25/08/2008

chasse aux neonazis

Vague d’arrestations chez les néo-nazis

dimanche 24 août 2008, par LDJ

source : l’Aisne Nouvelle

Week end dernier, c’est la fête au village, à Mont-d’Origny, près de Saint-Quentin dans l’Aisne.

Dans la nuit du samedi au dimanche, un bal disco est organisé en marge de la fête foraine.

Vers deux heures du matin, plusieurs jeunes, originaires de villages voisins, font irruption à proximité des manèges, ivres à priori.

Que se passe-t-il alors ?

Selon les premiers éléments recueillis, il semble en fait que la bande de jeunes, aux crânes rasés soit arrivée en criant notamment "Sieg Hell" et en vantant la supériorité de la "race aryenne". Selon le journal l’Aisne Nouvelle, "après avoir entendu qu’un des hommes présents à proximité se prénommait Abraham, un prénom à consonance juive, ils se sont rué sur lui et lui ont porté plusieurs coups. Son beau-frère a également été légèrement blessé" ; une agression qui aurait duré près d’une demi-heure est-t-il précisé.

Cinq garçons ont été placés en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Ribemont, chargée de l’enquête.

Mercredi, des perquisitions, fructueuses, ont été effectuées. Toutefois, ni la hiérarchie de la gendarmerie, ni le parquet de Saint-Quentin, n’ont encore souhaité s’exprimer sur la délicate enquête que mènent actuellement les enquêteurs de la compagnie de Saint-Quentin, non seulement parce qu’elle est toujours en cours, mais aussi, comme le souligne le journal, "parce qu’elle concerne un "milieu" relativement mal connu : le mouvement néo-nazi"

Cinq garçons proches de la mouvance néo-nazie étaient en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie, hier, après une agression à la fête foraine de Mont-d’Origny, samedi soir. Originaires de villages voisins, ils avaient frappé deux hommes en criant gloire à Hitler. Des perquisitions, fructueuses, ont été effectuées hier (mercredi 20 août).

« Rien à déclarer ». La rengaine est la même auprès de la hiérarchie de la gendarmerie et du parquet de Saint-Quentin. Ni les militaires ni les magistrats ne souhaitent s’étaler, pour l’heure, sur la délicate enquête que mènent actuellement les enquêteurs de la compagnie de Saint-Quentin. Parce qu’elle est toujours en cours mais aussi parce qu’elle concerne un « milieu » relativement mal connu : le mouvement néo-nazi. L’affaire commence dans la nuit de samedi à dimanche à Mont-d’Origny. Un bal disco est organisé au village en marge de la fête foraine annuelle. Vers 2 h du matin, alors que les festivités s’étaient jusqu’alors relativement bien déroulées, plusieurs jeunes - moins d’une dizaine - font irruption à proximité des manèges.

Les témoignages sur ce point divergent. « Ils étaient armés de barres de fer », croit savoir un témoin. « Ils se sont battus avec les forains », ajoute un autre. « Ils s’en sont pris à un handicapé », a-t-on également pu entendre. Selon les premiers éléments recueillis, il semble en fait que la bande de jeunes aux crânes rasés, ivres, soit arrivée en criant notamment « Sieg Heil » et en vantant la supériorité de « la race aryenne ». Après avoir entendu qu’un des hommes présents à proximité se prénommait Abraham, un prénom à consonance juive, ils se sont rué sur lui et lui ont porté plusieurs coups. Son beau-frère a également été légèrement blessé. L’agression aurait duré près d’une demi-heure. Le lendemain, les gendarmes de Ribemont ont commencé leur enquête. Délicate.

Livres et photos néo-nazis saisis

Témoins peu prolixes, faits ayant eu lieu de nuit, multitudes de versions ont compliqué les investigations. Mais, hier, les militaires sont passés à l’action en toute discrétion. Ils ont, en effet, mené cinq perquisitions, dont une à Saint-Quentin, et ramené dans leurs filets cinq suspects. Tous appartiendraient à une mouvance néo-nazie assez peu organisée. « Le mouvement regroupe 15 ou 20 personnes dans l’Aisne. Le phénomène est assez marginal mais nous les surveillons de près. Chaque année, des associations douteuses sont dissoutes », confient les autorités. Selon nos informations, le coup de filet mené par les gendarmes hier matin a également permis de découvrir quelques livres traitant de l’idéologie hitlérienne, des photos et divers objets. Les cinq interpellés ont été placés en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie. Ils devraient être présentés au parquet aujourd’hui et poursuivis pour violence avec arme, en réunion et à caractère raciste.

UNE MOUVANCE SURVEILLEE DE PRES

Il est forcément difficile de connaître avec précision l’activité réelle et l’influence des groupuscules néo-nazis. Les actes antisémites revendiquant la filiation hitlérienne sont souvent marquants, toujours nauséabonds mais restent globalement isolés, au moins dans l’Aisne Les services de renseignements du département n’ont pas constaté d’augmentation sensible d’une violence d’extrême droite dans le secteur même si les actes tels que celui observé à Mont-d’Origny sont étudiés à la loupe. Déjà en avril 2006, la profanation du cimetière de Fonsommes, où l’on avait retrouvé des croix gammées inscrites sur les tombes, avait marqué les esprits. Deux jeunes d’une vingtaine d’années avaient été interpellés et condamnés à des travaux d’intérêt général. L’année dernière, toujours en avril, des tags nazis avaient aussi été retrouvés à Ognes, près de Chauny. Ces jeunes sont, heureusement, souvent peu organisés et très surveillés, d’où la rapidité des interpellations d’hier. Reste que la mouvance néo-nazie trouve des résonances sur le web où le contrôle s’avère plus difficile.

Olivier DE SAINT RIQUIER

11:29 Écrit par la vraie sioniste dans antisemitisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.