romain était atteinte d'une maladie et que personne n'avait réussi à la guérir. Rabbi Shimon se rendit au palais et demanda la permission de soigner la malade. Au bout de quelques jours, la princesse était guérie ! L'Empereur désirant lui exprimer sa reconnaissance, lui laissa le choix de choisir sa récompense. Rabbi Shimon demanda d'annuler les décrets contre les Juifs.

Rabbi Shimon bar Yohaï a quitté ce monde à Lag Baomer et est enterré à Meron, un petit village situé près de Safed, en Israël. Ce jour-là, il révéla à ses disciples des secrets de la Kabbale et s'assura que ce jour serait une fête célébrée par le Peuple juif tout au long des générations.
Rabbi Shimon bar Yohaï est l'auteur du Zohar (qui signifie «éclat») livre sacré qui contient des interprétations mystiques de la Tora et qui est la source principale de la Kabbale.

13:50 Écrit par la vraie sioniste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/08/2008

Goush Katif: quand des Palestiniens regrettent les Juifs!

Goush Katif: quand des Palestiniens regrettent les Juifs!
par Shraga Blum
vendredi 22 août 2008 - 09:27


C'est un phénomène maintes fois répété dans l'Histoire que le départ forcé des Juifs d'une contrée ou d'un pays a entraîné avec lui un déclin et un appauvrissement. Le Goush Katif n'échappe pas à cette loi, même si en l'occurence, ce sont des Juifs qui ont chassé d'autres Juifs.

Un journaliste du célèbre journal américain "Christian Science Monitor" est allé récemment réaliser un reportage dans l'enclave de Mawassi, au sud de la Bande de Gaza, qui compte environ 5000 habitants. Avant la Hitnatkout, les autochtones "comptaient les jours jusqu'à ce que les Juifs quittent la région". "Ce jour-là" annonçait l'un des habitants à l'époque "nous jouerons du tambour, danserons et chanterons, nous abattrons un mouton pour faire la fête". C'est sûrement ce qu'ils ont du faire.

Trois ans ont passé, et l'état d'esprit des habitants de Mawassi a bien changé: "Je veux que les Israéliens reviennent" se lamente Riyad Al-Laham, chômeur père de huit enfants. Riyad était employé pendant plus de vingt ans dans l'un des villages juifs des environs. "Tout le monde gagnait bien sa vie à l'époque, mais maintenant, même nos terres sont à l'abandon". La plupart des habitants qui se sont confiés au journaliste américain, ont avoué "qu'ils préféraient la sécurité économique d'auparavant à la situation actuelle, même s'ils sont 'débarrassés de l'occupation israélienne' ".

Avant la Hitnatkout, la région de Mawassi possédait des serres, produisait maïs, fraises, poivrons et tomates. Tout cela était rendu possible grâce aux revenus qu'une partie des habitants ramenaient de leur travail dans les villages juifs. Maintenant, la plupart des terres sont à l'abandon. Le pouvoir et le terrorisme du Hamas a entraîné le blocus, et les habitants de Massawi sont assistés par l'aide humanitaire de l'ONU.

Du côté bédouin de cette étroite bande, c'est le même refrain. Salaam Al-Bahwaza indique que presque tout son clan est aujourd'hui au chômage. "Avant, nous étions pour la plupart employés dans les serres des villages juifs, et nous gagnions bien notre vie. Aujourd'hui, sans l'ONU, je ne pourrais pas vivre. Avant, c'était mieux".

Le journaliste américain précise qu'il y a des avis contraires, mais qu'ils sont extrêmement minoritaires. La plupart des habitants de Mawassi regrettent l'époque où les Juifs étaient là. "Que ce fut le Fatah avant ou le Hamas maintenant, ils ne font pas attention à nous. Personne n'est venu s'intéresser à nos besoins. Nous sommes devenus des mendiants " indique l'un d'eux.

Encore une preuve de l'échec total de cette tragédie préméditée.

21:06 Écrit par la vraie sioniste dans souvenir | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

luttons pour guilad

luttons pour guilad shalit

luttons pour guilad shalit
Victor Temim a envoyé un message aux membres de SOUTIEN FRANCAIS A GUILAD SHALIT.

--------------------
Objet : rencontre cet après-midi avec Noam

J'ai rencontré cet après-midi à Paris les representants du Comité de Soutien à Ingrid Bettancourt et Noam Shalit. La Presse que j'avais convoquée au nom de notre association SOUTIEN FRANCAIS A GUILAD SHALIT était largement représentée.

Nous allons définir des actions communes la semaine prochaine avec le Comité s'Ingrid Bettancourt

Je publierai ce week-end des photos de la réunion.

A partir de ce soir I-TELE dans son journal continue va aussi diffuser une interview de Noam et des images de cette réunion.

Recruter des sympathisants autour de vous pour qu'ils se fassent connaître dans notre groupe.
Amitiés

Victor TEMIM
Président SOUTIEN FRANCAIS A GUILAD SHALIT

18:11 Écrit par la vraie sioniste dans POLITIQUE FRANCAISE ISRAEL ET LES JUIFS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

antisemitisme et antisionisme de gauche


Avec le comportement antisémite de Siné le thème de l'antisémitisme de gauche est - hélas - à nouveau un thème d'actualité. Laurent Joffrin dans Libération et Alexandre Adler dans le Figaro nous livrent quelques éléments d'analyse. Le fait est que le Directeur de Charlie Hebdo - Philippe Val - a été amené en conscience à réagir au comportement antisémite de Siné. Ci-dessous, Laurent Joffrin et Alexandre Adler expliquent en quoi le comportement de Siné est condamnable. Et en quoi Philippe Val s'est lui comporté correctement. Les médias parlent rarement de l'antisémitisme de gauche. Les deux textes ci-dessous lèvent un coin de voile sur ce sujet soi-disant tabou. A l'heure ou les Farc, le Hezbollah et les gauchistes collaborent étroitement, il est temps de rompre l'Omerta sur ce sujet.
Miguel Garroté
  
  

gauchisme, islamisme et antisionisme même combat
  
  

Dans un article de Libération intitulé "sanctionner l’antisémitisme" Laurent Joffrin écrit le vendredi 25 juillet :  "Directeur de Charlie Hebdo, Philippe Val ne pouvait laisser passer sans réagir des écrits antisémites dans son propre journal. Tel est le fond de l’affaire qui agite depuis quelques jours les bataillons quelque peu cacochymes de l’extrême gauche «antisioniste». On dit que les écrits de Siné ne sont pas antisémites ? Quelle blague ! Le polémiste lourdingue associe dans la même phrase le juif, l’argent et le pouvoir, en expliquant que l’alliance avec le premier vous donnera les deux autres… Si ce cliché n’est pas antisémite, alors les écrits de Drumont, de Maurras, et de Brasillach, ne le sont pas non plus. Charlie Hebdo est un journal libre, sympathique, notoirement connu pour ses prises de position antiracistes. Comment aurait-il pu se taire après avoir imprimé quelques insanités qui réveillent la vieille et funeste tradition de l’antisémitisme de gauche ? On connaît tout de même la chanson : «Les juifs, c’est l’argent, l’argent c’est le capitalisme, nous sommes contre le capitalisme attaquons les juifs !» Voir Proudhon, Guesde, Déat… Voir les débats à gauche au début de l’affaire Dreyfus («On ne va pas défendre un bourgeois!»). S’agit-il d’un malentendu ? Dans ce cas, Siné pouvait le lever dès l’origine en corrigeant ses propos. S’il ne l’a pas fait c’est qu’il n’y a pas malentendu. Siné pense ce qu’il écrit, il le maintient. C’est son refus de tout correctif qui a créé l’affaire. Publier, c’est choisir. Choisir de ne rien dire après avoir publié Siné, c’est choisir l’antisémitisme. On n’attend pas d’un journal qu’il soit le simple réceptacle des éructations plus ou moins bienvenues de tel ou tel folliculaire. On attend de lui qu’il respecte ses valeurs et ses lecteurs. On dira que Charlie s’est mobilisé contre l’islamisme et que le journal ne peut, en conséquence, censurer des attaques symétriques contre les juifs. C’est introduire la confusion dans les esprits : attaquer une religion n’est pas attaquer une communauté. Réprouver l’intégrisme musulman et dénoncer le pouvoir supposé des juifs ce n’est pas la même chose. On est anti-intégriste dans le premier cas, raciste dans le second. On choisit sa religion, on ne choisit pas son origine. L’islamisme est une religion devenue idéologie politique, soumise comme toutes les autres au feu de la critique et de la satire. Le fait d’être juif n’est pas un choix : attaquer les juifs en tant que juifs, comme le fait Siné, c’est la définition même du racisme. On est un peu accablé d’avoir à rappeler ces principes élémentaires. C’est simplement parce que les pétitionnaires anti-Charlie les oublient".
  
  


L'antisémitisme cuvée 2008.
  

Dans sa chronique du Figaro publiée le samedi 26 juillet  d'Alexandre Adler écrit:   "L'antisémitisme est une bien vilaine chose, même sur le plan esthétique, si l'on oublie Wagner et Céline ; en tout cas, sur le plan moral et, bien souvent, sur le plan politique, malgré les satisfactions que certains y cherchent à court terme. Mais si l'on accepte un point de vue plus immanent que transcendant, on y verra surtout les vertiges et les trébuchements de sociétés, au demeurant forts diverses, qui sont en train de perdre leurs repères essentiels. Examinons donc, sous cet angle, l'affaire Siné. Il ne devrait pas y avoir le moindre doute sur le caractère antisémite des propos de l'auteur. Rappelons tout à trac et dans un ordre dispersé la récidive : Siné a déjà été condamné sévèrement par les tribunaux pour des propos outrageants, et avait déjà comme témoins de moralité quelques-uns des pétitionnaires en sa faveur tels le pontifiant Michel Polac ou l'amusant Guy Bedos. Sans la précaution rhétorique de l'antisionisme, ce sont les juifs qui sont présentés comme les maîtres de l'argent et de la société française. Sans préjuger de l'inévitable réponse des tribunaux, on aurait pu imaginer que la presse et l'opinion reconnaissent le tranquille courage du directeur de Charlie Hebdo, Philippe Val, qui, après avoir épuisé les moyens de sauver la face de Siné, a pris acte de l'incompatibilité morale de sa présence et de celle dudit dessinateur, caricaturiste, au sein d'une même publication. Mais cette attitude pleine de rectitude ne plaît pas aux amis de Siné. Certains invoquent son grand âge, qui semble ne pas avoir joué à l'endroit de Maurice Papon ; d'autres lui prêtent un «tempérament d'anar» qui, à leurs yeux, justifierait tous les excès. On leur répondra sur ce point que de grands intellectuels anarchistes français, comme Octave Mirbeau et Bernard Lazare, ont été des professeurs d'antiracisme, et spécifiquement de dreyfusisme. La réalité, c'est que le terme «anar» ne signifie pas ici l'anarchisme politique qui eut ses gloires parfois et sa dignité toujours, celui de Durruti en Espagne, de Rudolf Rocker en Allemagne, mais plutôt les borborygmes haineux des Céline de grande banlieue (dont Céline lui-même) qui font régulièrement leur apparition dans notre paysage littéraire comme autant de bulles de méthane sur un étang pollué. Le cas Siné est éminemment plus simple, en ce que l'auteur n'a jamais été anarchiste mais bien davantage stalinien endurci. On le retrouve ainsi quasi-éditorialiste graphique de la revue Révolution que le communiste néostalinien d'alors, Jacques Vergès, édite à la fin des années 1950 pour fustiger le XXe congrès du Parti communiste de L'Union soviétique, et exalter la résistance de Mao et de l'Albanais Enver Hodja. Qu'est-ce qui unit de part le monde un islamiste marocain, un communiste russe déçu, un pasteur africain-américain ségrégationniste à l'envers, un intellectuel anglais semi-aristocratique et antiaméricain… et un adversaire rabique du président Nicolas Sarkozy, qui voit en lui l'inacceptable promotion de l'étranger ? L'antisémitisme sert ici de ciment à un authentique vertige identitaire. Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Et pourquoi les juifs semblent-ils ne pas souffrir de ce même vertige ? La réponse est d'ailleurs simple : les juifs aussi, de part le monde, souffrent de ce même vertige. Mais revenons un instant sur la haine antisarkozyste : on aura beau rappeler que le président n'est ni juif par la religion ni même très majoritairement par l'origine, de même qu'on constatera que le président s'est illustré depuis un an par une attention sans faille aux difficultés du monde arabe et a incarné, parfois à tort à mon avis, un recentrement assez sceptique de la politique européenne de la France : qu'importe, dans une mondialisation impétueuse que certains, à droite comme à gauche, vivent comme une agression permanente, un homme, Nicolas Sarkozy, proclame, sans cesse, qu'il est une opportunité pour une France qui peut se secouer de la rancœur petite-bourgeoise de la corporation et de l'éloge de la paresse, et voici que les antisémites, comme un essaim de mouches, s'en prennent à sa personne, ou, le cas échéant, à celle de son fils. Le degré d'horreur et de mépris que cette attitude produira chez nos concitoyens, au-delà des clivages politiques traditionnels, est un test en grandeur réelle de la santé de notre corps politique. La France tombe souvent très bas, mais se relève ensuite plus haut que n'importe laquelle des autres nations de l'Europe. Aujourd'hui, on voit en tout cas qui a la trempe d'un Zola, d'un général Picard : c'est Philippe Val. Et qui a la bassesse de Drumont, de Maurras ou de Bernanos : ce sont les pétitionnaires semi-trotskistes en faveur de l'éternel stalinien Siné".
   
  

on recycle à gôche.
  

15:23 Écrit par la vraie sioniste dans antisemitisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

lettre du crif

 22 août 2008  

Ne pas répondre à cet email. Pour tout contact avec le CRIF, veuillez écrire à l'adresse infocrif@crif.org 

 Communiqués
Le CRIF rend hommage aux dix soldats français morts au champ d’honneur - 22/08/08
Le CRIF s’incline devant la douleur des familles des soldats morts et blessés dans une embuscade en Afghanistan le 18 août dernier.
 
Le CRIF rend hommage à la bravoure de nos soldats qui, dans des conditions difficiles, luttent contre le terrorisme international.
 
Le CRIF salue la mission effectuée par l’armée française pour pacifier la région.
 
 

 Le Crif en action
Le CRIF dénonce la lâche agression dont a été victime un commerçant de confession juive à Marseille - 22/08/08
[lire la suite] 
 
Le CRIF commémore la libération de Paris - 22/08/08
[lire la suite] 
 

 Revue de presse
«C’est toute la nation française qui veut rendre hommage à dix de ses fils» - 22/08/08
[lire la suite] 
 
Enlèvement de journalistes brésiliens par le Hezbollah - 22/08/08
[lire la suite] 
 
Nouvelles menaces terroristes du Hezbollah - 22/08/08
[lire la suite] 
 
Analyse sur la menace terroriste intérieure - 22/08/08
[lire la suite] 
 
Discriminations médicales - 22/08/08
Le syndicat des médecins égyptiens vient d’interdire la « transplantation d’organes entre personnes de religion différentes », c’est-à-dire entre musulmans et coptes, note le Point. « C’est du racisme, un fanatisme aveugle », a déclaré Me Naguib Goubrail, président égyptien de l’Union des droits de l’homme. Les coptes veulent l’annulation du décret. « Nous allons porter plainte devant le Conseil d’Etat », a indiqué Naguib Goubrail.
 
 
 
Extradition d’un criminel nazi vers la Hongrie - 22/08/08
[lire la suite] 
 
Comment faire revivre Haïfa ? - 22/08/08
Courrier international publie un article d’Haaretz qui s’interroge sur les mutations urbaines en Israël et les moyens de faire revivre la ville de Haïfa. En effet, alors que Tel-Aviv connaît un boom économique, Haïfa est manifestement sur le déclin. La troisième ville d’Israël n’attire plus les investisseurs et encore moins la population juive.
 
 

 Chroniques iraniennes
L’Iran veut la souveraineté sur trois îles du Golfe - 22/08/08
Ali Reza Jamshidi, porte-parole du ministre iranien de la Justice a déclaré que la petite et la grande île de Tunb, ainsi qu’Abu Moussa, faisaient intégralement partie du sol iranien. Il a ajouté que la demande du Conseil de coopération des pays du Golfe de laisser la Cour pénale internationale trancher n’a pas lieu d’être, celle-ci n’étant pas habilitée à débattre de la propriété des îles, révèle le MEMRI, dans son blog des médias iraniens.
 
 
Golshiftey Farahani interdite de sortie d’Iran pour avoir joué dans un film américain - 22/08/08
[lire la suite] 
 
Iran - économie : Une « monnaie de singe » nommée chèque billet - 22/08/08
[lire la suite] 
 

 Chroniques onusiennes
L'ONU appelle Israéliens et Palestiniens à parvenir à un accord d'ici décembre - 22/08/08
[lire la suite] 
 
Ban Ki-moon condamne un double attentat suicide au Pakistan - 22/08/08
[lire la suite] 
 

 Lectures
Histoire de la chirurgie esthétique. De l’Antiquité à nos jours
Par le docteur Sydney Ohana (*) - 22/08/08
[lire la suite] 
 

 Manifestations
Mission de solidarité en Israël en novembre 2008 - 22/08/08
L’AUJF, le CRIF et la FSJU organisent une mission de solidarité en Israël du 2 au 9 novembre 2008.
Pré-inscription au 01 42 17 11 96
 
 

 Information
Appel à la libération de Gilad Shalit - 22/08/08
Guilad Shalit: enlevé le 25 juin 2006 par des groupes armés palestiniens est détenu dans la bande de Gaza, territoire entièrement contrôlé par le Hamas.

Il n'a pas été libéré à ce jour et aucune organisation humanitaire n'a pu s'assurer de sa santé ni de ses conditions de détention, en violation des règles internationales applicables.
 
 

14:29 Écrit par la vraie sioniste dans infos et music israel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

education palestinienne


08:49 Écrit par la vraie sioniste dans VIDEO DIVERSES | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/08/2008

sarko et israel

Sarkozy : "Je suis un inconditionnel de la sécurité d'Israël"

[ Ajouter un commentaire ] [ Aucun commentaire ]

21:52 Écrit par la vraie sioniste dans cuisine juive et du monde | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

MAIMONIDE

maimonide

maimonide
Rabbi Moshé ben Maimon, Rambam dit MAÏMONIDE
1135-1204,
Médecin, théologien talmudiste, philosophe espagnol

decorationMaïmonide est la plus grande figure intellectuelle du judaïsme méditerranéen médiéval.



De Cordoue au Caire, il a connu l'errance et une double vie de médecin juif, de chef de communauté et d'intellectuel "arabe".

"Que la Lumière des Sages Brille et Nous Guide"

Rabbi Moshé ben Maimon, connu sous l'acronyme de Rambam, les Chrétiens occidentaux le connaissent sous le pseudonyme de Moïse Maïmonide et les Musulmans sous le nom de Mussa bin Maimun ibn Abdallah al-Kurtubi al-Israili, est né le 30 mars 1135, à Cordoue, sur les rives du Guadalquivir, en Espagne islamisée, il est issu de la dynastie des Maïmonides, une longue lignée de rabbins et de hauts dignitaires juifs. Le fait que la date précise de sa naissance soit connue, témoigne de la renommée du personnage.

Son père, rabbi Maïmon ben Yossef, le dayan (juge rabbinique), sage et érudit, dirige la communauté juive de Cordoue sous le règne des tolérants Almoravides. Il l'instruit en théologie, mathématiques et astronomie. Quelques enseignants arabes et juifs complètent sa formation en philosophie et médecine. Le jeune Maimonide alliait à son talent naturel, une soif d'apprendre, une volonté de fer et une grande pureté de mœurs. C'était l'époque de l'âge d'or judéo-musulman.

Il était enfant, alors que sa mère Rebecca s'affaiblissait de plus en plus, malgré les soins prodigués par Abbas, le Mufti de Cordoue. C'est Moshé qui apportait à Rebecca les plantes médicinales préparées par Abbas pour la soulager, mais elle finira par décéder de maladie laissant deux fils et une fille. Cet événement, déterminera Moshé à devenir médecin, et l'engagera à se poser la question du devenir de l'âme et à approfondir sa quête mystique. Orphelin de mère très jeune, aîné de deux garçons, il était destiné à succéder à son père, le dayan.

En 1148, l'intolérance et les persécutions religieuses contre les chrétiens et les juifs d'Espagne, des nouveaux princes Almohades, musulmans fanatiques au pouvoir en Espagne, imposent la conversion, la mort violente par décapitation, ou la fuite.
La tolérance

Maïmonide avait 13 ans quand il eut le choix entre la conversion à l'Islam et la mort. La question de sa conversion forcée à l'islam est un fait discuté par ses biographes : impensable selon les uns, "hautement probable" selon les autres. La controverse symbolise la situation de nombreuses communautés juives à cette période de l'Histoire. La réponse du philosophe emprunte deux voies différentes. Le théologien insiste sur le monothéisme de la religion musulmane, semblable à l'essence du judaïsme, - (il serait resté musulman jusqu'à l'âge de 29 ans), - le sage préconise, afin de préserver sa vie, la fuite vers des régions plus tolérantes.
La fuite

Finalement le groupe familial est contraint à fuir Cordoue. C'est ainsi qu'il erra pendant dix ans dans différentes villes au sud de l'Espagne (Grenade, Séville, Almeria), avant de gagner la ville de Fès au Maroc. Au cours de son séjour à Fès qui dura de cinq à six ans (de 1159 à 1165), Maïmonide eu le loisir d'approfondir ses connaissances médicales au contact des livres d'Hippocrate et de Gallien.
Maroc

Le Maroc devint lui aussi le théâtre de massacres sur fond d'intolérance religieuse (exécution publique du maître en Talmud de Maimonide, rabbi Judah Ha-Cohen ben Soussan), et la famille Maïmon dut émigrer en Palestine (Eretz Israel pour les Juifs, Terre Sainte pour les Chrétiens, Terre Sacrée pour les musulmans) vers 1165. D'abord à Akko (Saint Jean D'Acre), puis à Jérusalem, qui était alors aux mains des croisés et où les juifs n'avaient pas droit de séjour. Sa visite au tombeau d'Abraham et des Patriarches à Hébron est un moment de grande émotion, la famille Maimon avait pu s'y rendre grâce à un laisser passer, délivré par le très chrétien Richard Cœur de Lion (1157-1199) que Maimonide avait soigné.
Egypte

Ne pouvant rester en Palestine, la famille Maimon se rendit en Egypte où la communauté juive était importante et vivait dans une paix relative et transita par Alexandrie avant de s'installer à Fostat dans la banlieue du Caire.

David, le fils cadet, faisait le commerce des pierres précieuses, alliant son goût pour les voyages et l'aventure à son goût pour les affaires et permettant ainsi à son père et à son frère aîné Moshé de poursuivre leurs études. Maimonide

Moshé lisait les textes bibliques, les philosophes grecs en particulier Aristote, les auteurs médicaux : Galien, Hippocrate et Avicenne, il étudiait la médecine sous la direction de maîtres juifs et musulmans, il faisait ses propres expériences, il confrontait ses idées avec les penseurs de son époque, principalement Averroès et surtout il écrivait. Les juifs en Egypte d'alors étaient pour beaucoup des karaïtes, le karaïsme faisant à l'époque figure de judaïsme libéral; c'est une des explications de l'installation de Maimonide en Egypte, afin de ramener ses coreligionnaires à un judaïsme plus traditionnel.

C'est là que mourut le rabbi Maïmon (le père) vers 1170, après avoir encouragé sa famille à s'établir sous la protection du Vizir Saladin. Puis David, son frère, périt en mer au cours d'un voyage en 1178. Moshé se retrouva démuni. Il devait entretenir la veuve de son frère et ses deux enfants.

Maïmonide commença à gagner sa vie en se livrant quelque temps au commerce des pierres précieuses et ouvrit des cours publics de philosophie, de théologie et de médecine et en prodiguant des soins, grâce à ce qu'il avait appris de son père, de ses maîtres et de la Torah. Bien vite médecin émérite, médecin des pauvres et des riches, médecin des juifs et des arabes, Maïmonide fut un des plus célèbres herboristes et phytothérapeutes, et reste une référence jusqu'à nos jours. Sa réputation comme philosophe talmudiste et comme médecin sera telle qu'il devint le médecin de la cour des Fatimides (chiites, descendants du prophète par Fatima Zahra), du vizir Al-Fadhil et de son entourage puis du sultan Saladin (Salah-Al-Din), sunnite, quand celui rentra de Jérusalem, où il luttait contre les croisés. On venait aussi le consulter depuis la Syrie, la Palestine, et encore de plus loin. On dit même qu'au cours de la troisième croisade, Richard Cœur de Lion s'efforça, en vain, de l'attirer auprès de lui à Ashkelon en Palestine.

Il préside le Collège Rabbinique et s'occupe ardemment de la communauté juive d'Egypte dont il est bientôt nommé chef, "Naguid" et son représentant auprès du souverain et à ce titre responsable de l'organisation intérieure et des règlements judiciaires. Il eut de ce fait de nombreuses correspondances avec les représentants de différentes communautés y compris en dehors de l'Egypte ("Lettre aux érudits de Marseille").

L'œuvre de Maimonide presque entièrement rédigée en judéo-arabe se définit selon trois perspectives : le théologien (codification exhaustive de la tradition écrite et orale juive), le philosophe (analyse minutieuse des textes bibliques) et le médecin (ses écrits médicaux sont basés en partie sur les écrits des médecins grecs); il écrit suivant une ligne directrice basée sur la concordance entre la raison et la foi.
Le Théologien Talmudiste

Maïmonide Le Talmudest un véritable guide spirituel pour sa propre génération comme pour les générations suivantes. La rigueur qu'il s'imposait personnellement contrastait avec la tolérance admirable dont il faisait preuve envers les autres. Il entreprend donc une codification exhausrtive de la tradition écrite et orale juive, s'appuyant à la fois sur la Torah (les cinqs premiers livres de la Bible ou Pentateuque pour les chrétiens) et sur tous les commentaires et exégèses qui s'y rapportent en remontant jusqu'à Moïse. Le souci de Maimonide était d'ajouter son interprétation et ses vues pesonnelles après y avoir mis un certain ordre.
Le Sefer Hamitzvot "Livre des Commandements"

Composé initialement en judéo-arabe Torahet paru sous le titre arabe "Kitab al-Faraid" il fut traduit par le rabbin provençal Moshe ibn Tibbon (XIIIe s.), - dont le père avait correspondu avec Maimonide -, et imprimé pour la première fois en 1497. Il présente les 613 commandements contenus dans la Torah, Loi écrite du judaïsme qui constitue l'armature de la Loi juive, il y précise les 248 préceptes positifs et les 365 interdits. Cette œuvre est considérée comme l'autorité majeure en matière de comput de prescriptions, et de nombreuses œuvres ultérieures se réfèrent à son énumération (avec, parfois, des variations mineures). L'œuvre a fait l'objet d'un grand nombre de commentaires.
la Mishneh Torah "Répétition de la Loi"

Sa "grande compilation" achevée vers 1180 témoigne d'un grand courage intellectuel. Cette œuvre d'exégèse de la Loi orale juive ne se réfère pas à la Guemara. Il n'hésite pas à en donner une interprétation différente, ce qui provoquera des colères rabbiniques. Le texte le plus connu sous le nom d'Avot ("traité des Pères"), constitue un court traité de théologie et de philosophie, un "livre de la connaissance". La Mishneh Torah de Maïmonide est une synthèse magistrale des deux Talmuds, parfois considérée comme une véritable "modernisation du judaïsme". C'est la seule œuvre de Maïmon écrite en hébreu. Elle comprend 14 livres (en hébreu, ce chiffre se dit Yad et signifie aussi la main, d'où le sous-titre "Le livre de la Main"). Cette œuvre, germée dans un milieu culturel musulman, fut parfois mal comprise des juifs de France. Objet de scandale au Moyen Age, elle fut brûlée à Montpellier, à Marseille (sur dénonciations auprès de l'ordre des Dominicains par certaines communautés juives). Les rabbins du Nord de la France prononcèrent un "herem" (interdit) contre l'œuvre philosophique et certaines parties de l'œuvre rabbinique accusée d'être "contaminée" par Aristote. La "grande controverse" gagna l'Espagne et l'Orient ; se calma puis rebondit au XIVe siècle.

Le but de Rambam était de mettre la connaissance de toute la Loi orale à la portée du peuple, afin qu'elle ne fut pas seulement le domaine d'une élite d'érudits.

On peut y lire de nombreux commentaires relatifs à la médecine: l'anatomie, la physiologie, la pathologie humaine et animal, l'obstétrique, la vocation divine du médecin, la diététique, les relations sexuelles permises ou interdites, la circoncision, la mort, la génération spontanée, l'alcoolisme... il explique la manière dont la Torah envisage l'idéal de paix :
"Les Sages et les Prophètes n'attendent pas de l'ère messianique qu'elle leur permette de gouverner le monde ou d'asservir les nations, mais qu'elle nous rende libres de rechercher la Torah et sa sagesse. En ce temps-là, il n'y aura ni faim ni guerre, ni jalousie ni dissension. Le monde entier sera occupé à acquérir la connaissance de Hachem ainsi qu'il est écrit : "Le monde sera rempli de la connaissance de Hachem comme les eaux couvrent la mer".
Perouch Hamichna " Commentaire de la Mischna"

Il avait commencé la rédaction de son commentaire sur la Mischna à 23 ans et qu'il continuait à rédiger depuis, au milieu de toutes ses pérégrinations. Cette œuvre, écrite en arabe et intitulée Siradj (Luminaire), fut terminée en 1168. Elle avait pour but de faciliter l'étude de la tradition orale, obscurcie par des discussions sans fin et des interprétations erronées, et d'en élucider les points difficiles par des explications brèves et claires.

Esprit rationaliste, Maïmonide traite avec prédilection les questions de la Mishna qui touchent à la science, et où il peut invoquer des principes tirés des mathématiques, de l'astronomie, de la physique, de l'anatomie, de la morale et de la philosophie. Il s'élève contre les pratiques de magie et de sorcellerie fréquemment pratiquées à son époque. Il eut à faire face à une violente opposition.

Maïmonide arriva à se persuader que le judaïsme lui-même était une philosophie révélée et avait pour but de régler non seulement la conduite religieuse et morale des Juifs, mais aussi leurs pensées et leurs croyances. De là, sa résolution d'établir la dogmatique du judaïsme. Maïmonide fixe ses articles de foi au nombre de treize :
• Dieu existe;
• Dieu est un;
• Dieu est incorporel et immuable;
• Dieu est éternel et a été antérieur à toute création;
• Dieu seul est digne de notre adoration;
• Dieu communique avec l'homme par la prophétie;
• Moïse a été le plus grand des prophètes;
• la Thora est d'origine divine;
• la Thora est immuable;
• Dieu connaît toutes nos pensées;
• Dieu récompense les bons et punit les méchants;
• Dieu enverra un jour le Messie;
• Dieu ressuscitera les morts (s'agissait il de la résurrection de l'âme ou des corps ?).

Lettres de consolation

Dans sa lettre de consolation aux juifs du Yémen il écrit aux convertis forcés que celui qui dit ses prières et pratique les bonnes œuvres demeure juif.

Dans d'autres lettres, il parle de la résurrection, de la conversion et il répond aux juifs de cette époque plus que troublée, qui se croyaient oubliés par Dieu.
Le Philosophe

C'est surtout par ses ouvrages philosophiques que Maïmonide a mérité de passer à la postérité. Il chercha à concilier la raison et la foi.
Le Moreh Neboukhim "Guide des Egarés" (ou "Guide des perplexes")

Ecrit en arabe, "Dalâlat al-hâ 'irin" signifie "ce qui montre le chemin à ceux qui ne l'ont pas trouvé". Achevé vers 1190, traduit en hébreu vers 1204 par Samuel ibn Tibbon, le "Moreh Neboukhim", est écrit sous la forme d'une longue lettre à l'un de ses étudiants [Joseph ben Yehuda (Ben Aqnin)]. C'est un traité philosophique d'une grande profondeur. Le Guide des Égarés tente surtout de mettre en accord l'enseignement de la Bible et de ses commentaires avec la philosophie d'Aristote. Dans cet ouvrage Maimonide procède à une analyse minutieuse des textes bibliques en essayant d'en découvrir et d'en cerner la signification exacte, à travers les symbolismes et les allégories du texte sacré. Pour cela il s'inspirait du rationalisme et de la logique d'Aristote, dont il avait pris connaissance dans les traductions et l'héritage des pérudits et philosophes arabes. Maimonide réservait cette recherche philosophique de Dieu à une élite, la loi inscrite dans la Halakka (règle de conduite, corps de lois traditionnelles fondé sur des interprétations rabbiniques) et l'ensemble du Talmud étant destinée certes à tous, mais surtout au peuple.
Guide des Egarés
Le Guide des Égarés
ms. hébreu, XIVe s., Majorque, 1352
traduction de Samuel Ibn Tibbon
Bibliothèque nationale de France
département des manuscrits
© cliché Bibliothèque nationale de France

Son "Moréh Nébouchim" s'adresse aux intellectuels qui, après avoir vainement cherché une conciliation entre le sens littéral des Ecritures (tradition religieuse) avec les vérités rationnelles (pensée scientifique), demeurent dans le doute et l'inquiétude. Il tente de mettre en accord l'enseignement de la Torah et de ses commentaires avec la philosophie d'Aristote. Il persiste à considérer la Loi comme la révélation des plus hautes vérités mais, quand le texte de la Loi est contredit par une proposition scientifiquement démontrée, il rejette le sens littéral et lui substitue une interprétation allégorique.

"L'Ecriture, dit-il, est comme un puits caché à une grande profondeur. Et ce n'est que par l'interprétation des allégories, et d'une allégorie par l'autre, que l'on noue, en quelque sorte, les cordes qui servent à y puiser". (...)

Grand admirateur d'Aristote, comme beaucoup de penseurs juifs, Maimonide voulut prouver l'union de la Philosophie et de la Tradition. Avec Aristote, il admet l'absolue simplicité de l'essence divine. Mais, pour rester fidèle à la théorie biblique de la création, il croit, à l'encontre d'Aristote, que Dieu n'a pas seulement tiré du néant la forme, mais aussi la matière du monde. La divinité ne peut être définie; on ne peut affirmer d'elle ni qualités ni relations réelles; on ne peut lui attribuer que des pouvoirs actifs. Il a incité par son exemple les juifs à l'étude d'Aristote et les a mis ainsi en mesure de transmettre la science des Arabes à l'Europe chrétienne.

En morale, Maïmonide affirme sans restriction la thèse de la liberté humaine. L'humain est bon ou mauvais volontairement et la prescience (connaissance du futur) divine n'altère en rien sa liberté. Il est capable d'accomplir le bien pour lui-même en tout désintéressement ou par amour de Dieu.

A propos des lois juives sur l'alimentation (Cacherout), il dit dans le Guide Des Egarés III 35 :
" ... Les lois alimentaires nous éduquent à la maîtrise de nos instincts. Elles nous habituent à contenir l'avidité et la faiblesse qu'on éprouve de rechercher ce qu'il y a de plus doux et d'adopter comme but, la passion de manger et de boire... "

Ainsi, pour Maïmonide, ces lois alimentaires de la Torah sont, entre autres significations, un exercice d'auto-discipline pour aider l'homme à réprimer son instinct animal à l'égard de la nourriture. Maïmonide poursuit : "... Quant à ce qui est indispensable, comme de manger et de boire, l'homme doit se borner à ce qui est le plus utile et avoir en vue le seul besoin de se nourrir et non la jouissance, il faut se borner au nécessaire et s'abstenir du superflu". De portée universelle, le Guide constitue une analyse approfondie du judaïsme, dans le domaine des croyances comme dans ses aspects rituels. Il y est question de Dieu, de la Création, de la Prophétie.

Il influença, sans aucun doute, de manière décisive la pensée monothéiste du monde chrétien, en particulier de Thomas d'Acquin, malgrè une divergence fondamentale de l'approche et de la conception de la révélation divine; ce qui est un comble pour un philosophe influencé lui-même par le judaïsme, le monde arabe et la pensée grecque mais pas du tout par le monde chrétien.
La Lettre sur l'Astrologie

Sa "Lettre sur l'Astrologie", répond à une interrogation des rabbins de France et conclut en faveur d'une indiscutable responsabilité de l'homme. Le créateur guide l'homme mais celui ci a le pouvoir de décider le bien ou le mal. Il ne pense donc pas que les aléas de l'heure ou du jour de la naissance pourraient influencer nos actions.
Influence philosophique de Maïmonide

Non seulement il fut un des premiers intermédiaires entre Aristote et les docteurs de la scolastique, mais ceux-ci l'ont connu et lui ont rendu justice par la bouche d'Albert le Grand et de Saint Thomas. Mais c'est surtout au sein de la société juive qu'il a opéré une véritable révolution intellectuelle en introduisant de l'ordre dans les compilations talmudiques, en protestant contre l'interprétation purement littérale de la Loi, en essayant de concilier la religion judaïque avec la philosophie. II a été l'inspirateur non seulement du grand mouvement de philosophie juive du XIIIe siècle, mais encore le guide intellectuel des grands philosophes juifs postérieurs, Spinoza, Mendelssohn et Salomon Maïmon. (Théodore Ruyssen) ainsi que des penseurs chrétiens, Thomas d'Aquin en particulier..
Le Médecin

La profession médicale était pour lui une part entière de la vénération divine. Le médecin se doit d'être parfait intellectuellement et moralement, les connaissances médicales ne lui suffisent pas.

Médecin il fut assez ouvert pour penser l'homme comme une totalité dans laquelle l'âme et le corps sont indissociables. La médecine de Maimonide puisait à trois sources :
- les notions de santé dans la Tradition Hébraïque,
- la médecine pratiquée à son époque,
- ses propres recherches et analyses liées à des expérimentations personnelles.

Une dizaine de livres de médecine lui sont attribués qui ont été écrits en arabe avant d'être traduit en hébreu, en particulier par son disciple Samuel ibn Tibbon de Montpellier. Une grande partie de cette littérature fut écrite au service des monarques arabes auxquels il était subordonné. On peut citer entre autres:
Le Traité des Aphorismes médicaux de Moïse

Basé en partie sur les écrits des médecins grecs, cet ouvrage embrasse tous les aspects des diverses branches de la médecine, tant en ce qui concerne la symptomatologie, le diagnostic et le traitement des maladies que leurs fondements anatomiques et physiopathologiques, ainsi que l'ensemble de la thérapeutique médicamenteuse. Sa science médicale s'appuyait sur des observations rigoureuses, faisant abstraction de toute superstition et de rites obscurs. Il attachait une grande importance à l'équilibre entre le corps et l'âme et au respect d'une saine hygiène de vie.

Le Traité est divisé en 25 grands chapitres, où l'on aborde : l'anatomie et la physiologie, les humeurs, la déontologie, la symptomatologie, les troubles de la parole, la thérapeutique générale, les maladies "spéciales", les fièvres, les périodes d'incubation, les saignées, les purgatifs et les vomissements, la chirurgie, la gynécologie, l'hygiène, la condition physique et le sport, la balnéation, les aliments et les boissons, les drogues, les médicaments "magiques", la physio-pathologie, les cas rares, et enfin, le doute médical (surtout par rapport à certains écrits de Galien)

Un grand nombre de spécialités sont traitées depuis les troubles cardio-vasculaires, le diabète sucré, les tumeurs, la psychosomatique, les nerfs, le tube digestif, les troubles respiratoires, les maladies infectieuses et le sport, l'anesthésie.

A lui seul, ce "Traité des Aphorismes" constitue une somme des connaissances médicales de l'époque, depuis les apports de la Médecine Hippocratique jusqu'aux pratiques du XIIe siècle, celui de Maïmonide.

Il a été la source médicale la plus consultée du Moyen Age.
Le Traité des poisons et leurs antidotes

Rédigé en 1198, à la demande du Vizir Al Afdal, il y traite des morsures de serpents, des différents poisons, de la pharmacologie et des antidotes, des traitements généraux, des régimes diététiques, de la prophylaxie de l'empoisonnement. Il recommande également de distinguer soigneusement entre les morsures de chiens enragés et celles causées par des animaux agressifs mais sains.
Le Traité de l'asthme

Il y traite de l'origine psychosomatiques, de thérapeutique, d'expérimentations personnelles, de l'alimentation : en quantité et en qualité, des horaires des repas, de l'environnement. Maimonide considère que la maladie résulte de la rupture d'un équilibre. Cet équilibre, physique et mental, sera maintenu chez celui qui saura s'en tenir au juste milieu. Le corps et l'esprit, bien que réalités distinctes, entretiennent chez l'être humain des relations d'interdépendances. Tout déséquilibre dans l'un se répercute sur l'autre, compromettant ainsi l'harmonie de l'être humain: "Il est clair pour les médecins, que l'on ne peut parvenir à la thérapeutique des maladies de manière directe ; il faut s'efforcer avant tout de bien connaître le tempérament du malade..."
" Quant aux émotions, leur importance nous est connue ; c'est à dire que l'action de la souffrance morale et de l'oppression, que nous constatons, affaiblit les fonctions psychiques et physiques à tel point qu'au cours des repas, l'appétit disparaît à cause de la douleur, de l'angoisse, de la tristesse ou des soucis. Si l'homme veut alors élever la voix, cela lui sera impossible, car son émotion affaiblit ses organes respiratoires dont il ne pourra se servir convenablement... Il n'a même pas de force pour lever ou déplacer ses membres. Si cet état persiste, il tombera obligatoirement malade et si cela se prolonge, il mourra... La joie et le plaisir provoquent l'état contraire et renforcent le moral et les mouvements du sang et de l'esprit. Ainsi, l'organisme verra s'accomplir ses fonctions aussi complètement que possible".
Le Traité sur les Aphrodisiaques ou Traité de la vie conjugale

Ecrit à la demande d'un neveu de Saladin en 1190, Maïmonide y aborde les facteurs psychologiques, le nombre des partenaires, les aliments et boissons intervenants dans la sexualité, les aliments contre-indiqués, les mets cuisinés, recettes et aphrodisiaques et l'hygiène de vie à suivre.
Le Traité des hémorroïdes

On peut y lire des des conseils sur les mets bénéfiques et ceux à éviter pour celui qui souffre d'hémorroïdes, des mesures de prophylaxie et de thérapeutique générale et locale.
Le Traité de conservation de la Santé

"L'essentiel pour l'alimentation (comme dans tous les domaines) est de parvenir à un équilibre et de s'y tenir..." Il y donne des règles pour maintenir la santé physique, mentale, sociale. Il y énonce les règles générales concernant l'individu, la communauté. Il élevait le régime alimentaire et sanitaire à un devoir religieux pour tout homme. Il reprend les recommandations de la Tradition Hébraïque (Talmud Berahot 62 b) : "On ne mangera jamais que l'on ait faim et l'on ne boira jamais que l'on ait soif". - "On ne se retiendra jamais pour satisfaire ses besoins naturels même un instant tant pour uriner que pour aller à la selle" (Chabbat 82a).

Maimonide ajoute cette notion d'hygiène alimentaire: "... Lorsque l'homme travaille, se fatigue suffisamment, se nourrit modérément et lorsque ses intestins se vident facilement : ses forces se raffermissent..."
"Par contre, qui mène une vie tranquille sans exercice physique, qui tarde à satisfaire ses besoins naturels,... mangerait-il des aliments sains... que, sa vie durant, il serait sujet à des affections diverses."

Maimonide apparaît même prémonitoire lorsqu'il écrit: "La gloutonnerie est comme un poison mortel pour le corps humain et la véritable cause de toutes les affections... dont la plupart ont pour origine les aliments nuisibles, une alimentation trop abondante, même lorsqu'il s'agit d'aliments sains".
Commentaires des aphorismes d'Hippocrate

Dans ses "Commentaires des aphorismes d'Hippocrate" il considère les aphorismes d'Hippocrate comme l'œuvre la plus utile pour un médecin tout en estimant utile d'en clarifier certains points. Il commente également l'œuvre de Galien. Il éclaircit certains points obscurs, en réfute d'autres, son but étant de faciliter l'acquisition des connaissances.
Le Traité des réponses médicales

Son "Traité des réponses médicales" contient des études sur la personnalité du Vizir Al Afdal et des conseils sur son emploi du temps, des aperçus sur les problèmes de déontologie, et enfin une mise en relation de la médecine et de la religion.
Les Aphorismes de Moïse Maimonide ou Fusul Moussa

Maïmonide a résumé toute sa pratique médicale dans un ouvrage célèbre qu'il intitula « Fusul Moussa » c'est à dire les Aphorismes de Moïse Maïmonide. Il s'y présente humblement comme un simple compilateur des œuvres d'Hippocrate et de Galien mais en y rajoutant les notions qu'il avait acquises et qui venaient de son éthique juive. Il prétendait avoir écrit ces aphorismes pour son usage personnel : « pour le moment où sa mémoire lui ferait défaut ». En fait, ces aphorismes ont été extrêmement utilisés par tous les praticiens médiévaux. Ils furent traduits une première fois en hébreu en 1280 et une version imprimée parut en 1834 mais dès 1489 une traduction latine fut éditée à Bologne avec quelques années plus tard, en 1579, une version abrégée qui parût à Bâle.
Le Glossaire de phytothérapie

En 1932, on a retrouvé un "glossaire de phytothérapie", de 350 remèdes à base de plantes, classées par ordre alphabétique avec leurs noms populaires (en arabe, grec, persan et en dialecte berbère, marocain, égyptien).

A la différence de ses confrères juifs, son œuvre conseille la modération dans les prescriptions, associant les remèdes au soutien psychologique. C'est ainsi qu'il considère que les "médicaments ne servent qu'à soutenir la nature dans sa tâche, mais ne peuvent se substituer à elle." Pour lui, la guérison est synonyme du retour à un équilibre antérieur (à la nature), momentanément perturbé par la maladie. Cette réflexion est un exemple accompli de médecine orientale et qui plus est en accord avec la Torah, dans laquelle la maladie est le contraire du bien-être.
Pour y parvenir, il conseille d'utiliser autant, les ressources du corps, que l'on pourrait appeler "l'hygiène de vie", que les facultés de l'esprit mobilisées dans le cadre d'une dynamique pré-dictée par le Créateur. Il faut que l'homme fasse le bilan de ses actions par rapport à ce qu'il doit ou aurait dû faire et remédie à son grief ou à celui d'autrui, en réparant sa ou ses fautes.
Ce compromis peut laisser entrevoir, pour la médecine occidentale, les ressources de ce que l'on appelle aujourd'hui la médecine psycho-somatique.
La Prière Médicale

La Prière Médicale qui lui est attribuée est parue pour la première fois en Allemand en 1783 sans que la trace d'un original en Hébreu ne soit mentionée. Son origine est donc douteuse et pour certains elle aurait été composée à partir de la "Prière médicale d'un médecin juif de Rome" écrite par Jacob Zahalon au XVIIe siècle. Il est admis qu'elle correspond bien à l'esprit de Maimonide et à l'esprit des médecins juifs du Moyen Age. Le Pr Fred Rosner (in "la Médecine tirée du Mishneh Torah"), par exemple, estime qu'elle ne peut pas être antérieure à 1783.

"Mon Dieu, remplis mon âme d'amour pour l'art (médical) et pour toutes les créatures. N'admets pas que la soif du gain et la recherche de la gloire m'influencent dans l'exercice de mon Art, car les ennemis de la vérité et de l'amour des hommes pourraient facilement m'abuser et m'éloigner du noble devoir de faire du bien à tes enfants. Soutiens la force de mon coeur pour qu'il soit toujours prêt à servir le pauvre et le riche, l'ami et l'ennemi, le bon et le mauvais.
Fais que je ne vois que l'homme dans celui qui souffre. Fais que mon esprit reste clair auprès du lit du malade et qu'il ne soit distrait par aucune chose étrangère afin qu'il ait présent tout ce que l'expérience et la science lui ont enseigné, car grandes et sublimes sont les recherches scientifiques qui ont pour but de conserver la santé et la vie de toutes les créatures.
Fais que mes malades aient confiance en moi et mon Art pour qu'ils suivent mes conseils et mes prescriptions. Eloigne de leur lit les charlatans, l'armée des parents aux mille conseils, et les gardes qui savent toujours tout : car c'est une engeance dangereuse qui, par vanité, fait échouer les meilleures intentions de l'Art et conduit souvent les créatures à la mort. Si les ignorants me blâment et me raillent, fais que l'amour de mon Art, comme une cuirasse, me rende invulnérable, pour que je puisse persévérer dans le vrai, sans égard au prestige, au renom et à l'âge de mes ennemis. Prête-moi, mon Dieu, l'indulgence et la patience auprès des malades entêtés et grossiers.
Fais que je sois modéré en tout, mais insatiable dans mon amour de la science. Eloigne de moi l'idée que je peux tout. Donne-moi la force, la volonté et l'occasion d'élargir de plus en plus mes connaissances. Je peux aujourd'hui découvrir dans mon savoir des choses que je ne soupçonnais pas hier, car l'Art est grand mais l'esprit de l'homme pénètre toujours plus avant."
(Traduction tirée de : Soulier, Du Serment d'Hippocrate à l'éthique médicale, Thèse médecine, Marseille, 1985)



Marié à la sœur du secrétaire royal du vizir, le vieux sage meurt à Foustat (le vieux Caire) en Egypte le 13 décembre 1204, à l'âge de soixante-dix ans, laissant derrière lui un fils de dix-sept ans apte à préserver l'héritage intellectuel du philosophe. Rabbi Moshé ben Maimon "Rambam" sera inhumé à Tibériade, aux cotés de son père, dont le caveau est parallèle au sien. Sur sa tombe est inscrit en Hébreu l'épitaphe :

"Mi Moshé ad Moshé, Lo Kam ké Moshé"
"Depuis Moïse (le prophète) jusqu'à Moïse (ben Maimon), aucun autre Moïse ne s'est manifesté » (allusion Deutéronome, verset XXXIV, 10).
Dans ce cimetière se trouvent les caveaux de très grands rabbins et de très grandes figures du judaïsme.

L'ensemble de l'œuvre de Maïmonide est profonde, claire et concise. "Pilier universel de la connaissance" pour l'ensemble de l'Humanité. Il est "Prince des Médecins" pour le monde médical, il est "l'Aigle de la Synagogue" pour les juifs. Toute conception rationaliste du judaïsme, jusqu'à ce jour, se réclame de Maïmonide.
Cette page a été conçue, écrite et réalisée avec l'amical concours de Jacques Allouche.

18:13 Écrit par la vraie sioniste dans thora judaisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |